Côte d’Ivoire: Simone Gbagbo, l’ancienne première Dame, acquittée par la Cour d’Abidjan

Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo

Le tribunal spécial d’Abidjan vient de rendre son verdict. Simone Gbagbo, poursuivie pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et assassinats, a été acquittée.

Coup de tonnerre dans le ciel ivoirien. Alors que le procureur de la République, Aly Yéo, avait requis la prison à vie contre Simone Ehivet Gbagbo, le tribunal d’Abidjan vient de le démentir en ordonnant la remise en liberté de la « Maman des Patriotes ».

Considérée comme « la complice » voire « l’instigatrice des violences post-éloctorales » qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire de 2000 à 2011, date de capture du couple présidentiel, cette syndicaliste devenue Première Dame de la Cote d’Ivoire avait l’oreille de son mari, Laurent Gbagbo et la servilité des officiers supérieurs de l’armée de Côte d’ivoire.

Arrêtée dans le bunker du palais présidentiel de Cocody en même temps que son mari, Simone Ehivet avait été trimballée devant les caméras comme un trophée de guerre et humiliée publiquement avant de croupir 6 années durant, en prison.

D’abord à Korogho dans l’extrême nord du pays où elle était menacée d’extradition devant la CPI où séjourne, actuellement, son mari. Puis à la Maison d’arrêt et de Correction  d’Abidjan où étaient enfermés de nombreux camarades du Front populaire ivoirien.

Sûr d’obtenir sa condamnation à la perpétuité, le procureur avait déclaré: « Messieurs les jurés, vous déclarerez Mme Gbagbo coupable de crime contre l’humanité et de crime de guerre et vous la condamnerez à l’emprisonnement à vie », à l’issue d’une heure de son réquisitoire. Mais, dans sa sagesse, le tribunal a statué autrement.

Laisser un commentaire