VOUS AVEZ DIT «VISITE D’ETAT» ! DEGN-KUMPË PAR ABDOULAYE CISSE

VOUS AVEZ DIT

Décidément, Yaya Jammeh a décidé jusqu’au bout de son règne à «pourrir» la vie du président Macky Sall.  Il y’a bien longtemps que les « pin doctors » du palais de la République s’emploient à distiller le caractère « symbolique et tout à fait exceptionnel » de la visite d’État que le président de la République s’apprête à rendre à la France dans 4 petits jours maintenant.

 

On peut aisément comprendre que le chef de l’État aura rêvé d’un meilleur contexte pour dérouler cet agenda qu’il attend depuis que la date de cette visite est calée avec le Palais de l’Elysée. S’il y’a quelqu’un qui est pressé que les choses rentrent à la normale en Gambie, c’est bien Macky Sall. Car, comment imaginer le président de la République quitter le Sénégal pour 5 longs jours du 18 au 23 décembre pendant que les bruits de bottes se font entendre à frontière avec la Gambie.

L’issue dans cette crise semble certes proche mais sans présager que ce sera par la solution militaire, on ne peut pas non plus définitivement l’écarter. Et il est tout aussi évident que si jusqu’ici le Sénégal ne s’est pas mis en première ligne de la mission diplomatique, il sera forcément au premier plan d’une opération militaire. Que ce soit en y participant activement et/ou en servant de base arrière stratégique et géographique à l’opération.
Dès lors, ceci ne peut raisonnablement pas se faire en l’absence du chef suprême des armées, le président de la République. Macky Sall ne peut pas se permettre le luxe de devoir se tenir informé sur l’évolution de la situation en Séné-Gambie par des conseillers qui viendront « murmurer » à son oreille à chaque étape honorifique et de travail au cours de sa visite d’État.
Tout le monde a en tête le désastre de l’image d’un George Bush scotché, perdu, qui ne savait plus s’il fallait finir sa cérémonie dans une petite école au fin fond de l’Amérique ou tout arrêté de suite. La réalité c’est que le président Américain n’avait jamais pris la mesure de ce qui venait de se passer ce 11 septembre 2001. Encore que là, George Bush a l’excuse que Al Qaïda n’avait pas calé cette attaque dans l’agenda de la maison blanche : il ne manquerait plus que çà.
De là à penser que Macky Sall doit convenir avec son « hôte » la France de surseoir à cette visite d’État : pourquoi pas ? D’autant que son « ndiatigué » le président François Hollande est l’un des mieux placé pour comprendre une telle situation, lui qui s’est déjà vu contraint d’écourter des voyages à l’étranger pour rentrer parce que des événements majeurs liés au terrorisme venaient de frapper la France, le même Hollande qui, au début de son mandat, a trainé les pieds pour franchir les frontières aériennes de la France.
Le Brésil, l’Inde, L’Afrique du Sud ont bien du patienter pour enfin voir le locataire de l’Elysée qui confiait dans le journal le Parisien du 22 juillet 2012 je cite « ne pas trop préférer s’éloigner de la France dans la crainte d’être absent quand surviendrait un gros événement ou une polémique ». Simplement !
Gouverner, c’est prévoir : Macky Sall ne pourra pas se soustraire au devoir d’expliquer aux Sénégalais pourquoi il est absent du pays quand une polémique va éclater en fonction de la tournure des événements. Le chef de l’Etat ne peut pas simplement se satisfaire de jouer à pile ou face en espérant que tout va bien se passer dans cette crise gambienne. Tant mieux si tout se passe bien, mais dans le doute la posture d’homme d’État voudrait qu’on assume, joue pleinement, activement et au besoin au contact direct, son rôle de Commandant en chef.
ET PUIS VISITE D’ÉTAT, C’EST QUOI MEME ?
D’ailleurs, à proprement parler de cette « visite d’État », le président de la République devrait éviter de bomber le torse à rappeler que c’est la première d’un chef d’Etat Sénégalais depuis plus de 30. Oui, la dernière visite d’État d’un président sénégalais c’était Abdou Diouf en 1985. Et alors ? Et alors, Monsieur le Président !
Quand vous commencez à vous satisfaire des honneurs par ci et par là, c’est que vous n’avez plus d’ambitions pour votre pays.
Qui vous dit qu’il était dans l’agenda du président Abdoulaye Wade de demander une visite d’État à la France ou d’en accepter l’invitation ? Abdoulaye Wade s’est bien orienté vers d’autres chancelleries, non moins prestigieuses et non moins juteuses pour la coopération économique pour notre Sénégal. Vous voyez, cela réduit la portée des honneurs qu’on peut donner à la symbolique d’une visite d’État ici ou la bas.
Et puis Monsieur le Président, c’est quoi même cette visite d’État dont votre cour s’enorgueillit déjà beaucoup trop. Vous voulez savoir : comparaison pour comparaison, votre homologue du Mali Ibrahima Boubacar Keïta vous a déjà grillé la politesse par sa visite d’État en France au moins d’Octobre 2015.
Dans la foulée, l’Elysée mettait les petits plats dans les grands pour Raul Castro du Cuba en fin Janvier 2016.
Monsieur le Président, nous vous le concédons c’est un rendez-vous important cette visite, pas pour le protocole mais plus pour le détail de votre programme qui sous-tend beaucoup d’accords de coopérations dans les domaines innovants du Rail, des énergies extractives, des nouvelles technologies . . . tant mieux.
Mais tout de même Monsieur le Président, rappelez à vos hommes et à vos troupes que quand on est invité quelque part, la bienséance voudrait qu’on laisse notre « hôte » qui reçoit nous faire les honneurs. Ce serait dommage et presque insensé que ce soit vos ouailles qui organisent la fête comme si les honneurs de la symbolique de votre visite d’État et le protocole millimétré qui sied à votre rang et à cet événement ne vous suffisait pas à votre bonheur. A trop vouloir en faire, ils risquent de vous gâter votre « fête ».
den.kumpe10@gmail.com

Laisser un commentaire