Dernière minute: Le président Adama Barrow prêtera serment cet après midi à l’ambassade de Gambie à Dakar

Dernière minute

Un revirement de dernière minute vient de nous parvenir. Vu les risques réelles de sécurité en Gambie, les chefs d’Etat de la Cedeao ont encore retardé le retour du président élu. Finalement, Adama Barrow, prêtera serment cet après midi à Dakar. C’est l’ambassade qui est un territoire gambien qui lui servira de sol national.

Si pour des raisons de sécurité nos sources n’ont pas voulu en dire plus, il se susurre que après la défection de l’armée gambienne qui a annoncé son refus de se battre pour le Babiili Mansa, de nombreux fidèles de Yahya Jammeh ont décidé d’en découdre avec les « assaillants » jusqu’au bout.

« C’est parce que ses demandes ne sont pas réalisables que Yahya Jammeh ne veut pas entendre raison. Il s’accroche à l’idée qu’on doive lui accorder l’impunité, lui et des centaines de fidèles, en territoire gambien.  En fait, il nous a servi la même sauce de se retirer dans son Kanilaï natal avec ses hommes; ce qui est non envisageable« , a déclaré un proche du président Adama Barrow.

En attendant de leur faire entendre raison ou de les circonscrire, Mouhamed Ould Abdel Aziz, le médiateur mauritanien, en accord avec les présidents de la CEDEAO, a demandé au Sénégal de sursoir à entrer en Gambie avec le président Adama Barrow. « Ce sera le mettre en danger et précipiter le chaos au coeur du Sénégal », a déclaré une source gambienne.

Sur le plan du droit international, en dehors d’une résolution internationale, aucune force étrangère ne pouvait fouler le sol de Gambie. Il se trouve que hier, à minuit, le Conseil de sécurité de l’Onu qui est l’organe suprême des Nations Unies n’a pas encore autorisé l’intervention des militaires de la CEDEAO.

La CEDEAO qui est un organe sous régionale est sous l’autorité de l’Onu. Et sans le mandat de cette dernière, la communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest ne pouvait pas bouger. Pour lever ce blocage, le Sénégal a obtenu de l’Onu qu’elle se réunisse aujourd’hui et se prononce sur le dossier gambien. « Ce sera fait cet après midi à 16 heures GMT« , a précisé une source diplomatique sénégalaise.

« Aussi, une fois investi président de la République islamique de Gambie, par un juge gambien actuellement présent à Dakar, Adama Barrow va, au nom des pouvoirs qui lui seront dévolus, autoriser l’entrée des forces étrangères dans son pays et nettoyer la Gambie des mercenaires de Yahya Jammeh », a déclaré une source membre de la coalition qui a conduit Adama Barrow au pouvoir.

Les mercenaires de Yahya Jammeh sevrés de leurs soutiens de la GAF -Gambian Armies Forces- vont devoir se battre seuls contre le Sénégal, les militaires gambiens légalistes et les quelques fantassins de la CEDEAO. Après les déclarations de Ousmane Badgie, le chef d’Etat major de l’armée gambienne, de nombreux soldats ont abandonné leurs postes  et seraient les premiers à faire face aux supplétifs de l’APRC, le parti de Yahya Jammeh, et de ses mercenaires.

Laisser un commentaire