Exclusif: Yahya Jammeh sert une citation à comparaitre à Adama Barrow

Exclusif

Après la vague d’espoir qui a envahi les rues de Banjul, hier, suite au faux bond fait à Yahya Jammeh par les magistrats Nigérians, Ghanaéns et Sierra Léonais, l’inquiétude, ce soir, a, à nouveau, gagné les Gambiens. Le président sortant semble décidé à aller à l’affrontement direct avec son vainqueur. Il vient de livrer une citation à comparaitre à Adama Barrow.

A ceux qui doutaient encore de sa volonté de confisquer le pouvoir, His Excellency, Doctor, Alahadji Professor, Yahya Abdul Aziz James Junkung Jammeh, Babiili Mansa, Naseeree Ding, se veut catégorique: il se battra corps et âme pour rester le maître absolu de Banjul jusqu’au bout.

Pour cela, il vient de servir une citation à comparaitre au président élu, Adama Barrow, le sommant de se présenter devant la Cour Suprême de Banjul. Comme lui, une citation est servie à la Commission électorale indépendante (IEC). Cette requête a été introduite au tribunal, par l’avocat Edward Gomez, Conseil de l’APRC, le parti du président Jammeh.

Edu Gomez est aussi le procureur général de Gambie, agissant directement sous les ordres du ministre de la justice; donc du State House, le coeur du pouvoir de Banjul. Dans sa citation, il demande à la Cour d’interdire à Adama Barrow de procéder à sa prestation de serment, comme il s’y est engagé à le faire, ce jeudi prochain, 19 janvier 2017.

La convocation a été reçue par le président-élu, Adama Barrow, à 16 heures ce jeudi, et comme demain, vendredi, est un jour férié -Etat islamique oblige-, l’administration ne travaillant pas, rien ne peut se faire à déclaré en Exclusivité à Kewoulo.info, un proche du camp des vainqueurs.

En Exclusivité, les documents remis ce soir au président Adama Barrow 

 

« Le président ira bel et bien répondre à leur convocation. Mais, nous maintenons notre décision de procéder à l’installation du président élu de Gambie, le 19 », ont déclaré des conseillers proches du président Adama Barrow, en exclusivité pour kewoulo.info

Les hics, puisqu’il y en a, sont que la commission électorale risque de ne pas se présenter à la barre. Son président, Alieu Momar Njie, a fui Banjul et se trouve, actuellement, chez le voisin sénégalais. Il y a donc peu de chances que la première personnalité de cette institution honore les débats de sa présence.

L’autre hic -qui rend cette situation ubuesque- est le fait que cette cour, devant laquelle Adama Barrow et l’IEC doivent se rendre pour se défendre, est dépourvue de juges. Or, pour que les décisions sorties de ce tribunal puissent être légales, il faut que 5 juges, au moins, siègent.

Depuis que le Babiili Mansa a dissout cette cour, elle n’a aucun juge. Alors comment peut-on demander à des gens de venir au tribunal; si l’on sait qu’il n’y a aucune chance qu’ils y trouvent des magistrats devant les juger?

Pour sa part, serein, le président élu de Gambie a déclaré qu’il se présentera devant la cour ce lundi 16 janvier. Et semble ignorer les menaces physiques qui pourraient peser contre sa personne.

Reclus dans son palais bunkérisé, « le roi éternel de l’Etat islamique de Gambie » continue de lâcher ses partisans dans la rue. Et les rumeurs d’offres d’asile provenant du Nigeria comme de la Guinée Conakry semblent ne pas intéresser Alahadji Professor.

Babacar Touré

Directeur de Publications de Kewoulo.info

 

 

Laisser un commentaire