Chronique: Assane Diouf, nous… (Par Mame Gorgui Ngom)

Chronique: Assane Diouf, nous...

Il serait vraiment dommage « d’éliminer » de façon si expéditive Assane Diouf sans pour autant essayer de chercher ou de comprendre les raisons de son comportement iconoclaste. Ne dit-on pas que chaque folie a sa raison ?

Diouf « Sénégalais bon teint », comme le dirait le fameux Professeur Hamidou Dia, vit aux États-Unis. Comme bon nombre de ses compatriotes, il a réalisé son « rêve américain », après avoir longtemps tiré le diable par la queue dans son pays.

Comme bon nombre de ses compatriotes, il a su user de toute son intelligence et de ses capacités d’adaptation pour réussir relativement aux Usa. Ne le voit-on pas dans un documentaire exiber fièrement une belle bolide ? Consécration symbolique d’un parcours très peu linéaire.

Comme bon nombre de ses compatriotes, il a gardé de solides attaches au Sénégal en préservant jalousement sa foi spécifique de musulman sénégalais avec tout ce que cela comporte de bruyant, de décapant, de contradictoire…

Comme bon nombre de Sénégalais, il est soutien d’une large famille fière d’avoir un « Modou » qui « rompt les chaînes de la honte ».

Une telle personne qui s’engage dans « une révolution » insultes à la bouche, au nom de la démocratie, oui démocratie, comme il le répète tel un leitmotiv, est un « cas sociologique » à étudier sérieusement dans un contexte où les frustrations liées à une utilisation insidieuse de la Justice, de la presse, des moyens de l’État pour réduire à néant toutes les velléités de contestations sont d’une brûlante actualité.

Soyons clairs : on ne saurait cautionner des injures. Elles n’ont pas droit de cité dans un espace public qui se veut civilisé. M. Diouf fait beaucoup de tort à des citoyens en voulant solder des comptes même si son discours trop audacieux est riche en vérités connues surtout sur les turpitudes de ceux qui nous dirigent. Et comme le disait Cheikh Anta Diop « Deug dou ande ak saaga ».

Mais soyons aussi conséquents : ces débordements, pour inacceptables qu’ils soient, constituent notre lot quotidien.

On insulte pour manifester une colère, une frustation, on insulte pour marquer une joie. On insulte sous le choc, on insulte en intimité. Paradoxe et charme d’une société qui évoque aussi à tout bout de champs ses saints et se glorifie de croyances et de pratiques religieuses exemplaires.

Assane Diouf, nous l’avons porté au pinacle en suivant ses « lives » et ses « différés ». Il ne faudrait surtout pas stigmatiser son public, comme le font certains déjà. Ce serait trop simpliste de penser qu’il s’agit d’un public oisif et ignorant. Nous sommes nombreux à le regarder et à regarder d’autres « émissions » très peu recommandables « pour s’évader » ou pour d’autres raisons personnelles.

Les motivations ne sauraient être homogènes. Gardons-nous donc des conclusions hâtives.
Il ne faut surtout pas qu’on se rejouisse de la chute (?) de Diouf dont les réels motifs de son arrestation en Amérique, pays de démocratie, ne sont pas encore clairs. Arrêté pour terrorisme ? Mince éventualité. Pour terreur contre les autorités de son pays d’origine ? De simples supputations même si certains osent voir la main de notre Ambassadeur chez Uncle Sam.

Lui, c’est Babacar Diagne ex-tout puissant Directeur de la Rts qui a servi aussi bien Diouf que Wade. Il sert aujourd’hui Macky.
Et pourtant, s’il ne dépendait que de lui, le président de la « rupture, de l’émergence, de la gouvernance sobre et vertueuse », ne serait jamais à la tête de ce pays.

C’est pourquoi, ils sont nombreux, ceux qui aimeraient qu’Assane lui consacre une de ses émissions et demande de partager les vidéos. Hélas pour eux, Dmtv a perdu son seul employé et patron. Définitivement ? Momentanément ?

Mame Ngor Ngom

Journaliste

Laisser un commentaire