Escroquerie: Deux marabouts Mbacké-Mbacké sont tombés à Cambèrène

Escroquerie

Le commissariat des parcelles assainies a démantelé ce 6 février une bande d’escrocs  au quartier Islam de Cambérene.

Deux individus  originaires de Touba la Sainte ont été interpellés et déférés au parquet pour fraude sur le réseau téléphonique: Sérigne Abo Mbacké  et Sérigne Abibou Mbacké étaient les petites mains d’un réseau dirigé par un pirate égyptien, certainement, établi en Jordanie.  Ils seraient tous deux maîtres coraniques, résidant à Cambérène où ils travailleraient pour le compte d’un certain Khani.

Constatant des pratiques frauduleuses sur son réseau, la Sonatel a identifié la présence de terminaux espions qui réceptionnent les appels internationaux sur son réseau. Ainsi, par la mise en oeuvre d’une certaine technologie s’appuyant sur internet, les fraudeurs font en sorte que les appels venant de l’étranger apparaissent avec des numéros sénégalais sur le téléphone du recepteur sont, ainsi, facturés comme s’ils étaient émis à partir du Sénégal.

« Ce subterfuge constitue un manque à gagner énorme pour la Sonatel. Cependant, pour lutter contre ce phénomène, la Sonatel a mis un dispositif de surveillance qui lui a permis de détecter la fraude. Aussi, la société de téléphonie a mis en lumière l’existence  de plusieurs appareils appellés « Simbox ». Grâce aux investigations des techniciens, le dispositif frauduleux a été localisé  dans la commune de Cambérène.

C’est ainsi qu’un impressionnant dispositif a été découvert, ce 6 février, dans une villa  délabrée située en bordure de mer, au quartier Islam.  En compagnie des éléments du commissariat des Parcelles Assainies, ils sont allés à la cueillette des occupants de la villa.

Phénomène nouveau dans le système des télécoms au Sénégal, cette fraude avait pourtant été combattue par l’arrestation d’une quarantaine de malfaiteurs ces deux dernières années grâce à la vigilance de l’opérateur Orange.

Sachant qu’ils peuvent être débusqués avec la carte Sim Orange, ils ont changé de pigeon en décidant de ne plumer que les opérateurs Tigo et Expresso, d’apparences plus faciles à arnaquer.

Sauf que la Société nationale des télécommunication du Sénégal (Sonatel) a décidé de ne pas se laisser conter l’arnaque qui s’est organisée sous ses yeux. Alors, en collaboration avec l’opérateur Tigo, ils ont réussi à localiser les équipements exploités par les présumés malfaiteurs.

Après avoir longuement niés être mêlés à une quelconque entreprise malveillante, les deux interpellés ont avoués les faits qui leurs sont reprochés. Contrairement aux premières versions données -à savoir l’enseignement du Coran qui serait leur principale activité- ils ont avoué pratiquer la fraude.

Prolixe, Sérigne Abo Mbacké a déclaré que « c’est juste après  la Tabaski qu’il s’est mis à cette pratique. »  Marié et père de deux enfants, Sérigne Abo Mbacké a déclaré avoir fait connaissance avec  Khani  sur le réseau social Facebook.

Dans leur entente, Khani qui serait un égyptien se serait engagé à le loger et à le nourrir; en plus de lui verser une somme de 230.000 F CFA. C’est ce seul salaire qu’il récupérait de cette opération délictuelle et partageait  avec son frère, Sérigne Abibou Mbacké; lui aussi marié et pére d’un enfant. Face aux policiers, Abo Mbacké a déclaré qu’il n’a jamais rencontré son patron.

« Mais, il m’envoyait souvent de fortes sommes d’argent que je ne peux quantifier; toutefois mon salaire reste de 230.000FCFA. » A t-il déclaré.

En guise de précision, Sérigne Abo Mbacké a déclaré que c’est par des transferts internationaux qui viennent de la Jordanie -via Western Union- qu’il recevait de l’argent de son « patron » égyptien.

Interpellés le 6 février et gardés à vue au commissariat des Parcelles Assainies de Dakar, les deux Mbacké-Mbacké ont été déférés devant le procureur de la République. A charge pour le parquet de les inculper au regard de l’article 112 du code  des télécommunications.

Ce dernier article  dispose que « quiconque utilise frauduleusement à des fins personnelles ou non, un réseau public de télécommunications ou de raccorde, par tout moyen sur une ligne privée, sera puni d’un emprisonnement d’un à 5 ans et d’une amende de 1 a 3 millions de F CFA.

Laisser un commentaire