Campagne électorale : A Matam, Macky Sall raille son opposition

Campagne électorale : A Matam, Macky Sall

Campagne électorale : A Matam, Macky Sall raille son opposition - Kéwoulo
Kéwoulo
Texte alternatif de la bannière

Matam n’a pas dérogé à la régle. Elle urfe sur la vague des meetings et rassemble pleines à craquer qui rythme la campagne électorale du chef de l’Etat, Macky Sall. Les travées du stade communal, les le gazon synthétique et même les murs ont accueilli un monde fou, venu de toutes les contrées du Fouta et du Walo. Des militants, sympathisants du Benno, mais également de simples citoyens qui n’avient d’yeux que pour le Président Macky Sall.

Un Foutanké né à Fatick, mais qui se défini comme le véritable prototype du Sénégalais. «Au-delà de mes origines et de ma terre natale, je suis le fils adoptif de toutes les villes et village du pays. Je suis un homme transversal qui parle Pulaar, Sérère et Wolof…  le Fouta, c’est ma famille. Le Sine, mon soutien à tout épreuve. Le reste du pays m’a adopté».
La mise au point était nécessaire aux yeux de Macky Sall qui ne comprend pas certains esprits tordus le raillent sur son usage du Pulaar à chaque fois qu’il séjourne au Fouta. Ceci dit, le chef de l’Etat entonne la trompette politique pour souligner qu’il ne se fait aucun doute sur sa victoire à Matam et dans le reste du Fouta. «Kartal co gotal», le bulletin est unique (en transcription littérale), affirme le candidat de Benno Bokk Yakaar (Bby).
Sûr de son bilan et confiant pour sa réélection au premier tour, Macky Sall confie que l’opposition ne l’attaque jamais sur ses résultats. Car ceux ci sont inattaquables, ajoute-il.  Le chef de file de Benno alerte les Sénégalais sur le danger que représentent ses opposants. «Ils vous vendent des chimères. Ceux sont des marchands d’illusions, sans expertise ni science. Rien de ce qu’ils vous promettent ne peut être traduit en acte», assène Macky Sall.
Densification du réseau routier
Après sa réélection, le 24 février prochain, il va engager le chantier de la route Ndioum, Bakel, Kidira, long de plus de 300 kilomètres. Le financement qui s’étend à 250 milliards FCfa, est déjà bouclé, selon le chef de l’Etat. Les tronçons Ndioum-Thilogne d’un montant de 47 milliards FCfa et Thilogne-Ourossogui évalué à 48 milliards seront aussi construits. Sans oublier l’édification de l’axe Hamady Hounaré-Bakel dont l’enveloppe nécessaire de 17 milliards FCfa est déjà disponible. Les ponts de Wendou Bosséabé et Ganguel Souleye vont également être batis. «S’il plait à Dieux le Dande Mayo sera ceinturé et traversé dans tous les sens par des routes bitumées».
Un aéroport à Ourossogui en 2020
Macky Sall a par ailleurs décidé  d’aménager également 30 000 hectares de terre entre Matam et Kanel pour la riziculture. Un programme qui sera mis en œuvre avec la coopération indienne dont le rendement est estimé à 10 tonnes à l’hectare. Le PRODAC, annonce M. Sall va être étendu au département de Matam où il est envisagé des blocs à Agnam, Ogo et Orkadiéré. Le PRODAM également interviendra dans la Zone en bénéficiant de 2 milliards FCfa sur les 20 milliards FCfa qui constituent le budget global du programme. Cinq des 24,4 milliards FCfa du PADER vont aussi être consacrés à la région de Matam. La région profitera en outre de 32 milliards FCfa dans le cadre d’un programme mis en œuvre par la SAED en attendant l’érection d’un aéroport desservi par Air Sénégal à Ourossogui.
Pour rendre l’Université Virtuelle plus performant, le prochain gouvernement du Président Sall dotera tous les chefs lieu de département d’Espace numérique ouvert pour un financement global de 60 milliards. Ce projet viendra en appoint au Université virtuelle du Sénégal. Dans la commune de Matam, il est prévu d’ériger un Bloc Scientifique et technologique pour former les jeunes et susciter chez eux une vocation. Le coût du programme, d’après le président Sall, est de 340 millions FCfa.

Laisser un commentaire