Exclusif : Blessé par balles, le Sénégalais Assane Gadiaga a disparu sur le chemin des USA

Exclusif : Blessé par balles

Après la Côte d’Ivoire, la France en de nombreuses reprises, la Russie, l’Italie et l’Espagne, c’est l’Amérique latine qui pourrait avoir enregistré la perte, d’au moins, une vie sénégalaise. La semaine dernière, c’est la disparition d’un jeune de 29 ans, qui tentait de rejoindre les Usa via la frontière mexicaine, qui a  plongé nos concitoyens dans l’émoi. Récit d’un destin tragi-héroique…

 

Plus le temps passe, minces sont les chances pour les Sénégalais de São Paulo -comme pour la famille Gadiaga de Pikine- de revoir vivant son fils, Assane Gadiaga, parti à la conquête du nouveau monde et qui ne donne plus de signe de vie. Parti de sa banlieue dakaroise -depuis un an et 7 mois maintenant-, le jeune homme, qui a rejoint son grand frère, exerçait de menus travaux dans la deuxième plus grande ville de l’Amérique latine. A São Paulo, les Gadiaga vivaient dans une petite communauté sénégalaise qui, depuis peu, commençait à grossir avec l’arrivée massive de jeunes compatriotes, ces deux dernières années.

Comme avec la Libye pour rejoindre l’Eldorado européen, c’est le Brésil qui est devenu le carrefour migratoire des clandestins africains qui veulent rejoindre le pays de Donald Trump.

Dernier candidat arrivé de la fratrie Gadiaga pour la lointaine Amérique, Assane -dont l’ambition a toujours été de vivre aux Usa- a travaillé dur et économisé pésos après pésos pour se payer le voyage de ses nuits étoilées.

Après avoir constitué son pactole pour le trajet, le cadet de la des Gadiaga a rejoint un groupe de 5 jeunes desperados, décidés à rejoindre les frontières sud des États-Unis.

Le rêve des Usa en bandoulière 

Célibataire et sans enfant, le natif de Malika, dans le département de Pikine, avait suspendu l’ensemble de ses projets de vie à sa réussite économique d’abord. Ce voyage, il l’avait rêvé, l’avait longuement préparé. Maintenant qu’aucun océan ne le séparait du pays des grandeurs, rien ne pouvait, désormais, le bloquer.

C’est le 24 octobre qu’il a quitté São Paulo. «C’était la dernière fois que je l’ai vu. Et, nous nous sommes promis de nous revoir bientôt», nous a confiés son frère, Seydina Gadiaga Laye. «Un adieu» que l’aîné des Gadiaga voudrait, juste, qu’il soit un «au revoir.» «Il était parti avec ses économies et je devais lui envoyer de l’argent au cas ou il en manquerait en cours de route», soupire Seydina entre deux sanglots contenus.

Entre temps, le 29 octobre Assane avait appelé son ainé et annoncé qu’il serait arrivé en Colombie. Et s’apprêtait, avec son groupe, à rejoindre le Panama. Ensuite, il devait traverser le Nicaragua, le Costa Rica et le Guatemala pour rejoindre le Mexique.

Passage obligé pour gagner le sud des Usa, le Mexique est la dernière étape sur le chemin du rêve américain. Il est aussi, depuis quelques années, l’un des pays les plus dangereux d’Amérique Latine où les enlèvements d’êtres humains et les exécutions extra judiciaires font légion.

Disparu à la 3 ème étape du trajet des USA

Assane Gadiaga

Comme promis, Assane devait appeler son aîné pour qu’il lui envoie un peu d’argent. Mais, depuis leur dernière discussion, aucune nouvelle du jeune homme n’est venue briser le pesant silence qui tue son ainé à petit feu.

Soudain, Seydina Gadiaga a vu un appel en absence sur son téléphone. « J’ai essayé, à plusieurs reprises, de le joindre sur ce numéro. Mais, ça sonnait dans le vide », a déclaré l’aîné de la fratrie à Kewoulo.info. Alors qu’il commençait à s’inquiéter du silence de son frangin, Seydina Gadiaga reçoit un nouvel appel du Mexique. Au bout du fil, c’est un autre compatriote et ami de Assane qui parle.

C’était vendredi dernier -19 novembre- et c’est Mouhamed, alias Bill qui va annoncer la terrible nouvelle. «Il m’a dit que des personnes, qui étaient avec Assane, lui ont dit que mon frère est mort en cours de route.» A déclaré l’aîné, le trémolo dans la voix.

Sans être formel, le porteur de la mauvaise nouvelle a déclaré que, c’est après la frontière colombienne et après qu’ils aient acheté des billets chez des passeurs, à la frontière entre la Colombie et le Panama, que le drame serait survenu.

D’après le récit qui lui a été fait, c’est un groupe de brigands qui aurait attaqué les migrants; en pleine brousse pour les dépouiller de leurs biens.

Contacté par Kewoulo.info, le compagnon de voyage qui était séparé de Assane a fait savoir que «à chaque étape du parcours, (ils payent) des passeurs qui (les) conduisent vers le trajet.»

Il serait blessé et recueilli, pas mort

Poursuivant son récit, il a soutenu que: «ensuite quand on tombe sur des militaires, ils nous conduisent, contre paiement, vers le bon chemin. Mais, il arrive que des brigands interviennent et coupent cette chaîne huilée, en voulant nous dépouiller de tous nos biens.» A témoigné Mouhamed, alias Bill, actuellement au Mexique.

C’est ce cauchemardesque scénario qui est arrivé au groupe de Assane. Encerclé par une bande de criminels, dans la région du Parc national du Darién bastion de guérilleros et de trafiquants de stupéfiants colombiens, le groupe s’est vu sommé de se séparer de tous ses biens.

«Tout le monde s’est soumis à leur racket. Sauf Assane qui leur a dit qu’ils feraient mieux d’aller chercher du travail et d’arrêter de voler les gens. » A confié Mouhamed, visiblement meurtri par la disparition brutale de son ami. Et anxieux quant à son propre sort.

«Comme Assane a refusé de se soumettre à leur volonté et s’est opposé, physiquement, aux brigands, l’un d’eux a sorti une arme a feu et a tiré sur lui, l’atteignant à l’abdomen. » Croit savoir Bill.

Voulant se montrer solidaires de Assane, le petit groupe de Sénégalais et d’haïtiens -qui étaient du voyage- a tenté de lui venir en aide. Mais, les menaces faites par les assaillants, de les tuer tous, ont fini par les dissuader de porter secours au blessé qui a été abandonné sur place. Et depuis, c’est le silence total qui entoure le sort de Assane Gadiaga.

C’est dans ces conditions-là que la famille, au Sénégal, a été informée du drame. Et elle s’apprêtait à organiser les funérailles de leur fils lorsque des nouvelles rassurantes leur sont venues des….marabouts et autres médiums.

On l’a tué, mais on ne l’a pas déshonoré

Selon des informations obtenues auprès de ces bons diseurs, «Assane Gadiaga ne serait pas mort. Il serait gravement blessé et accueilli par des individus qui le garderaient pour le soigner.»

Suffisant pour que la famille renonce à sa cérémonie de funérailles. Assez pour que l’espoir renaisse et que le spectre de la mort brutale du fils se transforme en une angoisse interminable.

Par l’aîné des Gadiaga à São Paulo, le Consul général du Sénégal au Brésil a été informé. «Nous voulons que le Sénégal ouvre une enquête et nous aide à aller vérifier si mon frère est toujours vivant ou pas. Nous aider à le rapatrier. S’il est mort, alors notre souhait est que les autorités nous aident à ramener sa dépouille au Sénégal. Nous sommes dévastés. Rien ne vaut cette douleur que nous vivons».

Laisser un commentaire