Cherno Njie, la nouvelle vie de l’homme qui se rêvait à la tête de la Gambie   

Cherno Nije, la nouvelle vie de l’homme qui s

Il s’appelle Cherno Nije (Thierno Ndiaye) et a été l’homme qui se rêvait Président de la République de Gambie, à la place du Babiili Mansa. Baroudeur infatigable, ce fils de la Gambie et père de famille, est arrivé à Austin en 1985, aux Usa, avant de s’installer à Lakeway, au cœur du Texas. Depuis lors, il y tient une entreprise de construction de bâtiments. Portrait d’un homme à qui la Gambie doit beaucoup.

Agé de 59 ans, ce gentleman débonnaire apprécie les spectacles de jazz et la bonne bouffe. Mais derrière le rideau idyllique d’un bon vivant, se trouve la personnalité trouble d’un révolté qui, ne supportant plus de savoir son pays dirigé par un bouffon hurluberlu a, en décembre 2014, financé une opération militaire visant à renverser le gouvernement gambien de His excellency Yahya Jammeh.

Si cette opération avait été couronnée de succès, Cherno Njie serait devenu président de la Gambie. Et Adama Barrow serait resté ce businessman chargé de la trésorerie du parti de l’avocat, Ousseynou Darboe, l’actuel ministre des Affaires Etrangères de Gambie.

Naturellement, lorsqu’on évoque son parcours de businessman, la première question qui revient toujours comme une litanie est : « Pourquoi un promoteur immobilier qui a réussi sa vie loin de la politique voulait-il quitter le Texas au milieu d’un boom économique, mettant sa vie et celle de ses amis en danger? »

« Parce que, puisque seul l’océan sépare la Gambie des Usa, c’est juste une ruelle qui nous sépare à l’échelle de l’humanité« , a déclaré Banke Manneh, un Gambien qui vit à Atlanta. Et à cette période de l’histoire de la Gambie, les récits de la chape de plomb imposée par Yahya Jammeh sur la Gambie avait fini par mettre les nerfs de chacun à rude épreuve.  « Et tout le monde connaît tout le monde. Dans notre milieu, si je ne vous connais pas, je connais votre frère ou un votre soeur ou votre oncle et mon oncle sont les meilleurs amis, ou votre tante et ma mère sont proches. D’une certaine manière, quelque part, à certains égards, il y aura une connexion. » A déclaré Manneh.

Comme Cherno Nije, Manneh est anti Jammeh notoire. S’ils en étaient arrivé à ce point de détermination sur le sort à réserver au président gambien, «c’est que le règne de Yahya Jammeh qui durait depuis 22 années devenait de plus en plus imprévisible.» Et les déclarations à l’emporte pièce de His excellency, se disant un jour « guérisseur qui pourrait guérir le sida et l’infertilité », tantôt « envoyé de Dieu » pour veiller sur la Gambie n’auguraient rien de bons. D’ailleurs, lorsqu’il se croyait encore éternel, «le fou de Kanilaï» a déclaré à la BBC qu’ « (il) gouvernerait la Gambie pendant un milliard d’années si Dieu le voulait. »

Aussi, les nombreuses sorties médiatiques du Babiili Mansa, menaçant de décimer tous les homosexuels. Comme sa condamnation de l’Union européenne et des États-Unis, coupables à ses yeux, de promouvoir l’homosexualité en tant que « Droit de l’homme » a irrité certains de ses compatriotes qui ont trouvé, en ces déclarations, une preuve à présenter à des soutiens occidentaux pour demander de l’aide afin de se débarasser du dernier despote de l’Afrique de l’Ouest.

Aussi, dans ce pays aux riches traditions orales se voir décerner des titres comme «Son Excellence Cheikh Professeur Alahaji Docteur Yahya Awal Jemus Junkung Jammeh Babili Mansa» – les deux derniers mots signifient «bâtisseur de pont», a ajouté du risible à la personnalité de cet homme déjà vu comme un ridicule. Après ce dernier titre, les gambiens ont remarqué que « les choses ont empiré », a déclaré Manneh. « Jammeh était devenu plus brutal. Les massacres, les disparitions, les abus se sont considérablement intensifiés au cours de ces deux décennies ». Manneh est un frustré, un écorché vif.

Après des années d’activisme à l’étranger, essayant de sensibiliser ses compatriotes comme le monde sur la nature violente de Yahya Jammeh, il ne pensait pas qu’il finirait par se trouver en ligne de front, contre « le dictateur du développement. » « Quelque chose disait en moi: » Tu dois finir avec ça. Cela doit s’arrêter. Cela doit s’arrêter. ‘ »Comme la voie démocratique, pour bouter His excellency hors du State House, semblait inaccessible pour venir à bout du Baabili Mansa, les activistes ont décidé de prendre les armes.

A l’image de contestataires gambiens à l’interieur du territoire, la communauté des expatriés aux États-Unis est petite et relativement entrelacée.

Acteur majeur de la prise des armes contre le régime du Baabili Mansa, Manneh avait discuté des prochaines étapes avec d’autres Gambiens vivant aux Usa. Ils avaient commencé à parler d’un coup d’Etat. Manneh a affirmé que, lorsqu’ils ont commencé à avancer dans la conception du plan, il savait que le financement serait un problème. Mais, comme si un éclair leur était apparu, lui, le métronome de cette pensée connaissait une personne qui pourrait les aider: Cherno Nije.

«J’étais un militant des partis d’opposition», a déclaré Cherno Njie qui, par là, a tenté de justifier son engagement.  «J’avais parrainé des émissions dans un pays voisin, parce que les médias en Gambie sont totalement sous le coup du gouvernement».

Comme Cherno Njie partageait la même haine de Jammeh, il a signé les chèques et permis à la bande d’avoir les moyens de ses ambitions. Les fonds en main, le groupe s’est engagé à acheter des armes – principalement dans des magasins d’armes à feu aux États-Unis – et ces armes ont été introduites en contrebande en Gambie.

L’intrigue était en cours. C’était un plan simple. Huit hommes se précipiteraient dans le palais présidentiel alors que le président Yahya Jammeh était hors du pays. Ils croyaient qu’il y aurait des visages amicaux à l’intérieur qui seraient facilement convaincus de soutenir leur cause. L’armée serait, alors, alignée. Cherno Njie était prêt à envoyer un message sur la télévision et la radio publiques.

Une fois que les autres dominos sont tombés, il devait assumer les fonctions de président dans le gouvernement intérimaire jusqu’à ce que des élections démocratiques puissent avoir lieu. Un coup d’état sans sang. Si cela semble exagéré pour la prise de pouvoir dans certains pays, en Gambie il ne l’est pas.

En fait, un plan presque identique a fonctionné en juillet 1994 lorsque quatre officiers de l’armée juniors sont entrés dans State House vide et ont repris la Gambie. Un de ces hommes était un certain Yahya Jammeh, âgé de 29 ans. Mais, en décembre 2014, les choses ne vont pas aussi bien fonctionner pour les futurs révolutionnaires.

Comme par hasard, quelques heures avant l’entrée en matière du commando, un controversé personnage, trafiquant d’influence va entrer dans la danse. Depuis Dakar où il s’est fait le roi de Jet Set, Sheikh Sidya Bayo, le français né de parents gambiens, cherchait à noyer son ennui, en produisant un film de mauvaise qualité dans lequel il appelle les soldats à renverser Yahya Jammeh.

Chef du commando expéditionnaire, Papa Faal de Minnesota a passé une décennie dans l’armée de l’air et l’armée américaine, en Afghanistan. Et, il a rejoint la tentative de coup d’Etat. Et, « le gars qui était responsable du State House nous a donnés le feu vert à venir », dit-il. Mais, « quand nous sommes arrivés, malheureusement, il avait autre chose à l’esprit. Il nous a trahis.  » Le groupe a rencontré une opposition féroce au State House. Plusieurs membres du groupe ont été tués. Papa Faal a réussi à s’échapper au Sénégal avant d’être interpellé aux Usa.

L’hurluberlu de Dakar, Sheikh Sidya Bayo est arrêté et accusé d’être le commanditaire du coup d’Etat. Après plusieurs jours de garde à vue, le jeune parisien est renvoyé chez lui en France.

Au cours d’un entretien qu’il a accordé au Directeur de publications de Kewoulo, Sheikh Sidya Bayo a déclaré être étranger à ce coup. « C’est un pur hasard si mon appel a coïncidé avec l’intervention de Papa Faal et de ses amis. Ce n’est pas un coup d’Etat, c’est un acte salutaire d’un peuple qui en a marre de son dictateur.»

Par la suite, le président Yahya Jammeh était retourné à Banjul, la capitale de son royaume islamique, et a nié qu’il y ait eu un coup d’Etat sur la télévision contrôlée par l’État. « Ce n’était pas un coup d’Etat« , a-t-il déclaré. « C’est un mensonge que c’était un coup. C’était une attaque de dissidents basée aux Etats-Unis, en Allemagne et à l’U.K« .

Une fois sur le sol américain, Papa Faal et Cherno Njie sont arrêtés et auditionnés par le FBI. Ces résidents américains qui ont été impliqués dans l’acte d’accusation ont été arrêtés pour avoir violé la loi sur la neutralité de 1794. « Essentiellement, la loi dit que les citoyens américains ne peuvent commettre un acte de guerre contre une nation avec laquelle les Usa ne sont pas en guerre.» Confie aujourd’hui Cherno Njie.

Njie a été condamné à un an et à un jour dans une prison fédérale à Beaumont. Manneh a été condamné à six mois. Papa Faal aussi a fait de la prison. Tous sont aujourd’hui en liberté conditionnelle. Mais, ils sont satisfaits de la suite des événements en Gambie. « Même si nous n’avons pas réussi à faire tomber le gouvernement de Yahya Jammeh, je pense que les effets à long terme ont contribué à la chute du régime« , a déclaré Cherno Njie.

« Cela a encouragé les citoyens et, je pense, la communauté internationale à prendre conscience que la Gambie est importante sur l’échiquier international ». La tentative de coup d’Etat inhabituelle organisée par des professionnels et des anciens combattants en grande partie d’âge moyen et le fait que ce soit des anciens combattants résidants aux États-Unis a attiré l’attention des médias internationaux. Elle a éclairé sur les pratiques de Yahya Jammeh en matière de droits humains.

En décembre dernier, Yahya Jammeh a perdu l’élection présidentielle. Au début, il l’a concédé. Puis il a reculé, disant que c’était truquée. Il a finalement été forcé par les forces sénégalaises à quitter la Gambie, permettant à son adversaire, Adama Barrow, de prendre les rênes à Banjul. Adama Barrow mène aujourd’hui la Gambie vers une société plus libre.

Quant à l’homme qui se voulait président, Cherno Njie est retourné à ses affaires. Il construit des logements grand standing à Austin, au Texas. Il écrit également un livre sur l’affaire du coup d’Etat manqué. Mais il n’a pas oublié la Gambie. «Je suis en contact avec les gens à la maison et participerai à l’engagement civique et je veillerai à ce que les réformes dont nous avons parlé avec Adama Barrow soient mises en œuvre dans le cadre d’un processus législatif – par le plaidoyer», déclare aujourd’hui Cherno Nije.

 

Laisser un commentaire