Divorce de Birima Mangara : Il faut savoir s’indigner face à l’ignominie

Divorce

Ndeye Madjiguène Diongue, Alias Maguy Chanel

En 2004. Une femme qui ne sait pas où se trouvait le ministère des Affaires étrangères a été arrêtée par la gendarmerie de Thionck -avec son fils- et accusée de recel de billets de pèlerinage à la Mecque.C’est une brave maman, venue de sa Casamance profonde, et ne parlait pas un traitre mot de Ouolof.

Informé de cette affaire, j’ai pris le dossier en main et décidé d’enquêter. En moins de 48 heures, j’ai identifié les vrais voleurs. Et les conclusions de mon enquête, que j’ai remises au commandant de la compagnie de gendarmerie de Dakar, ont permis la libération de la maman et de son fils. Elle a pu se rendre à la Mecque et l’oncle du ministre comme son chef de cabinet avaient été interpellés et accusés du vol. Les auditions des gendarmes ont permis de conclure que ce sont 5 billets qui avaient disparus. L’oncle du ministre a avoué avoir, juste, volé deux billets. Et lorsqu’il s’est rendu compte de la disparition des deux billets -d’un lot de 5-, le chef de cabinet a mis les 3 autres dans sa poche, accusant la pauvre maman et son fils.

Un inspecteur de police trop zélé

2006. J’étais à mon bureau de l’Obs et j’ai reçu un coup de fil de mon ami Libasse Ndiaye de TV5. Rapidement, il m’a expliqué qu’une ivoirienne qui avait été utilisée comme taupe par ses patrons était dans des problèmes avec ces derniers qui voulaient, maintenant, l’amener se prostituer au Liban. Face à son refus, elle avait été limogée et sommée de quitter son travail. Un groupe d’employés, à la solde du patron, l’avait tabassé avant que la victime ne soit interpellée par le commissariat de Dieupeul. Et la femme -qui comptait porter plainte pour coups et blessures volontaires- avait été accusée de vol et gardée à vue par les limiers. Le Libanais, protégé par son statut de milliardaire, avait contacté un inspecteur de police qui avait pris le dossier en main et, preuve de son zèle, le fonctionnaire avait déshabillé la pauvre dame « pour constater la véracité de ses propos » quant à de prétendus coups.  Ensuite, il lui a remis un papier quelle devait signer. Ce papier stipule qu’elle reconnaissait ses torts et demandait pardon à ses patrons.

Automatiquement, j’ai procédé à des recoupements qui ont confirmé les dires de l’ivoirienne. J’ai, aussitôt, débarqué au commissariat et demandé à rencontrer le commissaire Mbaye Sèye, un homme courtois et bon –que Dieu lui accorde les plus hauts jardins du paradis, Amine. Quand je lui ai fait le topo, il s’est indigné. Il a fait libérer la dame, a reçu le groupe et contraint les Libanais à trouver un compromis juste avec l’ivoirienne. Ils sont tous sortis satisfait de l’issue.

Les raisons de s’indigner

 

14517644_1173364222732439_1212248687338089179_n
Mamadou Lamine Ndiaye, avec ses terribles douleurs causées par un début de folie née à Reubeus

Deux exemples parmi des milliers d’autres que j’aurais pu évoquer et dans lesquels j’ai protégé le faible et dénoncé ceux qui se croyaient puissants. Deux exemples qui ont fait la légende de Babacar Touré, « agent des renseignents généraux« , « agent secret de la gendarmerie envoyé en mission dans la presse. » Deux dossiers complexes, parmi tant d’autres, qui m’ont indigné et poussé à m’engager. A Choisir mon camp. Comme je le fais aujourd’hui dans cette affaire du triste divorce du ministre Birima Mangara.

A LIRE AUSSI: A Maty, je demande pardon

Parce que, pour moi, l’homme doit toujours avoir des motifs et une grosse capacité d’indignation. Tout homme doit avoir des principes et des valeurs à défendre

Voilà bientôt 10 ans que je ne vis plus, régulièrement, au Sénégal. En dehors de quelques amis du gouvernement, les seuls ministres que j’ai connus et fréquentés sont ceux de Abdoulaye Wade. Mon logiciel des « relations hauts placées » est dépassé. Aujourd’hui encore, parlant du président du Sénégal, il m’arrive très souvent de dire «le Président Wade» et, à maintes reprises, des amis ont rigolé parce que j’ai appelé Marième Faye Sall, «Mme Wade.»

La vertu face au vice

J’ai mille et un défauts. Je me bats pour les améliorer. Mais, l’un des seuls que je veux garder toute ma vie est cette capacité de me mêler de ce qui, apparemment, ne me regarde pas. Mais, c’est plus fort que moi. Je ne peux pas assister à la souffrance causée, sciemment, à autrui. J’ai mal quand on diabolise une personne. Je suis scandalisé par la calomnie, le mensonge, le vol, la destruction de la réputation d’une personne vertueuse. Voila autant de bassesses qui m’indignent.

Cette calomnie dont a été victime Mme Maty Fall est un complot ourdi de longue date. Mais, comme le dit l’adage, « Yééné négue leu. Borom Macci Fanane. » La pluie d’ignominies qu’ils ont provoquée leur est revenue sur la gueule comme une tempête de merdes puantes, obligeant Maguy Chanel à disparaître immédiatement de la toile; avec la fermeture systématique de son compte Facebook.

Des amis journalistes, approchés pour faire le sale travail de Mamadou Ndiaye, m’ont contacté pour me faire la genèse de l’affaire. Ils m’ont expliqué comment ils ont tous refusé le service commandé dont Ndèye Maty devait être la cible. Ils m’ont avoué les moindres détails de ce sordide complot. Et si un terme n’est pas trouvé à cette affaire, ses conséquences seront dramatiques pour ceux qui l’ont instrumentalisé.

Des confidences obtenues, il ressort que Ndèye Madjiguène Diongue était la copine d’une des filles de Birima Mangara. Et c’est dans le dos de sa fille que le ministre a courtisé Maguy Chanel, l’a épousé et lui a donné un poste taillé sur mesure au ministère des Finances. Connue pour sa propension à mettre sa vie en scène, la nouvelle Mme Mangara avait, pourtant, jalousement caché l’identité de son nouvel époux; le temps de préparer son coup.

A son ami mercenaire de la plume,  -qui, le 13 mars 2016, prétendait donner un scoop-, elle a fait écrire ceci: «En effet, dakarposte est en mesure de révéler que la bonne dame, ex épouse du fils aîné de Youssou Ndour (Birane), s’est unie devant Dieu et les hommes avec un certain A. Nd. Le désormais mari de Magui Chanel  est un Sénégalais bon teint qui vit à l’étranger. Et, Maguy Chanel est…sa deuxième épouse.» 

A LIRE AUSSI:La vérité sur le mariage de Magui Chanel, ex épouse de Birane Ndour (EXCLUSIF DAKARPOSTE)

Pourquoi diffuser un tel mensonge par voie de presse? Que cachaient-ils pour que Maguy laisse croire que son nouvel époux serait A. Ndiaye? Pourquoi, c’est dès le lendemain de la publication de cette ignominie sur Ndèye Maty que Ndèye Maguette Diongue, Maguy Chanel, va publier les photos de son mariage avec Birima Mangara sur Facebook?

A Kéwoulo.info nous avons la réponse à toutes ces questions. Mais, par respect pour la vie privée des autres membres de la famille du ministre, on ne les donnera pas. Pour le moment. Et espérons que cette mise en garde permettra de fermer, définitivement, cette regrettable page ouverte par Birima Mangara lui-même.

Mes départs de l’Obs

Pour ma part, je n’ai jamais été licencié de l’Obs. C’est moi qui suis parti de là-bas. Et cela à trois reprises. La première fois, c’était en 2006. Après mon départ, je suis allé monter mon journal Lindependant-hebdo. Faute de moyens financiers conséquents, il a cessé de paraître. Et Aliou Ndiaye, alors Dirpub, est venu me chercher pour que je revienne à L’Obs.

Ensuite en 2008. Cette fois ci, c’est Youssou Ndour, himself, qui a pris l’avion pour venir me convaincre de continuer à travailler avec lui. Cette rencontre a eu lieu à l’hôtel Saint James de Paris, devant Me Mamadou Diop qui nous a servi de témoin et de facilitateur. Pour que je vienne avec lui, à Dakar, Youssou m’a acheté un billet aller-retour Open; libre à moi revenir en France si jamais la proposition qu’il m’a faite ne me satisfaisait pas.

Il m’a nommé chargé de communication de la banque Birima, en tandem avec Alassane Samba Diop. Après six mois à Dakar, sans affectation, tout en continuant à me payer mon salaire, j’ai repris l’avion pour rejoindre définitivement la France. Malgré cela, Youssou Ndour est resté un frère, un ami. Il me l’a témoigné à de nombreuses reprises devant un public diversifié et devant de hautes personnalités.

Voila les conditions de mon départ du Groupe Futurs médias. Je n’ai jamais été licencié et je mets quiconque au défi de démontrer le contraire. C’est moi qui suis toujours parti de Futurs médias et les témoins sont encore vivants. Quand je travaillais à Futurs médias, il n’était pas semblable à cette usine dirigée par la famille Carrington que nous connaissons aujourd’hui. Et je n’ai jamais vu Bouba Ndour de ma vie. Quand j’étais à l’Obs, aucun membre de la famille Ndour n’avait jamais eu aucun pouvoir là bas.

Le fou de Reubeuss

J’ai rigolé quand j’ai vu l’article réponse de Dakarposte me concernant. « La vertu ne cohabite pas avec le vice », m’a dit un sage qui m’a toujours témoigné son affection.

A LIRE AUSSI: BABACAR TOURE QUI DEMANDE PARDON A Ndèye Maty- Est-ce le même gars qui prétendait être un «agent des Renseignements généraux» lorsqu’il était «journaliste» avant de devenir «écrivain» ?

Et c’est pour ne pas trahir la confiance que des gens comme ce vieux ont placé en moi que je m’efforce de marcher droit. Pour mes enfants, pour le jugement de l’histoire et de celui de Dieu aussi. Tout le contraire de ce calomniateur qui a osé jeter la dignité d’une Hajj en pâture. Mamadou Ndiaye, dans un Etat de droit, ne devait plus avoir la carte de presse encore la prétentention de se réclamer de ce noble métier.

Parce que avant de s’en prendre à Ndèye Maty, de nombreux directeurs généraux et patrons s’étaient plaints de ce maitre-chanteur qui tentait de leur soutirer de l’argent. Mais, c’est Me Aïssatou Guèye Diagne, la notaire, à qui il a soutiré 9 millions de F CFA qui a fini par avoir sa peau.

A LIRE AUSSI: EXTORSION DE FONDS – Affaire Me Aïssatou G. Diagne/Mamadou Ndiaye du magazine Lissa : Quatre journalistes dont un prévenu à la barre

Piégé -par la DIC- en flagrants délit d’extorsions de fonds et de chantage, il a été déféré au parquet et condamné à 3 ans de prison ferme par le tribunal flagrants délits de Dakar.

A ce propos, deux épisodes cocasses de sa détention nous font encore rigoler, un ami de l’Obs et moi: lors de son audition, enchainé sur une chaise, il avait demandé au journaliste de l’Obs de lui prêter son téléphone portable pour appeler quelqu’un. Choqué par l’aplomb de l’escroc, cet ami lui a balancé une insulte mémorable que la morale m’empêche de reproduire ici.

Aussi, croyant que faire le fou à Reubeus, lors de sa détention allait lui éviter la prison, il avait entrepris de crier toutes les nuits dans sa cellule, cognant sa tête contre les murs et refusant de s’alimenter. Craignant pour la santé mentale de son détenu, le régisseur de Reubeuss avait envoyé un signalement au procureur de la République. Et lorsque un de mes amis a appris les inquiétudes notées par Diadji Ndiaye, il a appelé le procureur pour lui dire ceci: « dafay dofdoflou, il faut le maintenir là bas. »

A LIRE AUSSI:L’affaire d’extorsion de fonds : Condamné à 3 ans ferme, Mamadou Ndiaye est tenté par le suicide

A sa sortie de prison, il a gagné une terrible migraine qui lui pourrit depuis lors son existence.

14694881_10211051276618283_2136250370_n
Mamadou Ndiaye, l’homme par qui le scandale est arrivé

Pauvre Directeur de Publication de Dakarposte. A noter que l’argent escroqué à Me Aissata Guèye Diagne ne lui a servi qu’à mener un train de vie que ses maigres salaires ne pourraient jamais lui offrir.

C’est avec une fille qui venait de Thiès –nous avons décidé de taire son nom- qu’il menait le grand train avec l’argent escroqué à la notaire tandis qu’au même moment, pour survivre, sa mère ne pouvait compter que sur la générosité de Pape Momar Diop qui l’assistait en lui achetant, chaque mois, des sacs de riz. Pour faire venir sa conquête de Thiès, il lui prenait un taxi payé 25.000F. CFA, l’aller-retour, l’amenait au restaurant le Taïf, en face de la clinique Niang, à la place de l’Obélisque et la couvait de billets de banque.

Je pourrais écrire un livre sur cet énergumène qui a osé jeté l’opprobre sur la maman, la soeur, la hajja. Mais, comme me l’ont déconseillé de nombreux amis, ce serait lui faire de la publicité alors que je ne voulais que dénoncer un complot et marteler mon indignation.

Babacar Touré

Journaliste-écrivain

kimikikikoo@gmail.com

2 Commentaires

  1. De cette affaire jai tiré deux enseignements: il ne faut jamais porter de fausses accusations contre une personne juste. Quand on est offensé il faut s’en remettre à Dieu qui règle un jour ou l’autre toutes les offenses. Mme Ndeye Maty à été salie. Alors qu’on s’attend à ce qu’elle se défende et fait face au tollé, c’est étranger à toute cette histoire qui porte son combat au nom de la vérité. Adouna dal mo mana diangalé. Finalement c’est Maguy Chanel, son ami journaliste Mamadou Ndiaye et son ministre de mari qui son sur la sellette. Cestu eux qui sont devenus petit à Dakar et ne peuvent plus sortir. Maguy ne prend plus que ses parents au téléphone, à fermé son Facebook et Birima Mangara ne prend plus personne au téléphone même ses amis. Quant à ce pauvre Mamadou Lamine Ndiaye il rase les murs. Allahou Akhbar.

Laisser un commentaire