Chronique: La révolution insensée des enfants perdus du Wadisme

Chronique: La révolution insensée

Après Paris, Genève, il y a encore eu Paris. Et en vedettes, les mêmes sempiternels mécontents décidés, devant l’histoire, à humilier le chef de l’Etat des Sénégalais pour se construire une légende. Celui d’empêcheur de tourner en rond. Même si pour cela, il faut le faire en petits comités.

Comme l’avaient fait, avant eux, ces « révolutionnaires parisiens » qui avaient osé perturber des présidents Sénégalais dans leurs visites officielles. Quoi que l’on dise ou fasse, quels que soient les succès ou échecs du président de la République, ces activistes seront-là dans la rue pour faire face à Macky Sall et ceux qui lui seront proches. Et, ils profiteront de toutes les occasions qui leur seront offertes pour attirer l’attention sur eux.

Faire du bruit et créer leBad Buzz’, c’est leur objectif. Leur projet pour le Sénégal. Rien d’autre ne les intéresse. S’ils peuvent être reçus pour négocier leur adhésion au parti du chef, certains d’entre eux n’hésiteront pas à quitter les opposants de Paris. Ils l’ont expérimenté devant les locaux de Itélé où le président Macky Sall était venu répondre à l’invitation des journalistes, ils l’ont mis en pratique dans les rues de Paris puis à Genève avant de revenir, hier, le démontrer devant le Trocadéro. Et, comme ils l’ont voulu, des vidéos de mauvaises qualités ont été publiées sur le net pour vendre à l’opinion l’idée d’un président vomi par son peuple et conspué dans les rues de Paris.

Si la liberté d’expression doit permettre à tout individu de manifester son sentiment devant son chef, ce jeu -insensé- qui consiste à organiser une chasse au cortège présidentiel lors des déplacements du président de la République en Europe est idiot et dangereux. Et n’honore ni le Sénégal ni les Sénégalais qui, dans leur écrasante majorité, ne perdraient jamais, ne serait ce qu’une heure de leur temps, à guetter les rares sorties de Macky Sall devant la résidence de l’ambassadeur du Sénégal.

Contrairement à ce qui a été monté en épingle, la voiture enfarinée -portée en triomphe sur la toile- n’est pas le véhicule du président à Paris. La voiture du président n’est jamais garée dans la rue, elle rentre directement dans la cour de la résidence et traverse, sous bonne escorte, le jardin avant d’aller se garer à plus de 50m dans une dépendance réservée au Président et à sa suite. Cette voiture couverte de farine qui fait le tour du Web est une voiture de location utilisée, certainement, par des membres de la délégation.

Contrairement à ce que veut faire croire la machine propagandiste des déçus du règne de l’APR, ce ne sont pas les Sénégalais de Paris qui se sont adonnés, ainsi, à cette pratique dégradante. C’est un groupe politisé de Sénégalais. Et, ils ne sont pas plus de 10 personnes ; puisque je les connais tous. Un par un. Ils sont tous, plus ou moins, proches d’Abdoulaye Wade et de son fils, Karim. Ce sont les mêmes personnes qui, depuis la chute du Pape du Sopi, ont décidé de prendre le maquis pour huer, non pas seulement le premier des Sénégalais. Mais, conspuer tous les officiels qui se déplacent à l’extérieur pour y rencontrer des Sénégalais.

Avec la multiplication des sujets de frustrations, le petit noyau dur des fédayins du Pds et d’Askaw a été renforcé par l’arrivée massive -sur Facebook- de radicaux partisans d’Assane Diouf. Bien que très bruyants sur Facebook et Internet, les coups d’éclats de ces anarchistes ne peuvent égaler les bravades citoyennes réalisées, en 1998, contre le président Abdou Diouf devant le palais Bourbon, à Paris. Ces manifestations, mère de nombreuses réformes au Sénégal, étaient organisées par des leaders très convaincants et capables de faire adhérer les Sénégalais de France à leurs causes.

Toute chose que les enfarineurs d’aujourd’hui sont incapables de faire. D’ailleurs, médusé par la capacité de nuisance de ces mécontents qui avaient réussi à bloquer l’Assemblée nationale française, Aliou Ndiaye, l’envoyé spécial de la radio Walf Fadjri, avait déclamé cette phrase désormais léguée à la postérité : « le palais Bourbon rappelle par ses rondeurs, ses excroissances et son âge assez avancé la drianké sénégalaise. »

Vingt ans plus tard, les héritiers de ces légendaires jeteurs de pierres, qui avaient transformé le palais Bourbon en une prison dorée pour Abdou Diouf, sont incapables, par leurs actes, de déranger un chef d’Etat sénégalais au cours d’une visite en France. Mal organisés et sans adhésion populaire à leurs idéaux, les auteurs de ces actes de sabotage -dont a été victime notre confrère, Belly Sy, – n’ont rien à voir avec les manifestations monstres auxquelles nous avions assistés en 2012, pour le départ de Abdoulaye Wade.

Cette année là, comme en 1998, c’est une partie du peuple qui était dans la rue. Sous le règne de Macky Sall se sont des enfants perdus du wadisme qui cherchent à enfariner les officiels pour se construire une légende. Même si, pour entrer dans l’histoire à reculons, ils doivent s’y mettre à 10.

Laisser un commentaire