Fatick : Trois policiers condamnés à trois ans de prison ferme pour trafic de drogue, extorsion de fonds…

Fatick

La troisième session de la Chambre criminelle de Fatick a démarré ce lundi. Dans le rôle, l’affaire des policiers arrêtés en novembre 2014, pour les délits d’associations de malfaiteurs, d’extorsions de fonds, de corruption, de trafic de drogue et violences et voies de fait. Après délibéré, les deux hommes ont écopé de trois ans de prison ferme. Une aubaine puisque le procureur dans son réquisitoire avait requis 10 ans d’emprisonnement.

C’est un ouf de soulagement pour les policiers Idy Guèye et Gaïndé. Après le délibéré du juge, le soulagement et la délivrance se lisaient sur leur visage. Alors qu’ils étaient poursuivis pour cinq chefs d’accusation, les uns plus graves que les autres, les policiers qui ont déjà séjourné deux ans et trois mois en prison, vont bientôt recouvrer la liberté.

En effet les faits pour lesquels ils comparaissaient remontent à 2014. Courant août et septembre, le procureur de la République est saisi par plusieurs personnes se plaignant des policiers Idrissa Guèye et Samba Diédhiou alias Gaïndé, tous deux en service au commissariat urbain de Fatick.

Les auteurs des plaintes contre les policiers les accusaient d’extorsions de fonds, coups et blessures volontaires, séquestration, recel et détention illégale de drogue. Des accusations assez graves qui n’ont pas laissé de marbre le ministère public qui a ainsi saisi le commandant de la brigade de la gendarmerie de Fatick pour mener l’enquête.

Et l’enquête de révéler que le 1er Octobre 2014, Idrissa Guèye et Samba Diédhiou accompagnés de cinq Agents de Sécurité de Proximité, se sont rendus au marché hebdomadaire de Diouroup (localité située hors de leur secteur de compétence), pour procéder à des arrestations. Là, ils ont interpellé le nommé Serigne Niang. Les mis en cause, au lieu de conduire ce dernier au commissariat, l’amènent dans les locaux de l’ancien commissariat qui sert aussi de logement aux policiers Idy Guèye et Samba Diédhiou.

Le sieur Niang aurait été dépouillé de la somme de 135 000 francs qu’il avait par devers lui, séquestré et torturé par les deux hommes pendant 60 heures avant d’être relâché. L’enquête a, en plus, révélé que les deux agents dans leur mission de sécuriser les personnes et leurs biens, ont souvent abusé de leur pouvoir en torturant d’honnêtes citoyens qui n’en pouvant plus, ont porté plainte contre eux.

Le surlendemain, la même bande s’est rendue à Gandiaye, dans la région de Kaolack où ils ont interpellé un nommé Babacar Ndour détenant cinq cent grammes de chanvre indien. Idy le chef de la bande réclame trois millions à Ndour en échange de sa liberté. Babacar Ndour ne détenant pas la somme demandée, propose de leur donner un million, accepté par Idy.

Auditionné, Babacar Ndour déclare que le jour des faits, un inconnu s’est présenté à lui pour lui demander de lui filer de la drogue. Il poursuit, en disant qu’au moment de remettre le produit à son interlocuteur, des personnes sont arrivées, pour lui notifier qu’elles étaient de la police. Ainsi, pour sa liberté, il accepta de donner la somme exigée par les hommes de tenue pour ne pas aller en prison.

Des propos corroborés par des témoignages, à l’enquête préliminaire, comme devant la barre de la Chambre criminelle. A l’audience, Idrissa Guèye et ses amis ont nié en bloc les faits qui leur sont reprochés. Des dénégations qui n’ont pas empêché le ministère public de demander à la chambre de condamner Idy Guèye et Samba Diédhiou à 10 ans de prison ferme.

Toutefois, il a demandé que le délit de trafic de chanvre soit disqualifié en donation, la corruption en extorsions de fonds. La robe noire pour qui, les Agents de Sécurité de Proximité (ASP), à l’exception d’Abdoul Aziz Ba, doivent être acquittés des chefs d’accusation d’association de malfaiteurs et de non dénonciation, s’est dit outré du comportement des deux hommes de tenue, qui, au lieu de sécuriser les populations, les malmenaient.

Pour les avocats de la défense, le ministère public a commis une erreur indescriptible en mettant en prison pendant six mois de jeunes innocents, pour revenir par la suite demander leur acquittement. Les avocats considèrent que le procureur, maître des poursuites a joué sur la dignité de ces jeunes.

Ils ont aussi déploré le fait que le sieur Babacar Ndour s’est donné le luxe de porter plainte contre les policiers pour vol de chanvre indien et extorsions de fonds, alors que lui-même est le propriétaire de cette drogue. Ils estiment par ailleurs, que Babacar Ndour devrait être dans les liens de la détention à la place de ceux là qui comparaissent devant la barre. Ainsi ont-ils demandé la relaxe pure et simple des cinq ASP.

Pour Gaindé et Idrissa Guèye, les avocats ont demandé qu’ils ne soient poursuivis que pour violences et voies de fait. Pour la peine, ils ont demandé l’application bienveillante de la loi. Le juge dans son délibéré a acquitté les ASP des faits qui leur sont reprochés. Quant à Idrissa Guèye et Samba Diédhiou, déclarés coupables des faits de violences et d’extorsions de fonds, ils ont écopé de trois ans de prison ferme.

(Source: L’As)

Laisser un commentaire