Demba SOW : « Pour plus de clarté, le consul Amadou Diallo doit mettre un terme à son immixion dans la gestion des fonds du parti en France»

Demba SOW

Longtemps critiqué sur le fonctionnement de la Délégation en France de l’Alliance pour la République (Apr, au pouvoir au Sénégal), souvent accusé d’avoir «bouffé» l’argent du parti, le coordonnateur Demba Sow a toujours pris le pari de ne jamais répondre. Surtout pas dans la presse.

Aujourd’hui, c’est un tabou qu’il brise en accordant cette interview à Afrique Connection. A travers ces lignes, sa démarche est claire : rétablir la vérité, éclairer la lanterne des militants sur « beaucoup de choses qui se disent ». Même sur la très sensible question des fonds politiques, qui sont visiblement gérés par le consul général du Sénégal à Paris, Amadou Diallo, le syndicaliste tombé dans la politique « par concours de circonstance » comme il a l’habitude de dire, a mis les pieds dans les plats.

Et c’est pour confirmer ce que le tout Paris savait déjà, et appeler vertement le consul, son patron au consulat, à « mettre fin à cette situation », pour ne pas dire se retirer de la gestion de ses fameux fonds politiques qui, selon nos informations, auraient empoisonné leurs relations ces derniers mois. Demba Sow s’est également exprimé sur la crise du mouvement des femmes, traversé par une rébellion interne. Entretien.

 En octobre dernier, un groupe de femmes de la Délégation de votre parti en France initiait une rébellion pour réclamer la tête de la responsable de leur section. Où en êtes-vous avec cette énième crise dans la Délégation de l’Alliance pour la République (Apr) en France ?

Effectivement il y a eu des camarades qui ont lancé à distance, le 8 octobre, un message au président de la République, lors d’une réunion, pour dire qu’elles ont des problèmes avec la responsable du mouvement des femmes (Madame Mbacké, également vice-consul du Sénégal à Paris, NDLR). Quand on est responsable, on rassemble. On réunit. On cherche des solutions par rapport aux problèmes posés. C’est ce que nous avons fait à notre niveau dès que ce problème est survenu.

C’est pour vous dire qu’au niveau de la DSE (Délégation des Sénégalais de l’Extérieur de l’Apr) que je coordonne, nous avons initié, dans la foulée de leur sortie, une médiation interne pour essayer de discuter avec les sœurs, écouter ce qu’elles nous disent par rapport à ce qui va et ce qui ne va pas, pour ensuite essayer de trouver une solution ensemble. Nous ne désespérons toujours pas de trouver une solution, parce qu’après tout, ces femmes sont membres et responsables du parti.
Sauf que cette médiation initiale avait échoué…

Je ne dirai pas qu’elle avait échoué. Il ne faut pas perdre de vue que cette médiation avait été initiée alors que les tensions étaient encore vives. Forcément, dans ces circonstances c’est la passion qui l’emporte. Nous avons alors pensé que c’était mieux de laisser du temps au temps, c’est-à-dire jusqu’à ce que les tensions retombent petit à petit, que les esprits se retrouvent.

Aujourd’hui, on est arrivé à ce stade et la médiation a repris son cours. Mais je ne vous en dirai pas plus pour le moment. Je pense tout juste que nous arriverons à une issue heureuse parce qu’autant ces femmes que la responsable de leur mouvement, elles sont toutes pour l’intérêt du parti, pour la réussite du projet du Président Macky Sall pour le Sénégal.

Y a t-il déjà eu une confrontation entre les belligérantes, tout au moins un projet dans ce sens ? 

Il y a un projet de rencontre entre les deux parties parce qu’elles sont toutes dans un bon état d’esprit. J’ai bon espoir que nous arriverons à une solution. Honnêtement, je ne désespère pas que nous-nous retrouvions comme au bon vieux temps pour continuer ensemble la dynamique de massification du parti, et de valorisation des réalisations du Président Macky Sall, ce qui est à mes yeux le plus important pour nous en tant que militants.

Au début ces femmes étaient très déterminées à aller jusqu’au bout, et la responsable Madame Mbacké ne semblait pas accorder de l’importance à leur rébellion. Concrètement, qu’est-ce qui a subitement fait baisser les tensions pour enfin donner une chance à la médiation ? 

Vous savez, dans ces situations, il faut savoir raison garder, donner du temps au temps. Personnellement, on ne m’a jamais entendu parler à cette époque dans les médias. Quand il y a des égos qui s’affirment, des frustrations qui se manifestent, il faut éviter de parler à chaud. C’est pourquoi à la DSE, nous avons opté pour cette stratégie. Parce que linge sale se lave en famille, nous avons pu gérer en interne ces tensions exprimées au vu et au su de tout le monde, avec des responsables du parti dont je salue l’action au passage.

Je pense notamment au président de la commission médiation, le coordonnateur adjoint et Ambassadeur itinérant, Talla Daff, le responsable des structures (Ahmet Sarr), le coordonnateur- adjoint Badou Sow, le chargé des communications, Moise Sarr, et même ces femmes à qui on a fait appelle et qui viendront s’asseoir autour de la table de négociations pour trouver une solution.

  • Mais en même temps il semblerait que, dans la foulée, une des têtes de pont de cette rébellion, Niba Sène, avait été démise de son poste de responsable des femmes dans sa section des Mureaux. Ces genres de mesure ne risquent-elles pas de torpiller la dynamique des retrouvailles ?

Réellement, elle n’a jamais été démise de son poste. A l’époque, comme les esprits étaient chauds, le manque de confiance s’était installé, tout ce qui était normal avant redevient anormal dans ce contexte-là. Voilà ce qui s’est passé : le coordonnateur de la section des Mureaux, Badou Sow, organise des réunions tous les quinze jours pour faire le point sur les comités de quartier qu’il est en train d’installer.

Mais la réunion du quinzomadaire coïncidait avec le jour où les deux émissaires négociateurs étaient au Mureaux pour parler avec les femmes. Cette réunion avait donc été interprétée comme étant une réunion d’urgence pour démettre la camarade Niba Sène, qui est la présidente de femmes de la section. C’est archi faux. Au moment où je vous parle, Madame Niba Sène est toujours membre de la section des Mureaux et responsable des femmes de cette section. C’était donc une fausse information.

  • Ou peut-être qu’elle a été réintégrée en catimini pour donner une chance à la médiation ? 

Pour être réintégré, il faut d’abord qu’on soit désintégré si je puisse me permettre ce jeu de mots. A l’Apr, conformément à la ligne du Président, on ne soustrait pas, on additionne. Encore une fois, Madame Niba Sène n’a jamais été exclue ni démise. Ça n’a jamais été dans les projets à quelque niveau que ce soit.

  • Vous conviendrez que quand une crise s’éternise dans un mouvement, la responsabilité de son chef n’est pas à écarter. Que répondez-vous par rapport aux critiques portant sur votre responsabilité dans cette crise de l’Apr ? 

Vous savez les critiques on ne peut jamais y échapper. On me reconnaîtra quand même que je n’ai jamais répondu à ces critiques ni à travers les médias ni dans les sections. Je continue à faire mon travail en profondeur. Je pense que les résultats se verront lors des élections législatives de 2017 et à la réélection du Président Macky Sall en 2019. Moi, les critiques me galvanisent. Mon principe, c’est faire et laisser dire.

  • Il y a également beaucoup de bruits et de suspicions autour de la gestion des fonds du parti et de la coalition présidentielle Benno Bokk Yakaar. Comment est géré tout cet argent, qui doit le gérer et qui le gère-t-il réellement ? 

Sur les fonds du parti, le Président avait effectivement donné une somme pour aider les sections dans le cadre de leurs activités. Le chargé des structures a fait un travail remarquable pour faire l’inventaire de ces sections. Nous avons mis à jour toutes les sections, et chacune d’entre elles a reçu ses 2000 euros pour fonctionner.

Ensuite il y a eu 20 000 euros pour la DSE. Nous avons fonctionné avec. Il y a aussi les 10 000 euros que le Président a donné à la coalition Benno Bokk Yakaar. L’argent a été remis au consul (Amadou Diallo, NDLR), il n’a pas été mangé. Quand nous aurons l’occasion de nous retrouver avec nos camarades alliés, ces 10 000 euros seront remis à la coalition. Tout ce bruit qui a entouré ces sommes d’argent c’est pour nuire à la DSE et au coordonnateur. Mais seule la vérité de Dieu finit par triompher. Si j’avais mangé les 10 000 euros de la DSE ça se saurait. Idem pour les 130 000 des sections (2000 euros X 65 sections, NDLR) et les 20 000 de la coalition.

  • Justement, à quel titre les fonds sont-ils confiés au consul général du Sénégal et non aux responsables politiques du parti ? 

Je ne veux pas revenir sur ce sujet. C’est vrai que le consul général est là pour tous les Sénégalais et pas pour l’Apr. C’est un concours de circonstance qui a fait que l’argent est passé entre ses mains, mais il ne l’a pas géré. Maintenant je ne veux pas m’épancher sur pourquoi c’est le consul qui a l’argent et non le coordonnateur du parti. Mais en tous les cas, personnellement je n’ai eu à gérer que les 20 000 euros et je les ai remis au trésorier. Pour les 10 000 euros de la coalition, ils ont été remis au consul parce que j’étais au Sénégal. Mais je les ai récupérés à mon retour.

  • Le fait qu’Amadou Diallo, le consul de tous les Sénégalais de Paris, gère des fonds politiques d’un parti à la place du coordonnateur n’accrédite-t-il pas la thèse de ceux qui soupçonnent que réellement c’est lui qui dirige l’Apr en France ? 

Il faut rendre à César ce qui appartient à César. Par rapport aux 10 000 euros de la coalition, c’est comme si je lui avais demandé de me les garder en attendant mon retour. Par contre l’argent des sections et de la DES c’est dans ses mains. Même le reste de l’argent des sections c’est dans ses mains. Mais politiquement, moi je continue à assumer mon rôle dans la gestion des activités du parti, en termes de massification et de mobilisation.

Mais financièrement, tout le monde sait que nous tirons le diable par la queue. Nous avons des militants d’une grande disponibilité qui se déplacent en payant de leurs poches comme avant<. Cette situation doit être clarifiée. Nous avons coordonnateur, nous avons un trésorier. Nous avons un consul. C’est au coordonnateur de l’Apr de gérer le parti. Et le consul, lui, gère les Sénégalais. Je suis donc assez serein pour dire que je n’ai eu à gérer que l’argent de la coalition. L’argent des sections qui fait tant de bruit est passé par les mains du consul général du Sénégal à Paris.

Maintenant je pense qu’il est temps qu’on mette un terme à tout cela. Parce que le fait que le nom du consul (Amadou Diallo) revienne souvent par rapport à beaucoup de problèmes, ce n’est pas bon pour l’image de sa fonction et celle du parti (Apr). Il faut dissocier les deux. Que chacun prenne ses responsabilités, reste à sa place, et fasse ce pour quoi il a été mis à sa place.

  • Pourtant au départ tout le monde semblait bien s’accommoder à ce mode de fonctionnement. Avec Madame Mbacké et d’autres, vous formiez un noyau dur autour du consul Diallo. Est-ce ces histoires d’argent qui on fait éclater ce fameux clan ? 

D’abord, je réfute totalement ce terme de clan. Pour nous, il n’y a jamais eu de clan. Effectivement, Amadou Diallo, Madame Mbacké et Demba Sow travaillent ensemble au consulat au service des Sénégalais. Nous sommes une équipe déterminée et engagée pour satisfaire les intérêts de tous les Sénégalais. Maintenant, politiquement, quand je suis au consulat je n’ai pas la casquette de l’Apr. C’est vrai que le nom du consul revient souvent sur l’histoire des femmes, sur l’histoire d’argent.

Encore une fois, pour la clarté des choses, le consul lui-même devait mettre un terme à cela. Je ne veux pas dire qu’on ne prête qu’aux riches, mais je sais que personnellement on ne peut pas prendre à défaut par rapport à ces histoires. Et je pense que le Président la République et président du parti sifflera la fin de la réaction par rapport à beaucoup de choses.
Il ne faut pas que les rumeurs incessantes sur l’implication du consul dans la gestion des finances du parti et son implication politique éclipsent le remarquable et notable travail que nous accomplissons ensemble, sous sa responsabilité, au consulat au service de tous les Sénégalais.

  • C’est un appel lancé à Macky Sall pour qu’il demande au consul de ne plus se mêler de la gestion des fonds du parti ? 

Si tenté qu’il (le consul) soit impliqué dans tout ce qui se dit…(il termine pas la phrase, NDLR). Il n’y a pas de fumée sans feu. Vous savez, les gens sont très bien informés.  Beaucoup de choses ont été racontées sur moi, mais les militants savent très bien que je ne suis pas nanti. Et ça se voit dans mon comportement et mon mode de vie. Je ne reçois pas d’enveloppes, je n’en demande même pas.

La vérité finira par triompher. Les choses ne sont pas faciles pour nous en France, en tant que militants et responsables. Et je suis sûr que le président remédiera à cette situation avant les législatives. C’est vrai qu’il a mis beaucoup de moyens pour la France, mais il reste encore des choses à faire. Et pour cela il faut qu’on en discute ensemble.

  • Justement, pour revenir à la crise des femmes, des rumeurs circulent à Paris selon lesquels c’est le consul Amadou Diallo et le ministre Mamadou Talla « Tchouks » qui auraient monté les rebelles contre Madame Mbacké. Vous le pensez aussi ?

Je constate juste qu’à chaque fois qu’il y a quelque chose de négatif par rapport au fonctionnement du parti en France, leur nom revient. Je trouve ça dommageable. Maintenant, ça ne veut pas dire que je donne du crédit à ce qui est écrit ou dit.

  • A la lumière de votre conférence de presse en réaction à l’appel à la résistance d’Abdoulaye Wade, peut-on dire que le coordonnateur Demba Sow, qu’on n’entendait pas souvent dans les médias, a enfin décidé de reprendre les choses en main ?  

Je n’ai jamais eu l’impression de ne même pas avoir les choses en main. J’ai une façon particulière de fonctionner, qui est peut-être due à mes origines syndicales et ma modestie d’ouvrier normal. Mais je sais qu’à chaque fois que de besoin j’ai fait mes preuves. Il y a eu beaucoup de bruit. Mais, comme on dit en bambara, les tonneaux vides font plus de bruit que les tonneaux remplis. Moi je me considère comme un tonneau rempli. Je peux faire face à toutes les situations. J’ai confiance en mon parti, j’ai confiance aux militants, aux femmes, aux cadres, aux jeunes, aux responsables des structures.

Mais ceci dit, je ne suis pas dans le tintamarre médiatico- réseaux sociaux. Je suis patient, et j’attends. Je pense que quand l’heure a sonné de répondre au président Abdoulaye Wade, toute la DSE s’est mobilisée et on nous a entendus.  C’est pour vous dire que je n’ai jamais perdu la main sur quoi que soit. J’attends toujours l’heure H pour dire ce que j’ai à dire, au moment où il faut le dire, et à qui il faut le dire. Peut-être que je ne suis pas actif dans les réseaux sociaux pour que certains puissent se rendre compte de mon action. Mais, moi, je suis plus dans les foyers sociaux et le terrain social.

Propos reccueillis par Thierno DIALLO

Afriqueconnection

Laisser un commentaire