Diplomatie: L’Union Européenne annonce la suspension des sanctions contre le Mali

Diplomatie: L'Union Européenne annonce la suspension des sanctions contre le Mali

Un volte face de la diplomatie européenne sur le Mali sous la crainte de  perdre le Sahel? En tout cas, tout laisse à croire que l’Europe souhaite continuer à coopérer avec le Mali. En effet avoir annoncé la suspension du budget économique et les sanctions ciblée contre le Mali, “le chef de la diplomatie européenne Josep Borrel, vient  d’annoncer la levée des sanctions contre le Mali”, selon une source diplomatique rapporté par l’agence Reuters.

Cette suspension intervient après l’invitation du ministre des affaires étrangères malien Abdoulaye Diop à Bruxelles pour discuter de l’avenir de la force européenne Takouba au Sahel, selon la même source. “On ne peut pas inviter le ministre malien en maintenant des sanctions contre lui” a affirmé le chef de la diplomatie de l’UE.
Hier , après sa rencontre avec son homologue malien Abdoulaye Diop, la ministre belge des affaires étrangères Sophie Wilmès, a déclaré dans un communiqué que “la Belgique attendait d’urgence des propositions concrètes et crédibles sur la durée de la transition et le retour à l’ordre constitutionnel“. De telles informations “sont déterminantes au regard d’une prochaine décision européenne sur d’éventuelles sanctions et, au niveau belge, d’un réexamen des différentes dimensions de leur engagement au Mali.

Sur le plan militaire, la Belgique participe notamment au groupement de forces spéciales européennes Takuba au Mali, une force placée sous commandement français et qui assiste l’armée malienne dans la lutte contre le terrorisme. Mais également la coopération belge est présente de longue date au Mali. renseigne le communique.

La Belgique a réitéré son souhait de continuer à coopérer, notamment dans la lutte contre le terrorisme qu’elle estime fondamentale. Mais pour cela, des conditions doivent être respectées et la présence d’une milice privée reconnue pour ses abus et son non-respect des droits humains pose sérieusement la question du maintien du partenariat actuel“, lit-on dans le document.

Rappelons que les tensions géopolitiques entre Paris et Bamako seront au cœur de la rencontre. Face à la recrudescence des coups d’États militaires en Afrique de l’ouest, l’UE et la France deviennent prudents pour ne pas perdre le contrôle du Sahel .

Laisser un commentaire