Entretien avec Mouth Bane Jubanti Sénégal : « Au-delà du 25 Mars 2017, Macky Sall sera considéré comme un usurpateur de fonction présidentielle »

Entretien

Le Président du mouvement citoyen «Jubanti Sénégal» Mamadou Mouth BANE par ailleurs Journaliste/Chercheur a répondu à nos questions dans cet entretien accordée à SeneNews, sur la situation politique du pays. Il a aussi donné des stratégies pour une bonne marche de l’économie sénégalaise. Parlant des législatives, il donne la bonne formule pour des élections transparentes et justes.

Suite à votre lettre au Front Mankoo Wattu Senegaal, ne croyez-vous pas que ce rassemblement n’existe que de forme ?

Au contraire, Mankoo Wattu Sénégal est un front très solide et uni par des objectifs précis et des principes inviolables. L’erreur commise au départ c’est lorsqu’on a dit que Mankoo n’est pas une coalition électorale. D’office, on a créé les conditions d’une division sur le plan électoral. Dés lors qu’on a dit que Mankoo n’ira pas aux élections, on a invité les gens à aller mettre en place leur coalition.

Seulement, si Mankoo ne va pas aux élections, les leaders peuvent se retrouver dans un autre cadre pour aller aux élections ensemble sans utiliser le label Mankoo. Mais ce que nous ne pouvons pas comprendre c’est que des partis de Mankoo créent leur liste, vont aux élections en ordre dispersé avec des thèmes, des programmes et des objectifs opposés pour ensuite se retrouver après les élections pour continuer le combat contre le pouvoir.C’est incohérent.

Les leaders doivent vaincre leur égo pour mettre en place une liste commune. S’ils ne le font pas, ils seront battus. Il ne s’agit pas d’avoir des députés mais il s’agit plutôt d’avoir la majorité. Or si les principaux chef de parti se dispersent, ils vont encore avoir des problèmes avec leur miette au Parlement pour avoir un groupe parlementaire et nommer un président de groupe. Ce sera une confusion totale. Il ne faudrait pas qu’on mette en avant nos personnes et nos partis au détriment du groupe.

La situation de Mankoo me rappelle celle de Benno Siggil Sénégal lorsque Moustapha Niass et Ousmane Tanor Dieng refusaient d’unir leur force pour affronter Wade. Finalement ils ont tous les deux perdu au profit de Macky Sall. Aujourd’hui, ils sont obligés de s’unir derrière Macky SALL ce que ni Niass ni Tanor ne voulait faire au profit de l’autre. Ce qui est arrivée à Niass et Tanor risque d’arriver aux leaders de Mankoo Wattu Sénégal. Je vais m’investir personnellement jusqu’à la limite du possible, pour que Mankoo ait une liste commune.

Qu’est ce qui selon vous doit aujourd’hui être le combat d’une bonne opposition ?

Pour répondre à cette question, je vous demanderai tout simplement de voir ce que Mankoo a fait depuis sa création. Je l’ai dit dans ma lettre adressée au Front. Aujourd’hui, une vraie opposition c’est ce que Mankoo est en train de faire. On se bat sur le front économique, politique, les libertés, le social etc… J’ai remarqué que l’Opposition ne parlent plus du mandat du président qui se termine le 25 Mars 2017 prochain conformément à ses engagements.

Macky Sall a ajouté deux ans illicites à son mandant pour aller jusqu’en 2019. C’est inadmissible. A partir de Mars 2017, nous ne le considérons plus comme le président du Sénégal. Il sera un intérimaire. Au-delà du 25 Mars 2017, Macky sera considéré comme un usurpateur de fonction présidentielle.

Que proposez aujourd’hui pour une bonne économie sénégalaise ?

Vous savez, le Sénégal a un budget de 3.000 milliards de FCFA. J’ai vu les troubadours de Macky Sall esquivaient des pas de danse pour avoir atteint les 3.000. Et pourtant nous sommes à 5.000 milliards de FCFA de dette publique c’est-à-dire plus que le budget national. Savez-vous que le Sénégal exploite du gaz depuis 1950 selon un rapport de Cairn Energy une entreprise australienne. Notre pays est riche. J’ai vu les tenants du pouvoir jubiler parce qu’on a un budget de 3.000 milliards de F CFA alors que la Côte d’Ivoire a dépassé par la barre des 6.000 milliards de F CFA.

Mais, en vérité, notre pays peut dépasser la barre des 3.000 milliards de budget. Nous exploitons le zircon qui est un produit stratégique, l’une des meilleures qualités dans le monde. Rien qu’en 2013, nous avons vendu 6 tonnes d’or et 40 millions de mètres cube de gaz. Et j’en passe. On ne sait pas comment cet argent est géré ? Regardez le secteur des télécommunications avec les largesses de l’Etat en direction des opérateurs qui ont tout fait pour supprimer la surtaxe sur les appels entrants qui rapportait 60 milliards chaque année. Nous avons un problème de gouvernance dans ce pays.

La mal gouvernance a atteint tous les secteurs de la vie économique. Pour avoir une économique performante il faut d’abord avoir une vision économique. C’est un préalable. Le président Sall n’en a pas. Il tâtonne dans ses plans et ses programmes. Un pays ne peut pas connaître l’émergence si le système éducatif est instable. Nous ne connaîtrons jamais l’émergence tant que la corruption n’est pas combattue sincèrement. Nous sommes un pays à vocation agricole et pourtant les agriculteurs peinent à avoir de bonnes semences et à écouler leur récolte. Regarder le secteur de la santé avec ses lots de difficultés. Nul n’est mieux placé que les sénégalais pour apprécier la politique sanitaire du pays.

C’est la raison pour laquelle, le prix donné au Ministre de la Santé, nous fait rire. Rien de sérieux. Les sénégalais ont vu leur pouvoir d’achat d’effondrer à cause de la hausse du prix des denrées. En 04 ans, nous avons vu plus de 300 entreprises fermées et environ 2500 PME/PMI tombées en faillite. Vous avez vu comment les entreprises étrangères concurrencent les nationaux laissés en rade. Nous avons assez de ressources pour financer notre développement, il faut avoir la vision, les ressources humaines compétentes et la volonté politique. C’est ce qui manque à Macky SALL.

Pour les législatives du 30 juillet 2017 avec les reformes sur le fichier électoral et le renvoi de la date (02 juillet) croyez vous à des élections transparentes ?

Pour les législatives du 30 juillet 2017 avec les reformes sur le fichier électoral et le renvoi de la date (02 juillet) croyez-vous à des élections transparentes. Tant qu’Abdoulaye Daouda Diallo organisera les élections, le Sénégal n’aura jamais de scrutins transparents. Il est partisan. Lors du référendum, c’est lui qui avait donné les résultats à la place de la commission de recensement et de la Cour suprême. J’ai pas confiance à cet homme. Aujourd’hui, nous devons maintenir la pression en exigeant la nomination d’une personnalité consensuelle comme Ministre chargé des élections.

Que doit donc faire l’opposition pour des élections dans les normes ?

L’opposition doit refuser de s’asseoir autour d’une table avec Abdoulaye Daouda Diallo. Ce dernier est en train de privatiser le fichier électoral. Il confectionne un fichier «made in Apr». Si Abdoulaye Daouda Diallo atteint ses objectifs, il sera impossible de battre Macky avec ce fichier. L’unique solution pour avoir des élections transparentes et crédibles au Sénégal c’est d’exiger le départ de Daouda Diallo. Il y a trop de manipulation dans les inscriptions. Le pouvoir est en train de tout faire pour inscrire uniquement les militants de l’Apr. Des commissions frauduleusement sont créés et les gens s’inscrivent même la nuit. Les manœuvres du Ministre de l’Intérieur vont installer ce pays dans une situation qui risque de dégénérer.

Avec Senenews

Laisser un commentaire