« C’est une nouvelle Gambie », se réjouit Adama Barrow après sa victoire sur Yahya Jammeh

« C’est une nouvelle Gambie »

« Le message pour les populations gambiennes : il est temps de se mettre au travail. C’est une nouvelle Gambie, une nouvelle attitude, pour le changement et le développement de notre pays », a assuré Adama Barrow dans un entretien accordé à l’AFP à Kololi, près de Banjul, le premier avec la presse depuis l’annonce de sa victoire. « Il y a de l’espoir », a-t-il ajouté. 

Alors que beaucoup en Gambie et à l’étranger redoutaient d’éventuels débordements de partisans ou de l’entourage de Yahya Jammeh – dont la réaction était toujours attendue vendredi soir – Adama Barrow s’est déclaré confiant.

Adama Barrow, candidat d’une coalition de l’opposition déclaré vendredi 2 décembre vainqueur de la présidentielle dans son pays, a salué « une nouvelle Gambie », se disant confiant dans l’attente de la réaction officielle de Yahya Jammeh, battu après 22 ans au pouvoir. Toutefois, le président sortant n’a pas encore réagi à sa défaite.

Toutefois, vendredi soir, Jammeh lui-même ne s’était toujours pas publiquement prononcé sur le sujet. Pour rappel, Jammeh, à la tête de la Gambie depuis 22 ans n’a recueilli que 36,6% des voix face à Barrow, crédité de 45,5%, selon les résultats de la commission électorale indépendante, annoncés à la mi-journée.

« Le pouvoir appartient au peuple. Donc, c’est le peuple, pas le président qui décide, les Gambiens ont décidé, nous respectons cette décision », a encore déclaré M. Barrow.

« Il y a de l’espoir, parce que j’ai une très bonne équipe, qui est très expérimentée, très instruite, il y a donc un espoir pour la Gambie. Je pense que nous allons grandement changer les choses », a-t-il assuré.

Adama Barrow, 51 ans, homme d’affaires et patron d’une agence immobilière, était peu connu du grand public jusqu’à ce qu’une large coalition de l’opposition le désigne comme candidat à la présidentielle. Il était l’un des trois prétendants à la tête de la Gambie, avec Yahya Jammeh et un ancien cadre du parti de Jammeh, Mama Kandeh.

Laisser un commentaire