Culture: Eyewitness, parcours d’une star que le père a mis du temps à reconnaitre

Culture: Eyewitness

Eyewitness

Il s’appelle Eyewitness. Et se veut le témoin oculaire des conditions, parfois dramatiques, de la vie des Sénégalais. Il est devenu l’un de ces griots modernes, le témoin capital de nos quotidiens, l’une de ces voix qui, à travers le monde, chantent le parcours de nos sociétés et informent, le monde, de nos illusions et rêves. Mais, Eyewitness, c’est avant tout l’histoire d’un gamin de banlieue sur qui personne n’avait jamais rien misé. Il est l’autre partie de l’histoire de Wagëblë. Voyage dans l’intimité d’un ambassadeur infatigable qui raconte partout sa part de vérité de l’histoire du Sénégal…

Il est à Wagëblë, ce qu’est Jean-Baptiste pour le christianisme. L’autre personnage, capital, sans lequel rien n’aurait pu se faire. Le binôme de la mission. Mouhamed Lamine Kandji est né à Pikine d’une famille de matheux. Son père comme ses frères ont tous suivi des séries scientifiques et occupent des emplois cognitifs. C’est la voie que son père, conscient de la concurrence qui va régner dans ce monde de plus en plus concurrentiel, voulait pour son fils. Et pour satisfaire aux désidératas de cet univers de plus en plus élitiste, il a mis son petit Mouhamed dans un lycée quoté, loin de sa banlieue dakaroise et de son lot de déscolarisés.

Mais au lycée Lamine Guèye de Dakar où se côtoient les fils à papa, les gamins ne se rêvent plus en costumes cravates. Ils ont d’autres modèles et les exemples des pères ne sont plus les références des enfants. Et l’escalier de l’affirmation de soi, qu’a été l’école de la République, est, désormais, ringardisé par l’ascenseur social qu’est la starmania. A cette période-là, c’est aux Fugees comme à Tupac Shakur que les gamins rêvent de ressembler. « Nous ne nous connaissions pas Waterflow et moi. Nous étions dans la même classe, mais nous ne nous parlions pas« , confesse aujourd’hui Eyewitness.

La naissance de leur complicité se fera de la manière la plus fortuite. « Nous étions en classe et avions un devoir à faire. Soudain, j’ai remarqué que Flow, au lieu de travailler, dessinait sur sa feuille. Je le lui ai reproché et il m’a envoyé balader », confesse Eyewitness.

Exclus d’un devoir de classe, ils se découvrent une amitié

 

Pourtant, le donneur de leçons n’avait pas fait mieux que son camarade de classe. Ayant remarqué que ses deux élèves dessinaient, le professeur les a, simplement, mis dehors. Exclus de l’interrogation, les deux indisciplinés se sont retrouvés devant l’école, livrés à eux mêmes. De 10 heures à 17 heures, ils vont apprendre à se connaitre. Et à ne parler que de leurs idoles américaines et sénégalaises.

Soudain, au lendemain de cette exclusion précurseur d’une nouvelle amitié, une mauvaise nouvelle est parvenue à l’école: L’élève Pape Moussa Lo a perdu sa mère. « Je voulais lui présenter mes condoléances, mais je ne savais pas où il habitait. Comme par hasard, j’avais vu de nombreux appels en absence sur mon téléphone. Et plus tard, j’ai compris que c’est lui qui essayait de me joindre ». Mais, alors qu’il ne s’y attendait pas, Mouhamed – qui s’est rendu au terrain de basket de l’école- y découvre son nouvel ami, usant les semelles de ses chaussures sur le parquet goudronné.

« Je lui ai dit: »mais c’est pas toi qui a perdu ta mère pendant ce week-end? » Il m’a répondu : « c’est la vie. » Il fallait continuer à vivre; même si la perte de sa mère l’a ravagé« , soutient Eyewitness. Lorsqu’ils sont tous les deux, Pape Moussa lui a dit que, dans ce moment de douleur qu’a été la disparition de sa mère, c’est à lui -Mouhamed- qu’il a pensé. « C’est pourquoi je t’ai appelé, plusieurs fois, sans t’entendre« , avait déclaré l’orphelin à son nouvel ami. C’est le signe dont les deux gamins avaient besoin pour unir leur destin. Le seing du pacte qui les lie depuis 1996.

Occupés par les ennuyeux cours qu’ils ne pouvaient sécher -pour ne pas s’attirer les foudres des parents-, les deux lycéens n’auront de répit que lorsqu’ils sont dehors, à dessiner et à rapper. C’est cette année-là que Mouhamed Lamine Kandji disparaîtra pour laisser place à Coolkey puis à Eyewitness, le témoin oculaire. 

 

Décès de la mère de Waterflow, le ciment d’une amitié

Cette nouvelle existence est arrivée avec son lot de douleurs pour le gamin de Pikine: alors qu’il croyait avoir fait un pas dans l’ascension sociale, en quittant son populaire quartier de Pikine pour le très select Bel-Air, le voila renvoyé dans le très mal quoté Thiaroye. La faillite de la société du père a plongé la famille dans un dénuement total et elle devait changer de standing. 

« C’est un choc terrible pour nous tous. Du coup, on a pris du temps à nous relever, se remémore Eyewitness. Quand je repense à ces années-là, au dénuement dans lequel nous nous sommes retrouvés, j’ai des larmes aux yeux. »

Mais ce renvoi dans le ghetto de Thiaroye va le rapprocher de son ami. Désormais, seule la route nationale N°1 et 10 minutes de marche les sépare l’un de l’autre. Maintenant, c’est ensemble qu’ils vont écrire les nouveaux chapitres de leur vie. Les va et vient, sans conviction, au lycée comme les incessants déplacements pour les répétions et les séances de dessins vont se faire à deux.

Parce que « à la base, nous étions des dessinateurs de graffiti et gagnions un peu d’argent avec. C’est avec les fruits de ce travail que nous payions les CD de nos idoles comme, aussi, nous payions nos déplacements ».

 

C’est dans ces conditions-là que va s’ouvrir, à Dakar, le premier studio moderne dédié au rap. Le studio Yes. Et c’est là que les graffeurs vont faire la rencontre de Steven, un producteur norvégien, et le début de leur émancipation. « Nous avions convenu de décorer le studio Yes qui en avait besoin. Et au lieu de nous payer, il devait nous faire enregistrer« , A soutenu Waterflow, fier de ce troc qui leur a ouvert toutes les portes.

Dans l’agenda des enregistrements programmés, il y avait un certain Gun Man Xuman et ses Pee Froiss, Didier Awady et son PBS, les Daara-Ji mais aussi les BMG 44; des monstres sacrés du rap made in Galsen. Les pionniers que tout le monde voulait approcher.

C’est dans cette forets de stars que Fred, un producteur norvégien venu au studio Yes, va remarquer les frêles silhouettes des deux graffeurs, apprentis rappeurs, en quête de reconnaissance.

« Quand je les ai vus, j’ai senti naitre en eux une soif, une envie de réussite. Il y avait une force mystique qui dégageait en eux. Quand j’ai demandé à Steven qui ils étaient, il m’a dit que ce sont deux dessinateurs qui s’adonnent, aussi, au rap« , a témoigné le producteur norvégien satisfait d’avoir décelé, avant tout le monde, le talent qui sommeillait dans ce binôme.

Des graveurs remarqués par un producteur qui a l’oeil

 

Informé que le duo faisait partie de la compilation Yes mise dans le commerce, Fred s’est rendu au marché Sandaga de Dakar pour acquérir le produit. Il est automatiquement séduit par le flow des tagueurs.

« Aussitôt, j’ai cherché leurs contacts. Et je suis allé, à leur rencontre, à Thiaroye; malgré la barrière de la langue (ils ne parlaient pas anglais) et en dépit du fait que tout le monde m’ait déconseillé d’aller la-bas, chacun m’avertissant des dangers que j’encourais en me rendant dans leur banlieue. » A témoigné Fred.   

Muni de son CD instrumental, le norvégien est allé à la quête de ses nouvelles génies en herbes. De 15 à 18 heures, il les a écoutés rapper sur son instrumental. Et au terme de cette journée de contact, il a appelé ses partenaires pour leur dire qu’il venait de trouver les perles rares qu’il était venu chercher à Dakar. Une première victoire. Une nouvelle étape sur le chemin de la reconnaissance de leur talent.

Si Eyewitness commence à être reconnu, dans la banlieue, comme une star du Hip Hop, pour le père, « Muhammed est sur la voie de l’échec. » Seule la mère croyait en ce fils qui délaissait les cours pour les répétitions, parfois, tardives de son fils. « D’ailleurs, un jour, alors que je suis rentré, tard, de ma répétition, mon père est venu dans ma chambre et a essayé de discuter avec moi alors que j’étais plongé dans un profond sommeil. Puisque je venais de me coucher, une heure à peine, il m’a posé des questions auxquelles je ne pouvais répondre. » Raconte Eyewitness qui en rit encore, presque deux décennies après les faits.

La reconnaissance est d’abord venu du père

 

Comme son fils, plongé dans la somnolence, tenait un discours décousu, le père a fait venir son épouse pour lui montrer, de visu, l’état d’inconscience de son fils. Cela fait plusieurs moments qu’il soupçonnait son rappeur de fils de s’adonner à la drogue. Et a cru, en cette occasion, montrer « la preuve irréfutable » de ses soupçons. Comme les défaites sont orphelines, le père voulait que la mère constate « l’état d’ébriété » de son Muhammed. Dans ce Sénégal où les enfants qui ont échoué n’appartiennent qu’à leur mère, Mme Kandji a encaissé, le coup sans polémiquer.

Entretemps, Eyewitness a fait son chemin. Avec Wagëblë et son ami de toujours, ils crèvent l’écran et s’invitent dans tous les salons. Leur succès et leur présence à la télé sont devenus si grands que le père de Muhammed, parti rendre visite à des parents, s’est surpris à regarder son fiston à la télé.

« Tout le monde l’a félicité et lui a dit que son fils est devenu une star incontournable du Hip Hop », témoigne aujourd’hui un membre de la famille Kandji. Quand il est arrivé à la maison, le père est allé directement voir son fils, l’a tapoté sur les épaules. Et lui a dit: « félicitation Witness. »

C’était la reconnaissance et la bénédiction dont il avait besoin pour aller à la conquête du monde. Et depuis lors, il a du mal à se poser au Sénégal, toujours entre deux avions. Plus d’une décennie qu’il vit à Genève, en Suisse, alors que son ami est à Washington sans qu’ils n’arrêtent de faire des albums.

Laisser un commentaire