Ce que les associations de la presse reprochent à l’État

Ce que les associations

0
11

Bacary Domingo Mané met l’État face à ses responsabilités dans la situation difficile que traverse la presse sénégalaise aujourd’hui. En effet, lors de la marche organisée ce mercredi par la Coordination des associations de la presse (Cap), il a listé les reproches faites par les professionnels des médias à l’autorité publique.

« On donne les fréquences dans ce pays sans se soucier des personnes à qui on les donne. Nous rappelons le gouvernement à sa responsabilité. La loi a été claire, on ne doit pas donner la fréquence à des groupes ethniques. On ne doit pas donner la fréquence à des politiciens. On ne doit pas donner la fréquence à des groupes. On doit donner la fréquence à des personnes qui utilisent les médiums comme outil de développement. Malheureusement, vous allez à l’intérieur du pays, vous allez voir des radios communautaires partout. Et ce sont les hommes politiques qui utilisent ces radios pour une propagande politique. Nous disons non. Le Sénégal est assis sur une poudrière », alerte Bacary Domingo Mané. »

Ce pays est un pays de paradoxes. Dans tous les pays du monde, la maison de la presse est gérée par les acteurs du secteur. Voilà que le régime de Macky Sall nous parachute un politicien. Même s’il a fait des études en journalisme, ce n’est pas cela le propos. Le propos est que les acteurs de la presse, y compris les acteurs du gouvernement, se sont retrouvés en réunion et ils sont parvenus à un texte. Nous demandons à ce que le gouvernement respecte les conclusions de cette rencontre. Nous  voulons une presse libre, une presse épanouie, une presse responsable et plus de qualité. Il ne peut avoir de presse de qualité alors qu’il y a la précarité », a déclaré M. Mané.

Laisser un commentaire