CPI: l’ouverture de la 15e assemblée assombrie par les départs annoncés

CPI

A partir de ce mercredi 16 novembre et jusqu’au 24 novembre s’ouvre à La Haye la quinzième assemblée des Etats parties au Statut de Rome qui, une fois signé et ratifié, place un Etat sous la juridiction de la Cour pénale internationale, active depuis 2003.

D’habitude, cette assemblée est surtout l’occasion de faire le bilan annuel des activités de la CPI, d’avaliser son budget et d’évoquer les perspectives d’avenir. Mais cette année, l’avenir est en demi-teinte et ce pourrait être la dernière fois que 124 Etats se rassemblent ainsi à La Haye car trois pays africains, le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie ont annoncé en octobre leur intention de se retirer du Statut de Rome.

Les départs du Burundi, de l’Afrique du Sud et de la Gambie risquent de faire peser une atmosphère délétère sur cette réunion. L’hostilité de nombreux gouvernements africains à la Cour pénale internationale était officielle depuis le mandat d’arrêt émis en 2009 contre le président soudanais, Omar el-Béchir. Mais ce sont les poursuites initiées trois ans plus tard contre son homologue kényan Uhuru Kenyatta qui ont marqué le début de la campagne active contre la CPI en Afrique.

Même si une motion au sein de l’Union africaine pour le retrait en masse des 34 pays africains membres de la Cour a échoué, l’UA a tout de même décidé de constituer une cour pénale africaine qui couperait l’herbe sous le pied de La Haye. Il faut dire que sur dix enquêtes de la Cour ayant débouché sur des inculpations, neuf concernaient des crimes commis en Afrique, une statistique que les opposants à la Cour ont eu beau jeu d’exploiter en la qualifiant d’« institution néocoloniale » et de « justice de Blancs ».

Lors de cette semaine de débats à La Haye, les partisans de la justice internationale vont essayer de rappeler que toutes les enquêtes ou presque ont été ouvertes à la demande des pays africains concernés et de démontrer que le projet de cour pénale de l’Union africaine a surtout pour caractéristique d’accorder l’immunité aux dirigeants. Mais rien ne dit que l’hémorragie va s’arrêter à trois pays et que les partisans de la Cour seront capables de minimiser l’impact de ces défections.

Laisser un commentaire