Fabienne Kabou aux juges: « J’estime que quelqu’un en moi, a agi pour assassiner ma fille »

Fabienne Kabou aux juges: "J’estime que

0

La Franco-sénégalaise, Fabienne Kabou, 40 ans, condamnée en première instance à 20 ans de réclusion criminelle, est jugée en appel à partir vendredi (hier), pour l’assassinat de sa fille devant les assises du Nord, à Douai (France). Au cours de ce premier jour d’audience en appel, les psychiatres ont livré leur expertise. Récit.

Fabienne Kabou est apparue à 9 heures ce vendredi matin derrière son box de verre à Douai (Nord), cheveux tirés en arrière, les mêmes lunettes noires sur le nez que celles portées il y a un an aux assises de Saint-Omer. Elle porte une petite veste de blaser noir, cette fois. On lui retire ses menottes, elle s’assoit comme au spectacle. Celui de sa vie, qui ne trouve pas sa place dans le monde des autres. La présidente de la cour d’assises de Douai l’informe : « Vous comparaissez pour assassinat, avec préméditation donc. Vous encourrez la prison à perpétuité. Il est important qu’on vous comprenne, que vous puissiez vous exprimer librement pendant cette audience. »

Fabienne Kabou est très polie : « Je vous remercie, Madame. »

Infanticide de Berck : « Fabienne Kabou est habitée »

En revanche, elle plaide non coupable. Bien sûr, elle sait, parce qu’elle est supérieurement intelligente, parce qu’elle l’a avoué : c’est elle qui est à l’origine du décès de sa fille de 15 mois, Adélaïde, abandonnée aux vagues sur une plage de Berck-sur-Mer un soir froid de novembre 2013. Mais l’un n’empêche pas l’autre. Dans la tête de Fabienne Kabou, les contradictions ont une logique :

« J’ai été agie par une énergie que je sentais malveillante. J’estime que quelqu’un en moi, a agi pour assassiner ma fille. Un peu comme si quelqu’un m’avait commandité sa mort par mes mains. Faisant ainsi d’une pierre, deux coups : ruiner ma vie, ôter celle de ma fille. J’ai vraiment l’impression d’avoir été fauchée par cet assassin, je veux savoir qui il est. »

Sorcellerie contre maladie mentale

Téléguidée, Fabienne Kabou. Des voix, « mais ce n’est pas quelqu’un qui parle« , des « pensées parasites, des visions« , des sorts aussi, une force puissante qui se serait introduite en elle, contre laquelle elle lutte. Elle appelle ça : « l’innommable qui me domine« . La petite Adélaïde a été retrouvée le 20 novembre 2013 au matin, morte sur le sable.

Cinq jours plus tôt, Fabienne Kabou avait écrit dans son agenda : « Faire le plus rapidement possible ce que tu as en tête. Mais tu continues à hésiter. » De Saint-Mandé, où elle vivait avec sa petite fille et son compagnon, jusqu’à Berck-Sur-Mer, où elle a emmené son enfant vers la mort, cette mère infanticide n’a reçu aucun « signe » qui aurait pu interrompre sa course folle.

Elle a acheté des billets de train « normalement« , elle a trouvé un hôtel sans difficulté, Ada n’a pas pleuré sur la plage, et la Lune ne s’est pas cachée dans le ciel. Ça se passe comme ça dans la tête de Fabienne Kabou. Elle attend une intervention violente du « réel » pour la sortir de son délire. Les experts psychiatres Daniel Zagury et Marroussia Wilquin, ont conclu que l’accusée est atteinte d’une « psychose paranoïaque chronique« , avec « altération du discernement au moment des faits« .

Cette première journée d’audience a le mérite de planter franchement le décor, celui qu’on feignait d’ignorer en première instance, parce qu’il inquiète autant qu’il bouleverse par son étrangeté. Celui de la folie qu’on préfère trop souvent évacuer. La question de la maladie mentale, la dimension psychiatrique du crime, est là, bien que l’accusée la récuse.

Née au Sénégal en 1977, Fabienne Kabou préfère invoquer la sorcellerie, la magie, une galerie de femmes qui lui en veulent, les murs qui tremblent, les lumières qui s’allument toutes seules, les portes qui se déverrouillent dans sa tête. « Elle puise dans sa culture pour rendre compte de ce qu’elle ressent dans son délire« , commente le docteur Daniel Zagury. « J’adhère par défaut à l’hypothèse de la sorcellerie, puisque je n’ai pas d’autre explication« , avoue Fabienne Kabou.

« Une autre logique que la nôtre »

Dans son monde à elle, tout se mélange : délire, regard cartésien, interventions magiques. Les autres l’accusent de mensonges en pagaille : une thèse de philo jamais entamée, un accouchement à la maison et pas à l’hôpital, le soi-disant départ d’Ada chez sa grand-mère alors qu’elle la conduit à la mort. Elle ment, oui, pour les autres. En réalité, « elle délire !« , insiste Daniel Zagury. Voilà, il faut oser voir ce qui ne ressemble pas à ce qu’on connaît : « Ce n’est pas une petite menteuse, mais une grande délirante. »

Il faut comprendre, et c’est le rôle d’un procès d’assises. Fabienne Kabou pense mal, autrement, à l’envers. Mais est-elle pour autant le monstre que le premier procès a cru révéler ? C’est vrai qu’il est difficile pour « les gens sains de se mettre dans la tête d’une psychotique chronique, confie à la cour Maroussia Wilquin. J’ai 55 ans, 30 ans de métier, j’ai appris. C’est ce qui me permet aujourd’hui de comprendre le mécanisme. C’est une autre logique que la nôtre. »

Les experts psychiatres ont conclu à une altération du discernement dans une très large mesure. Une altération, pas une abolition. « Mais on était sur le fil du rasoir, on a dû délibérer« , avoue Maroussia Wilquin à la cour. Zagury argumente : l’abolition n’a pas été retenue parce que Fabienne Kabou maintient une part de « doute critique« . Ainsi démarre le procès de Fabienne Kabou. Sur la maladie mentale. Reste à comprendre la part de discernement dont a pu être capable l’accusée au moment où elle a laissé sa fille Ada mourir sur la plage.

Source: Nouvelobs

Laisser un commentaire