Double meurtre des jeunes mariés : Gorée pleure encore ses fils, Bintou et Kambé

Double meurtre

Gorée est encore sous le choc. Elle a du mal à se relever de la mort de ses enfants, décédés dans des circonstances plus que troublantes. Si les familles préfèrent garder le silence, les voisins, eux, continuent de s’interroger sur le triste sort que le destin a réservé au jeune couple. Mamadou Samba Kambé et Fatou Bintou Boye.

Tout le monde est abasourdi, meurtri, rempli de tristesse. Mariama Mbaye est encore sous le choc. Teint noir, taille moyenne, la jeune fille a du mal à s’alimenter correctement depuis l’annonce du décès de son binôme, Fatou Bintou Boye. Hier matin, elle était encore à Dakar. Des voisins bien au fait de ses «étroites relations» avec la défunte Fatou Bintou Boye, nous conseillent de l’attendre. «Elle fait partie des rares amies de Binetou», nous souffle-t-on.

Elle commence son témoignage pathétique, mais marque aussitôt une pause. Les larmes coulent sur ses joues. «Je n’ai pas l’habitude de parler aux médias. Mais je pense que c’est un devoir pour moi de dire ce que je sais de mon amie. Elle est la meilleure. Elle est exceptionnelle. Avec elle, on avait plein de projets. Nous étions toutes les deux dans un projet avec des Français. Au départ, nous étions nombreux. Mais par la suite, on a sélectionné huit personnes dans le cadre de ce partenariat. Récemment, nos amis français nous ont demandé de préparer nos papiers. Elle était enthousiaste quand je lui ai annoncé la nouvelle…», rapporte-t-elle, assise sur un banc à côté de l’école élémentaire. «J’avoue qu’elle venait rarement chez moi. Mais je la comprenais. Elle était fille unique de sa mère. Elle ne sortait presque jamais. Quand je n’avais rien à faire, j’allais lui rendre visite».

La mère de la défunte est calme et digne dans l’épreuve. Invitée à témoigner, la bonne dame décline gentiment : «Je suis désolée. Je ne peux pas me prononcer dans la presse. Nous sommes déjà meurtris. Nous laissons tout entre les mains de Dieu. C’est Lui qui nous avait donné Binetou. Il nous l’a reprise. Il m’est difficile d’en parler. En plus, son père n’est pas là. C’est lui qui porte la voix de la famille», déclare-t-elle, stoïque.

Selon certaines indiscrétions, le jour où Binetou devait rejoindre son domicile conjugal, sa mère ne cessait de pleurer. «Elle pleurait à chaudes larmes, nous rapporte notre source, qui a préféré garder l’anonymat.» Instinct maternel pour certains, qui y voient une prémonition. Normal pour les autres, vu la proximité entre Binetou et sa génitrice. Notre source ajoute également que les deux mamans étaient des amies.

Imam Hamza Dia, un exemplaire du Saint Coran entre les mains, se joint au concert des témoignages. «Je connais le garçon. Il priait à la mosquée. Le jour de leur mariage, les témoins, à l’unanimité, ont dit du bien des deux époux. Leur décès nous a tous surpris», informe-t-il, s’en remettant à la volonté divine.Le mari, Mouhamadou Samba Kambé, est lui aussi dépeint comme un homme discipliné, gentil et affable. Il était le trésorier de l’Asc Coumba Castel. D’après les témoins, il a fait toute son enfance dans l’île. En effet, il était môme quand feue sa maman rejoignait l’école maternelle Coumba Castel.

Le mariage ayant été célébré le 31 décembre, Bintou n’a rejoint le domicile conjugal que le 4 février. Quelques jours après, elle rendit l’âme à l’intérieur de sa chambre dans l’appartement que son époux venait juste de prendre. Comment ? Pourquoi ?… Mystère et boule de gomme. A l’embarcadère, les discussions continuent bon train, quatre jours après la découverte du corps sans vie de Mme Kambé. Rares sont ceux qui espèrent l’éclatement de la vérité. Les familles, elles, observent le deuil dans la dignité. Préférant clore ce douloureux épisode qui s’est abattu sur elles. Pendant ce temps, les rumeurs continuent de plus belle dans l’île, connue pour sa tranquillité. La jeune fille aurait été retrouvée poignardée, selon certaines sources.

Avec l’Obs

 

Laisser un commentaire