Chronique: Silence, c’est Macky Sall qui cautionne tout ce bordel

Chronique: Silence, c'est Macky

Après la BBC et son fameux reportage entièrement à charge contre Aliou Sall, c’est la très introduite -c’es relatif- Lettre du Continent qui s’interresse désormais au pétrole sénégalais. Et contrairement à Mayéni Jones qui a désigné le frère du président comme l’homme qui a permis à Franck Timis de gagner 10 milliards de $ US sur le dos du peuple sénégalais, c’est au tour des journalistes d’Antoine Glazer, de perturber la quiétude des Sénégalais en cherchant, cette fois-ci, à identifier ceux qui auraient permis à la BBC de désigner Aliou Sall.

Et tout naturellement, puisque pour peu que l’on s’interresse à cette famille régente au Sénégal, tout le monde sait que les relations entre Marième Faye et Aliou Sall n’ont jamais été un long fleuve tranquille, la première dame a ainsi été désignée comme la commanditaire de toute « cette cabale médiatique exécutée par des opposants commandités. » C’est d’abord le conseiller com de Aliou Sall, Yakham Mbaye, -même s’il préfère ne revendiquer que l’amitié du frère du président- qui a ouvert le feu en premier. En ciblant ses tirs, sur l’entourage du président de la République, il a annoncé les couleurs de cette guerre interne qui se prépare au sein de l’APR. Car au delà du destin englué de Aliou Sall, se joue la succession prochaine de Macky Sall à la tête du Sénégal.

Après El’hadji Hamidou Kassé, présenté à l’opinion comme le félon de l’entourage présidentiel, c’est la première dame qui est, désormais, leur cible. Alors qu’en intellectuel honnête, l’ancien conseiller en communication de Macky Sall n’avait dit, sur le plateau de TV5, que ce qu’il croyait être une information, Yakham Mbaye et compagnie ont laissé entendre que « Kassé a enfoncé Aliou Sall. » Même si, en tant que journalistes, le directeur général du Soleil et compagnie savaient pertinemment qu’une information même mille fois recoupée, peut ne pas être une vérité absolue. Et que son auteur peut être abusé de bonne foi -puisque Kassé a dit que ce qu’il disait émanait d’informations qu’il a obtenues- les communicants de Aliou Sall ont fait de El’hadj Kassé leur cible, finissant par obtenir son poste pour leurs potes.

Après El’hadji Hamidou Kassé, le fidèle et policé défenseur du président, c’est, désormais, Marième Faye Sall, l’épouse, l’atout charme de Macky Sall, qui est dans leur viseur. Comme avec le philosophe, ils cherchent à contraindre le président à choisir entre un frère noirci par le fioul et une compagne restée loin des scandales à répétition qui accompagnent la vie du palais de Roume. Et, pendant ce temps, Macky Sall, lui, reste silencieux comme s’il cautionnait tout ce bordel orchestré par une bande d’aventuriers qui, croyant le défendre, l’enfonce davantage et l’éloigne peu à peu de ce peuple qui l’a pourtant, même si certains croient le contraire, si brillamment élu pour les 5 prochaines années. Et, cette campagne de dénigrement de l’entourage présidentiel, installe un climat délétère qui nuit aussi bien à la quiétude du palais comme à la marche du pays.

Et soudainement, cette atmosphère de chasse aux sorcières me rappelle terriblement ce passage de Victor Hugo lorsqu’il disait dans les Misérables que : » Turenne était adoré de ses soldats parce qu’il tolérait le pillage ; le mal permis fait partie de la bonté ; Turenne était si bon qu’il a laissé mettre à feu et à sang le Palatinat. » Loin de moi l’idée de peindre le chef de l’Etat sous les traits de Turenne; même si ce personnage de Victor Hugo a symbolisé la bravoure. Mais, le laissé-faire et la chienlit auxquels on assiste depuis le début de cette « affaire Aliou Sall » n’a d’égal que l’ignorance de ces parvenus du pouvoir qui, parce que proches du palais, se croient les plus intelligents, les plus dignes, les mieux placés que les millions de Sénégalais que nous sommes pour nous faire croire que, « à travers la simple personne de Aliou Sall, c’est le pays tout entier qui est la cible de personnes mal intentionnées » qui veulent brûler le Sénégal.

S’il lui reste encore un peu de bon sens et d’autorité, le président Macky Sall doit rapidement mettre un terme à cette démagogie entretenue par son frère et alimentée par le directeur général du Soleil et compagnie. Parce que la complaisance dont le président fait montre, à leur égard, croyant leur faciliter de contrer la grosse vague suscitée par le scandale des 10 milliards de $ US, ne crée que des adversités inutile. Lorsque l’on fait l’objet d’attaques médiatiques, qu’elles soient légitimes ou infondées, la sagesse et l’intelligence veulent que l’on fasse bloc et riposte ensemble. C’est, avec cette posture seulement, que l’APR parviendra à sauver le peu qui lui restera de l’oeuvre de Macky Sall.

LAISSER UN COMMENTAIRE