Entretien: Niokhobaye Diouf étale ses ambitions pour l’enfance en danger au Sénégal

Entretien: Niokhobaye Diouf

Niokhobaye DioufPropulsé sur les devants de la scène nationale suite à la décision du chef de l’Etat de retirer les enfants mendiants de la rue, Niokhobaye Diouf, le directeur des Droits de l’enfant et des personnes vulnérables, a retrouvé le silence de ses bureaux, à deux pas la VDN, en face du cimetière Saint Lazare de Dakar. Loppé au 5ème étage d’un immeuble anodin, désormais célèbre, le directeur réfléchit à panser les plaies qui menacent l’avenir de notre pays. Son combat, c’est arracher les enfants à la rue pour leur offrir un avenir loin de la mendicité et des dangers de la voie publique…

« Sauver la jeunesse de la mendicité« , « retirer les enfants de la rue et empêcher qu’ils ne tombent dans les bras des terroristes islamistes« , « les éduquer, leur rendre leur dignité » telles sont les phrases qu’il répète, comme une litanie et à longueur de journée aux nombreux journalistes qui défilent dans son bureau.

Son engagement en faveur des enfants, c’est un sacerdoce qu’il porte fièrement comme Jésus avec sa croix sur le dos. Et la mission qui lui a été confiée, par le chef de l’Etat, n’est pas une simple fonction étatique: c’est une mission de service public, un devoir envers la jeunesse de son pays.

Dans cet entretien exclusif accordé à Kewoulo.info, le directeur des droits de l’enfance et des personnes vulnérables a précisé que sa mission ne concerne pas seulement des enfants du Sénégal. « Parce dans ce processus, nous avons retirer des enfants sénégalais mais aussi bissau-guinéens de la rue » et le comité mis en place n’a pas cessé de mettre en place des plans de retrait et de réinsertion des enfants dans leur nouveaux milieux; en famille comme dans des centres de sauvegarde.

Soutenu par la brigade spéciale des mineurs comme la société civile qui a applaudi à son travail, le directeur de l’enfance semble avoir acquis, à sa cause, l’ensemble de la société. Les seuls qui lui sont antagonistes, les seuls qui le pourfendent et lui promettent l’enfer, ce sont les marabouts et maitres d’école coranique: les businessmen de la mendicité.

En dehors de cette « confrérie d’illuminés » qui a lancé une fatwa contre le directeur et le président de la République ordonnateur de cette mesure, l’ensemble de société sénégalaise a applaudi. Parce que, au delà des enfants talibés, ces petits mendiants visibles dans les rues des grandes villes du Sénégal, ce sont tous les gamins, laissés à la rue, qui sont  la préoccupation du directeur des droits de l’enfant.

« Parmi les enfants que nous retirons de la rue, il y’a des talibés, des enfants abandonnés. Mais, aussi, énormément d’enfants déficients mentaux. » A déclaré M. Niokhobaye Diouf. Pour cette catégorie spécifique de personnes extrêmement vulnérables, le centre Guindi semble tout désigné. « Ici, on les soigne et les aide à se reconstruire ». A affirmé le directeur des Droits de l’enfant.

Considérés par leurs parents comme des sources de revenus, les enfants mendiants retirés de la rue bénéficient de bourses familiales qui comblent, en quelque sorte le manque à gagner; le temps de sensibiliser leurs parents à comprendre que la place des jeunes n’est pas la rue. Mais bien l’école: qu’elle soit coranique ou républicaine.

 

 

Laisser un commentaire