Exclusif: Adama Bictogo poursuivi pour escroquerie devant le parquet de Nanterre, en France

Exclusif

L’ancien ministre ivoirien de l’intégration africaine et patron de Snedaï, Adama Bictogo est dans de le viseur de la justice française. Il visé par une plainte pour escroquerie déposée devant le parquet de Nanterre par la société Soeximex.

Avec le dépôt de cette plainte, c’est la brifgade financière de Paris qui va hériter du dossier et compliquer la vie à ce sulfureux homme d’affaires qui commence à collectionner les casseroles judiciaires.

Dans la plainte consultée en exclusivité par Kewoulo.info, Me Emammanuel Asmar du barreau de Paris reproche à Adama Bictogo d’avoir encaissé, « à partir de 2006 et en plusieurs tranches, la somme de 4 millions d’euros d’avance auprès de Soeximex afin d’organiser, au nom de sa société, Côte d’Ivoire Fruits, l’achat et la livraison de plusieurs milliers de tonnes de cacao via le port de Lomé, au Togo. »

Mais, depuis qu’il encaissé l’argent, le patron de Snedaï n’a jamais honoré ses engagements, cherchant à jouer la montre pour obtenir le classement de l’affaire du fait de la prescription vers laquelle on tend; si le délai de 10 ans est dépassé. Dans la plainte déposée auprès du parquet de Nanterre, le créancier ne demande pas moins de 6,6 millions d’euros pour tous préjudices.

Des investigations menées en Côte d’Ivoire ont permis de découvrir que la fameuse société, Côte d’Ivoire Fruits, dont Adama Bictogo affirmait être le PDG, au moment de la transaction, n’avait jamais existé.

Interpellé par l’avocat, Adama Bigtogo avait 48 heures pour donner une offre de transaction. Mais, comme l’a constaté Kewoulo.info, jusqu’au 5 décembre dernier, M. Bictogo n’a pas répondu à l’offre qui lui a été faite par de l’avocat. Ce qui ouvre, désormais, la phase judiciaire du dossier; puisqu’une attestation de reconnaissance de dettes signée de la main de l’ancien ministre ivoirien a été remise à la justice qui va instruire le délit d’escroquerie.

Renvoyé du gouvernement de Alassane Dramane Ouattara, en mai 2012, pour présomption de détournement de fonds des indemnités dues aux victimes de ce bateau poubelle qui a empoisonné des milliers d’ivoiriens, le Probo Koala, Adama Bigtogo s’est recyclé dans les affaires, aussi diverses que les NTIC ou les pierres précieuses en passant par les produits agricoles.

En plus de la vente de l’or, produit dans les zones tenues par les ex-rebelles ivoiriens via Ouagadougou, le contrôle du fichier des visas pour le Sénégal lui avait permis d’embraser plusieurs milliards de Francs CFA. Pour la rupture de ce contrat nébuleux, signé avec le gouvernement de son ami, Macky Sall, le contribuable sénégalais a été obligé de donner « environ 12 milliards de FCFA » au sulfureux homme d’affaires ivoirien.

 

Laisser un commentaire