Contribution: Sénégal, la sourde marche de l’intégrisme islamiste

Contribution: Sénégal, la sourde marche

La dernière sortie de Oustaz Oumar Sall en est une illustration parfaite. Ce discours est le énième d’une longue série qui suivra. Ce n’est ni le premier ni le dernier contre les confréries, l’Islam Soufi et d’une manière générale contre ceux qu’ils appellent les « adorateurs de tombes ».

Ce phénomène est celui d’une tentative de prise de contrôle des populations musulmanes sénégalaises par les partisans d’une idéologie importée d’Arabie Saoudite, le wahhabisme. Les wahhabites pensent que l’islam confrérique sénégalais, notre Islam, est impur, hérétique, folklorique et thaumaturgique.

Il faut d’abord rappeler que l’Islam confrérique sénégalais est de rite malékite, l’une des quatre écoles sunnites de droit musulman fondé par l’Imam Malick et qui utilise dans sa jurisprudence la sunna et les hadiths.
L’islam du Sénégal est donc largement influencé par le soufisme.

La purification de « notre Islam » considéré comme déviant par les wahhabites est donc une nécessité car pour eux il « pollue » le message divin. Nos illustres chefs religieux doivent donc être combattus, attaqués et discrédités. Leurs sanctuaires et tombeaux détruits comme à Tombouctou.

L’observation minutieuse de leur stratégie de pénétration sur le sol sénégalais montre un modus operandi particulièrement bien pensé et réfléchi. Il se déroule en quatre phases :

-Il est d’abord silencieux et clandestin. Ils commencent par le recrutement de fidèles souvent d’anciens étudiants sénégalais des universités arabes de Médine, d’Al Azhar ou du Soudan comme missionnaires et pionniers.

– Ensuite disposant de ces relais bien endoctrinés, ils utilisent des financements occultes pour construire des mosquées, des écoles, des centres de santé souvent dans la lointaine banlieue dakaroise ou à la lisière des grandes villes comme Kaolack, Tambacounda ou Kolda dans des zones souvent isolées. Ces sites sont utilisés pour véhiculer des messages, recruter un maximum de fidèles afin de prêcher un discours de diabolisation des confréries sénégalaises. Ils profitent du désœuvrement de la population et parfois aussi d’une absence de services étatiques.

– Dans la troisième phase (phase actuelle) ils s’affirment au grand jour et se distinguent ainsi par le port de la burqua, la séparation des sexes, les critiques acerbes contre le soufisme, le refus d’une société de diversité et de dialogue, des pratiques jusque-là inconnues au Sénégal. Cela passe aussi par une offensive médiatique notamment sur internet.

-Enfin la quatrième et dernière phase est celle du glissement vers le salafisme djihadiste avec la création d’unités de combat afin d’imposer directement leur vision de la société. Cela commence par le recrutement de mercenaires étrangers qui forment et entraînent les « soldats » locaux dans le seul but d’un affrontement généralisé et d’un chaos total à travers des enlèvements et des attentats suicides. C’est le cas actuellement au Nord Mali et dans le bassin du lac Tchad.

L’Etat a la lourde responsabilité d’arrêter ce processus et éviter que le Sénégal glisse à la quatrième phase. Le gouvernement du Sénégal doit être vigilant et surveiller rigoureusement les flux financiers provenant de certains pays du golfe.
L’Etat ne doit pas être seul dans ce combat et doit être soutenu par toute la population. Il ne s’agit pas de délation mais d’une politique préventive de sécurité où la coopération population-forces de sécurité est primordiale.

La réussite de ces mouvements wahhabites est aussi due en grande partie à certaines dérives notées à l’intérieur de nos confréries comme l’utilisation du folklore, la déification de certaines figures, le culte de l’argent facile etc.
Il devient donc urgent de mettre fin à certaines pratiques et revenir à l’orthodoxie des enseignements des pères fondateurs du soufisme au Sénégal afin de perpétuer leurs œuvres gigantesques de fondation d’un Islam de paix et de tolérance.

Les confréries sont une chance inespérée de stabilité et de concorde nationales. Elles doivent continuer sur cette voie en répondant également aux défis de l’heure.

Dans ces moments troubles où la géopolitique internationale est en ébullition, nous devons être vigilants et fermes sur les principes afin que notre cher pays le Sénégal, puisse demeurer à jamais cette terre de paix, de tolérance et d’harmonie entre toutes les communautés religieuses.

OMAR MACKY GASSAMA
pogassama@gmail.com

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire