Donald Trump nomme « l’enragé » James Mattis à la tête du Pentagone

Donald Trump nomme "l'enragé"

0

Ancien militaire connu pour son franc-parler, James Mattis a été nommé à la Défense par le président américain élu Donald Trump. Il sera le premier général à la retraite à prendre la tête du Pentagone depuis 1950.

Alors qu’il effectue une tournée à travers les États-Unis pour remercier ses électeurs, Donald Trump a annoncé, jeudi 1er décembre, depuis Cincinnati, dans l’Ohio, qu’il allait confier la tête du Pentagone à James Mattis, un général à la retraite surnommé « l’enragé ».

« ’L’enragé’, il est excellent », a lancé le président américain élu qui avait promis durant sa campagne d’intensifier la guerre contre les jihadistes du groupe État islamique en Syrie et en Irak, deux théâtres d’opérations que le général connaît bien. « C’est le meilleur. Ils [les autres généraux] disent que c’est ce qu’on a de plus proche du général George Patton », a-t-il ajouté en référence à l’ancien officier qui s’était illustré durant la Seconde Guerre mondiale.

Connu pour son franc-parler, James Mattis, 66 ans, serait le premier ex-général à devenir secrétaire à la Défense depuis 1950. Donald Trump l’avait récemment encensé, se disant notamment « impressionné » par ses positions contre la torture.

Dérapages

Ce célibataire natif du nord-ouest des États-Unis, né le 8 septembre 1950, a commandé une brigade des Marines pendant l’invasion de l’Afghanistan après le 11-Septembre, avant de diriger la Première division du corps des Marines au début de la guerre d’Irak en 2003, puis pendant la terrible bataille pour reprendre la ville rebelle de Falloujah, en 2004.

« Soyez poli, soyez professionnel, mais soyez prêts à tuer quiconque vous rencontrez », avait-il expliqué à ses Marines au début de cette guerre, pour résumer la situation périlleuse dans laquelle se trouvaient les militaires américains occupant le pays.

Le général dérape parfois, comme en 2005, lorsqu’il explique que « c’est vraiment amusant de se battre » et « marrant de descendre des gens » quand on est face à « des gars qui frappent les femmes pendant cinq ans de suite parce qu’elles ne portent pas le voile ».

Ces propos, pour lesquels il s’est excusé, lui ont valu des remontrances, mais n’ont pas entamé la confiance du Pentagone dans cet homme réputé pour être « direct, vif comme l’éclair et d’une résolution sans faille », selon les mots de l’ancien secrétaire à la Défense Leon Panetta.

James Mattis passe également pour un intellectuel qui, fort de son impressionnante bibliothèque de plus de 7 000 livres, donne de copieuses listes de lecture à ses officiers.

Passage par l’Otan

De 2007 à 2009, le général a occupé le poste de commandant suprême allié de la transformation de l’Otan. En 2010, l’administration Obama l’a nommé à la tête du Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient, qui compte encore 150 000 militaires, dont 66 000 en Afghanistan.

Mais la Maison Blanche n’aura jamais vraiment confiance en lui, le voyant comme trop prompt à une confrontation avec l’Iran alors que la communauté internationale tentait de négocier un accord pour empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire.

Début 2013, elle le pousse vers la sortie, quelques mois avant son départ prévu. Le général quitte l’armée. Mais contrairement au général Michael Flynn, le futur conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, également poussé dehors par l’administration Obama, il évite les propos incendiaires contre l’administration et reste une voix écoutée à Washington.

Au printemps 2016, il est poussé par certains républicains à se présenter comme candidat indépendant à la Maison Blanche, pour couper court à l’ascension de Donald Trump, mais il décline la proposition.

Deux anciens généraux chez Trump

La future administration Trump comptera donc au moins deux anciens généraux, avec Michael Flynn, nommé conseiller à la sécurité nationale. Une situation inédite, qui risque de faire grincer quelques dents dans un pays qui, depuis ses origines, a toujours exigé un strict contrôle des militaires par le pouvoir civil.

Le Congrès devra en outre accorder une dispense à James Mattis puisqu’une loi impose aux militaires d’attendre sept ans après le départ à la retraite pour devenir secrétaire à la Défense : une condition qui visait à sanctuariser la direction civile du ministère. Or « l’enragé » a quitté l’armée en 2013 seulement.

La sénatrice démocrate Kirsten Gillibrand a d’ores et déjà annoncé qu’elle refuserait de faire une exception pour le général Mattis. Mais celui-ci reste populaire auprès des parlementaires américains. C’est « un leader extraordinaire qui suscite l’admiration rare et spéciale de ses troupes », a déclaré le sénateur républicain, John McCain.

Avec AFP

Laisser un commentaire