Après ses insultes contre Obama: Duterte calme le jeu avec Washington

    Philippine President Rodrigo Duterte

     Le président philippin Rodrigo Duterte, qui a multiplié ces derniers temps les déclarations hostiles aux Etats-Unis, a affirmé samedi qu’il ne romprait pas l’alliance de son pays avec Washington.

    « Il ne s’agit pas de la rupture des liens. La rupture signifie couper les relations diplomatiques. Je ne peux pas faire cela. Pourquoi? Il est dans l’intérêt de mon pays de ne pas le faire », a affirmé le président à Davao (sud du pays) à son retour d’une visite en Chine.Rodrigo Duterte se lance régulièrement dans une tirade hostile aux Etats-Unis, quand elle n’est pas injurieuse. Dernier épisode en date: il a annoncé jeudi à Pékin sa « séparation d’avec les Etats-Unis » au profit d’une alliance avec la Chine et la Russie, donnant le signal le plus clair à ce jour qu’il voulait torpiller une alliance vieille de 70 ans.

    « Je me suis réaligné sur votre mouvance idéologique (celle de la Chine) et je vais peut-être me rendre aussi en Russie pour parler au (président Vladimir) Poutine et lui dire qu’on est trois contre le reste du monde: la Chine, les Philippines et la Russie. C’est la seule voie », a-t-il expliqué à son auditoire chinois.

    Après ces déclarations, Washington avait annoncé jeudi son intention de demander à M. Duterte de s' »expliquer »: « Nous allons chercher une explication de ce que le président voulait dire exactement quand il a parlé de séparation avec les Etats-Unis. Ce n’est pas clair pour nous ce que cela signifie dans toutes ses ramifications », s’était étonné le porte-parole du département d’Etat John Kirby.

    Les déclarations de M. Duterte sont « de manière inexplicable contraires à la relation très étroite que nous avons avec le peuple philippin, ainsi qu’avec le gouvernement, à tous les niveaux, et pas seulement dans une perspective sécuritaire », avait-il ajouté.

    Jusqu’à la prise de fonctions de M. Duterte le 30 juin, Manille était l’un des alliés des Etats-Unis les plus importants et les plus fidèles en Asie. Les Philippines étaient également un maillon clé de la politique du « pivot » vers l’Asie chère au président américain Barack Obama.

    Les Philippines sont aussi un bastion démocratique –même chaotique et corrompu–dans le Sud-Est asiatique depuis la fin de la dictature de Ferdinand Marcos en 1986.

    Mais il se révèle que M. Duterte, qui se dit socialiste et entretient des liens étroits avec les communistes toujours engagés dans la rébellion, éprouve une profonde antipathie à l’endroit des Etats-Unis.

    Il a qualifié plusieurs fois le président américain de « fils de pute » et demandé aux Philippins de se souvenir des crimes commis par les Américains lorsque l’archipel était une colonie américaine, entre 1898 et 1946.

    Il explique à ses compatriotes que les Etats-Unis n’ont rien fait pour eux, choisissant d’ignorer le fait que des milliers d’Américains ont perdu la vie pour libérer l’archipel de l’occupation japonaise durant la Seconde guerre mondiale, de même que les centaines de millions de dollars d’aide américaine.

    Le président philippin a annoncé la fin des patrouilles conjointes en mer de Chine méridionale, ainsi que des exercices militaires qui voient des milliers de soldats américains transiter par les Philippines chaque année.

    Laisser un commentaire