Démêlés judiciaires de Khalifa Sall: Abdoulaye Wilane approuve la reddition des comptes

Démêlés judiciaires

 

Le défilé des barons rénovateurs du PS devant la justice se poursuit au rythme de l’actualité. Comme continuent les réactions de satisfaction des camarades de Ousmane Tanor Dieng face aux malheurs qui frappent leurs «frères perdus».

 

Ce matin, par la voix de son porte-parole, Abdoulaye Wilane, le Parti socialiste a déclaré que «la reddition des comptes est une opération normale et que le maire de Dakar, Khalifa Sall, ne peut se soustraire à cet acte de gestion des deniers publics.» Comme pour Khalifa Sall, le maire de Kaffrine a applaudi la décision de la justice sénégalaise de reconnaitre Barthélémy Diaz coupable de coups mortels et de le condamner à deux ans de prison dont 6 mois ferme.

Comble de l’ironie, l’ancien chantre de la défense de Barthélémy Diaz s’est même permis de luxe de prier pour le repos de l’âme de Ndiaga Diouf. Et en a profité pour demander la fin des intimidations politiques; référence toute faite à l’utilisation de nervis par les politiques pour régler leurs comptes.

A l’en croire, « le parti socialiste, étant un parti républicain, ne peut se permettre de commenter une décision de justice ou de la contester« . Convaincu que le droit a été dit dans l’affaire Barthélémy Diaz, Abdoulaye Wilane voudrait voir la justice conduire le dossier Khalifa Sall avec la même célérité.

De plus en plus éloignées de celles du maire de Dakar, les prises de position des responsables socialistes déroutent plus d’un et confirment sinon leur implication dans les malheurs des rénovateurs leur approbation de la démarche sélective de la justice dans le traitement des dossiers des contribuables sénégalais.

En 2011, quand Barthélémy était encore leur «garçon», ils avaient remué ciel et terre pour obtenir sa libération, par Macky Sall, en soutenant la thèse de la légitime défense.

Cinq ans plus tard, quand le fils de Diaz a pris ses distances avec le président de la République et déclaré son souhait de voir un présidentiable PS, ces mêmes ténors sont montés au créneau pour demander le jugement de Barthélémy Diaz, accusé avoir tué Ndiaga Diop.

Et la condamnation du maire de Sicap Mermoz, l’emprisonnement de Bamba Fall -lui aussi acteur majeur de la rénovation-, comme la convocation du maire de Dakar devant les policiers de la DIC semblent être du pain béni pour Ousmane Tanor Dieng et ses partisans.

Pour eux, il n’y rien à dire : «Khalifa Sall doit répondre de sa gestion.» A en croire Abdoulaye Wilane, «le PS croit en la transparence, croit en la reddition des comptes et nous espérons que Khalifa Sall sera blanchi.»

Pire, le porte parole du PS pense qu’il y’a quelque chose de louche dans le fait que la caisse noire du maire de Dakar soit une nébuleuse. «Je suis maire comme Khalifa Sall et je suis à mon second mandat. Mais, jamais je n’ai vu de caisses d’avance ni chez moi ni dans la nomenclature des mairies.» A déclaré Abdoulaye Wilane, le maire de Kaffrine. Aussi, si cette caisse noire appelée «Caisse d’avance où un trou de 3 milliards a été découvert» existe à Dakar, le maire de Kaffrine pense qu’il est temps de la supprimer.

A défaut, l’élargir aux autres mairies du Sénégal pour corriger une injustice qui favoriserait Dakar au détriment des autres communes. Pour que nul ne le soupçonne d’applaudir béatement les malheurs de ses adversaires, le porte-parole du PS a déclaré que « il n’y a pas deux camps au sein de (leur) parti. »

A l’écouter, il n’y a que «quelques agitateurs tous issus de la région de Dakar» qui essaieraient de refuser de suivre la ligne directrice du parti: celle-ci voudrait que les socialistes, comme l’a souhaité Ousmane Tanor Dieng, se rangent derrière le candidat de l’APR, lors de la présidentielle 2019.

Pour rappel, après l’annonce de la candidature de Khalifa Sall, maire de Dakar, à la future présidentielle de 2019, les socialistes sont divisés en deux camps : Les pro Tanor Dieng et les partisans de Khalifa Sall. Le premier Secrétaire veut que le parti de Léopold Senghor se range derrière la candidature de Macky Sall tandis que Khalifa Sall est d’avis que «un grand parti comme le (leur) ne peut se permettre de rater une élection présidentielle.»

Il est soutenu en cela par Me Aïssata Tall Sall, Barthélémy Diaz, Bamba Fall…tandis que tous les autres mammouths du PS sont derrière Ousmane Tanor Dieng, défendant une position qui semble être celle de Abdou Diouf, l’ancien président du Sénégal, revenu récemment d’un long exil parisien, grâce à Macky Sall.

 

Laisser un commentaire