Dernière minute: Yahya Jammeh va quitter Banjul ce soir avec le président mauritanien

Dernière minute

Ce n’est pas officiel mais c’est presque irrévocable: Yahya Jammeh a décidé de se laisser sortir, ce soir, de son State House et doit s’envoler « vers la Guinée Conakry, dans les suites du président Alpha Condé. »

L’information doit être rendue publique dans quelques heures et c’est une exclusivité Kewoulo.info. Khalifa Sallah, le porte parole du président Adama Barrow prépare une conférence de presse dans les heures qui suivent. Mais, vu la volatilité d’humeur du président Yahya Jammeh, cette conférence de presse prévue à Banjul ne se fera pas avant le départ des avions présidentiels mauritanien et guinéen.

Conscient de la précarité de son séjour à Conakry ou à Nouakchott -d’où il pourra être arrêté et remis à la justice internationale-, Yahya Jammeh est resté buté sur les garanties de son départ. « Il voulait partir pour le Qatar ou un des pays arabes, puisqu’ils ne sont pas soumis aux juridictions internationales et pourrait ainsi échapper à la CPI. Mais, à chacune de ses demandes nous avons opposé un refus catégorique », a déclaré une source de l’organisation ouest africaine.

Vu les rapports qui ont liés Yahya Jammeh aux présidents successifs de la Mauritanie, Kewoulo.info croit fermement que c’est en Mauritanie qu’ira le Babiili Mansa et non en Guinée. Depuis son arrivé au pouvoir, le 22 juillet 1996, Yahya Jammeh a été le pion utilisé par tous les président mauritaniens pour « emmerder » le voisin sénégalais via le MFDC.

Le Babiili Mansa n’avait aucune relation personnelle avec le professeur Alpha Condé, leur amitié est née par procuration: Laurent Gbagbo qui a utilisé Yahya Jammeh pour activer Salif sadio contre Abdoulaye Wade -en 2006- est l’ami intime du professeur Alpha Condé.

C’est, en reconnaissance et sur conseils de cet ami-Laurent Gabgbo- emprisonné à la Haye que Alpha Condé s’est approché de Yahya Jammeh pour avoir, lui aussi, son moyen de pression sur Dakar et ses prétentions à jouer les premiers rôles en Afrique. (Nous ferons des dossiers spéciaux sur ces relations incestueuses et leurs conséquences politiques et sécuritaires)

Contacté par nos reporters sur place -à Banjul, Sérékunda et Faraféni-, les derniers jusqu’au-boutistes de Yahya Jammeh feignent ignorer cet accord et se positionnent comme les garants de la sécurité de Kanilaï où des hordes de combattants sont positionnées. Ailleurs, tout a échappé à Yahya Jammeh et la peur a changé de camp.

A Banjul, la peur est à son paroxysme; même si Yahya Jammeh quitte la capitale gambienne, cette nuit, ses derniers partisans n’échapperont, certainement, pas à la justice des vainqueurs. Cette nuit et les nuits suivantes, un drame humanitaire se trame à Banjul et au delà dans toute la Gambie.

Laisser un commentaire