Chronique: A chacun ses morts et Dieu reconnaitra les siens

Chronique: A chacun ses morts

0

Dans une République digne de ce nom, où les hommes -qui incarnent l’autorité- sont justes, il est de coutume de croire que, puisque tous les hommes naissent égaux en droit et qu’ils sont d’égale dignité, ils doivent bénéficier des mêmes traitements. Jusque devant leur tombe.

Mais, dans ce Sénégal que nous voulons nôtre, il est regrettable de constater que plus 50 ans après notre indépendance et malgré l’accession d’un président pourtant issu de ce bas peuple, il y a des citoyens dont le sort n’attriste personne, peu importe le nombre de personnes arrachées brutalement à notre affection, quelles que soient les conditions de leur mort; parce que, simplement, ils sont mal nés.

Cette stigmatisation est si profonde, si ancrée chez « ses parvenus de la bourgeoisie » parce; qu’instituée au sommet de l’Etat, qu’elle accompagne nos disparus jusque dans leurs tombes. Gorgui Kader Diaz avait juste 5 ans.

Mais, malgré son jeune âge, il a été victime de cette ignoble délit de naissance. Comme lui, Astou Diaz, Fama Diaz, Maman Nabou Diaz, Bébé Ndèye Diaz morts par asphyxie, causée par des fumées toxiques, ont été enterrés dans la sobriété.

Dans la pauvreté. Accompagnés par des « sans dent« . Par des gens du peuple. Par les miens. Sans l’ombre de Marième Faye Sall; si prompte à se montrer devant les objectifs des journalistes et à distribuer des Diaxal aux funérailles des pontes de la République, des amuseurs publics et des batteurs de tam tam.

Les Diaz ont été enterrés sans la moindre compassion de Macky Sall, qui, dans un Etat bien structuré aurait dû envoyer son ministre de l’intérieur sur place avant de s’y rendre, personnellement, et s’adresser à la Nation.

J’étais avec les laissés pour compte des Parcelles Assainies, j’ai réfléchi, avec eux, sur la condition humaine. Et remarqué, avec eux, l’absence de ceux-là qui nous ont toujours considérés comme du bétail électoral.

On aurait voulu que Maodo Malick Mbaye, le directeur de l’Anamo, puisqu’il semble être le plus humain de cette République éloignée de nos douleurs, embarqué dans une promenade grassement payée par le contribuable pour un insensé « Prix Macky Sall pour la paix« , exige pas une minute de silence mais 5 bonnes minutes.

Hélas, il n’en a rien fait. Il a préféré consacrer « sa minute de silence » à la mémoire de Serigne Saliou Amar, le fils du milliardaire avant de faire le déplacement de Paris.

Comme lui, la République de Macky Sall s’est pliée en deux pour se mettre au service des Amar. Et pleurer le fils le plus prométhée du Sénégal. Du directeur de cabinet du Président la République, El’hadji Oumar Youm, au préposé de la sécurité du salon d’honneur.

Tous ont porté le deuil du regretté jeune homme, montré des mines attristées aux caméras, pendant qu’aux Parcelles Assainies, après avoir enterré nos morts, nous sommes repartis à nos occupations.

Sans prendre le temps de nous montrer aux caméras. Nous sommes, à nouveau, partis à l’assaut des mêmes urgences qui nous ont toujours assaillies: avoir un toit au dessus de nos têtes, des sous pour nous soigner, faire manger les nôtres.

Et attendre tranquillement la mort du prochain pauvre qui nous quittera pour rejoindre Celui qui, nous en sommes certains, ne fera pas de tri selon nos conditions sociales.

Laisser un commentaire