Décès de Sérigne Saliou Amar: Cheikh Amar va devoir patienter quelques jours encore

Décès de Sérigne Saliou Amar: Cheikh Amar

0

Les choses devaient allées vite. Et la famille espérait disposer du corps dans les 24 voire 48 heures afin de rapatrier le corps du jeune homme en vue de son enterrement à Touba, au Sénégal.

Mais, les proches du défunt Sérigne Saliou Amar vont devoir patienter. Une ordonnance de recherche de genre de mort a été délivrée par le parquet de Paris. Une procédure qui ouvre immédiatement la voie à une autopsie. Et pourrait obliger Cheikh et Marie Amar, les parents du défunt, à patienter quelques jours encore.

Si l’on suit la procédure choisie, la famille ne pourra pas disposer du corps avant la semaine prochaine; après le passage de la dépouille sur la table des médecins légistes de l’institut médico-légal de Paris, dans le 12 ème arrondissement, à coté du métro Quai de la Rapée.

En France, dès qu’une mort parait suspecte aux yeux du médecin -qui vient, au domicile, constater la mort d’une personne en compagnie d’officiers de police judiciaire-, l’affaire est immédiatement portée à la connaissance du parquet. Et ce dernier ordonne aussitôt une autopsie avant que le corps ne soit remis à la famille.

Au cours de cette autopsie, les médecins cherchent les causes exactes de la mort suspecte. Et, lorsqu’ils ont la certitude qu’elle est naturelle, rendent leurs conclusions au parquet qui délivre un certificat d’inhumation.

C’est avec ce document que la famille se présente à la pompe funèbre pour récupérer le corps et préparer l’acheminement vers l’aéroport pour le rapatriement du corps et l’enterrement.

Autrement, lorsque les légistes découvrent que la mort est provoquée -non naturelle-, leur rapport sert au parquet pour l’ouverture d’une information judiciaire. Pour les besoins de l’enquête judiciaire, une contre expertise pourrait être demandée par le parquet comme par la famille.

En France, ces procédures sont incontournables. Et ni le rang ni la fortune des victimes ou de leurs familles ne peuvent empêcher que le ministère public fasse la lumière sur cette mort qui commence à paraitre trouble.

PARTAGER
Article précédentDécès Brutal de son fils aîné: Le témoignage bouleversant de Cheikh Amar
Article suivantRevue de presse: Ahmeth Aïdara dissèque l’actualité du 12 mai 2017
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire