Il devient urgent de mettre sur pied des classes préparatoires d’excellence au Sénégal (Par LY Moustapha)

Tout d’abord, toutes mes pensées vont vers la famille de Diary SOW. Prions pour une bonne issue de la situation, qu’elle revienne saine et sauve.

Ensuite, permettez-moi d’analyser objectivement le modèle d’honorer nos très jeunes et meilleurs bacheliers qui consiste simplement à les parachuter en France dans des conditions impréparées, inattendues et inappropriées.
Par ailleurs, un bilan général s’impose : que sont devenus tous nos brillants boursiers? Ont-ils obtenus leurs diplômes? Comment le Sénégal profite de leurs expertises? En somme quel est le retour sur investissement de cette stratégie (transferts de compétences et/ou financiers)?
Notons bien, plus de 95% de nos bacheliers attributaires d’une bourse d’excellence poursuivent les deux premières années d’études supérieures en classes préparatoires (MPSI, PCSI, PTSI…) dans des lycées en France. Et si on changeait de paradigme, que nos excellents bacheliers réalisent leurs études en classe préparatoire dans les meilleures conditions pédagogiques et sociales au Sénégal avant de rejoindre l’hexagone ou ailleurs avec plus de maturité.
A mon avis c’est faisable , plus économique et plus efficace. En effet notre pays dispose des enseignants et universitaires de classe exceptionnelle pour assurer ces types formations théoriques et pratiques.
En sus, je suis convaincu que le bassin universitaire de Saint-Louis à Dakar est apte à accueillir les meilleures classes préparatoires d’Afrique à l’image de l’AIMS (African Institute for Mathematical Sciences) déjà installé au Sénégal.
En outre, une bonne dose de volonté politique, accompagnée par une stratégie de partenariats pragmatique avec les grandes écoles d’ingénieurs d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique sont les clés de réussite de ce nouveau modèle post Bac excellence made in Senegal.
En classes préparatoires au Sénégal, nos jeunes bacheliers recevront en plus des cours classiques, une formation sociale d’intégration au monde occidental et seront préparés en substance à jouer pleinement leurs rôles d’ambassadeurs pour l’Afrique et le Sénégal en particulier.

Économie de bourses à réinvestir pour l’excellence globale au Sénégal

Notons que le montant minimum de la bourse d’excellence est de 430 000 FCFA mensuel et par étudiant . Chaque année académique, le Sénégal octroie pas moins de 60 bourses d’excellence. Pour une promotion de deux années en classes préparatoires, une somme d’au moins 619 millions est investit en France.

Pourquoi pas réinvestir cette somme en classes préparatoires made in Sénégal

L’objectif est d’assurer pour ces 60 étudiants les meilleures conditions pédagogiques et matérielles tout en s’appuyant sur les infrastructures universitaires existantes.
Ne lésinons pas sur les moyens pour les préparer à affronter l’autre monde qui les attend de pied ferme et sans état d’âme.
LY MOUSTAPHA

Ingénieur Génie civil

France Lille Arras

1 COMMENTAIRE

  1. Excellent article. Moustapha (A la sènègalaise) Vous avez ecrit un article que vous devez remonter au minister de l’enseignement superieure,et qu’il devienne le viatique d’une revolution pour l’intelligentia africaine. Bravo M.Ly

Laisser un commentaire