« Il nous appartient, à nous africains, de régler les crises africaines », Dr Sékou Koureissy Condé

"Il nous appartient à nous africains

Dr Sékou Kouréissy CONDE

La crise politique qui prévaut au Sénégal semble inquiéter nos voisins immédiats. Par la voix du Dr Sékou Koureissy Condé, président du parlement panafricain de la société civile africaine, ils ont décidé d’arrondir les angles entre Macky Sall et ses opposants.

Co-fondateur et Directeur exécutif du cabinet de conseils et d’études stratégiques, African Crisis Group (ACG), le Dr Sékou Condé est en mission.  Sentant le souffre qui pue à Dakar, il a décidé de s’impliquer dans la prévention et la résolution du conflit latent que les religieux sénégalais ont averti. A la tête de l’African Crisis Group qui se veut une interface entre les acteurs étatiques, les leaders d’opinion et la société civile, le Dr Condé a commencé l’activité de sa structure, en volant au secours des Sénégalais.

Se voulant l’une des chevilles ouvrières des processus de réconciliation en Afrique de l’Ouest, cet homme qui a passé sa vie à la défense d’une vision panafricaine de la solidarité et de la paix, a déclaré que « la stabilité de la région ouest africaine ne pourra passer que par une acceptation des diversités culturelles. »

Conscient de son devoir d’alerte et de résolution des crises en latence, il avait, en 2004 déjà, intégré l’American Council Africa, une ONG qui a pour vocation d’étudier « les voies de complémentarité entre les mécanismes traditionnels et modernes de résolution des conflits en Afrique. » Au cours de la même année, il a dirigé le symposium international sur la négociation et la résolution des conflits organisé par l’Université du Cap en Afrique du Sud.

Personnalité de premier plan de l’histoire sociopolitique de son pays, la Guinée-Conakry, l’homme qui se veut le nouveau chantre de la résolution des crises en Afrique de l’Ouest se prévaut  d’une riche expérience obtenue aux différents postes de responsabilité qu’il a eu à exercer: ministre de la Sécurité, ministre des Affaires étrangères, Secrétaire général du Conseil national de Transition et Médiateur de la République en Guinée-Conakry.

Aussi, en 2010, l’actuel président de l’AGG a pris une part active dans la transition démocratique de son pays. A en croire des proches de l’homme, « il est, de ce fait, l’un des personnages clés du processus de dialogue, de réconciliation et de rétablissement de l’Etat de droit. »

Attaché à la paix et à la stabilité, ce professeur qui se tue à gérer les conflits a, dès février 2011, par sa prompte présence au Burkina Faso, été l’un des premiers médiateurs à voler au secours du pays des hommes intègres. Aussi, en novembre 2011, il a été le rapporteur général de la mission d’observation des élections présidentielle et législatives en République démocratique du Congo.

Depuis mars 2012, le directeur exécutif d’African Crisis Group (ACG) est devenu le facilitateur du dialogue politique au Niger et dans la résolution de la crise malienne. Pour ce faire, il ne cesse d’apporter son appui aux organisations régionales et internationales dans la quête d’une Afrique de paix. «J’encourage les hommes et les femmes qui veulent que la construction du dialogue soit une priorité», déclare cet ambassadeur de la paix.

Aussi, il a déclaré « nous avons estimé, nous, African Crisis Group (ACG), conformément a notre vocation de médiation et apaisement que l’arrestation du maire de Dakar suscite des interprétations dans un pays modèle avec une démocratie apprécié et représentative comme la démocratie sénégalaise qui n’est pas parfaite vraie sans faux mais qui un modèle  ne soit pas vue d’une autre manière présenté d’une autre manière .Nous avons aucune intention d’interférer dans le processus  judiciaire mais nous avons la volonté de dire qu’il y’a aussi médiation ... »

Laisser un commentaire