Coopération Mali-France: Assimi Goïta change la donne des rapports

Après plusieurs mois de négociation avec BAMAKO par l’intermédiaire de certains chefs d’État de la sous-région, le Président Malien, Assimi GOITA a enfin accepté de rencontrer son homologue français ici à Bamako le 20 décembre prochain pour discuter des conditions d’une nouvelle coopération avec la France.

C’est un évènement historique !
De coutume, ce sont les présidents de la République qui courent en France pour leur première visite, même ceux qui dirigent des transitions non démocratiques. Les exemples de Bah Daw, Mahamat Idriss Deby, Oumarou Emballo Sissoko et bien d’autres existent. Contrairement à cette pratique dominatrice de la France, Assimi GOITA fera exception à cette règle. C’est Macron qui fera ses valises pour BAMAKO. Pourtant, Assimi GOITA n’est pas interdit de voyage.  En plus de laisser sonner, depuis des mois le téléphone du Président Français dans le vide, il a feinté toutes ses invitations à PARIS.

Par finir, Macron, après ses micmacs a fini à se résoudre que Assimi ne peut pas être influencé, il est aguerri et a le soutien de l’armée et tout le peuple malien. Il a donc négocié un entretien à Bamako pour venir discuter des nouvelles bases de la coopération ou tout est désormais à refaire. En clair, comme avec des chefs d’État du Sahel à Pau, le Président français, après avoir annoncé le retrait des forces françaises du Mali et l’arrivée de Takuba, vient clarifier sa position à Bamako devant le Président Assimi GOITA.
Sans trahir des secrets, le chef d’État malien dira clairement en face à Macron, le rejet de sa politique sécuritaire au Sahel et particulièrement au Mali. Il l’avait dit par visioconférence à d’autres occasions. En d’autres termes, si Macron ne retire pas ses terroristes et leurs réseaux de renseignements obscurs du Mali, la France devrait complément plier bagage de tous les secteurs économiques et sécuritaires du Mali. Elle doit avant cela réparer ce qu’elle a cassé.
L’autre sujet important qui sera abordé: la brûlante question de Wagner et pour cela,  la position du Mali est clair: nous sommes ouverts à tout type de partenariat pouvant libérer nos territoires des djihadistes y compris celle de l’État russe et la société militaire russe Wagner. D’ailleurs le Mali a entrepris plusieurs types de coopération militaire avec diverses puissances économiques du monde: la Chine, la Russie, les USA, la Turquie et autres…
Si la France presse le pas ce mois de décembre, c’est parce qu’en janvier 2022, les russes devraient rentrer militairement dans la danse et soutenir l’armée malienne. Déjà, sur le terrain à Bandjagara et dans certaines localités du pays dogons, sous la houlette du colonel Sadio Camara, les premières opérations de reconquête ont débuté selon des témoins sur place. Une chose est sûre, plus rien ne sera comme avant.
A suivre !
Seydou Oumar Traoré, journaliste.
https://youtu.be/y2tGViNqJGY

Laisser un commentaire