Amadou Diallo, pdt Mcs: «Le Mcs est dans la dynamique de l’émergence d’un citoyen de valeur, de dignité

Amadou Diallo, pdt Mcs

0
220

Après le rappel de ses troupes lors de la rencontre avec les différents  leaders de la coalition, le président de la République, Macky Sall, voit ses lieutenants fourbir leurs armes pour les échéances à venir.

Amadou Diallo, cadre de l’Apr et conseiller technique du Président de la République, ne s’est pas arrêté seulement à la politique. Il a ratissé large, «car, dit-il, conscient de la dépravation des mœurs et le manque de citoyenneté, (il) s’investi pour l’éducation civique de la population qui perd de jour en jour les valeurs civiques. » C’est à partir de cette décision qu’il est porté à la tête du Mouvement Civique du Sénégal (Mcs). A l’heure où certains s’alarment sur la perte des valeurs civiques, surtout avec ce qui se passe dans le pays, les meurtres, agressions, viols, … sa position à la tête du Mouvement Civique du Sénégal (Mcs) semble augurer de nouveaux défis pour ce jeune homme de 35 ans. De la question des réalisations du Président de la République en passant par sa mission à la tête du Mcs et de son implication dans les élections législatives, c’est avec une lucidité bienveillante que le tout nouveau président du Mcs a accepté de répondre à toutes nos questions sans détour.

Allons à la connaissance de ce jeune cadre qui a fait du chemin et a préféré servir son pays, en portant main forte au chef de l’Etat et de son programme phare, le Fongip.

– Une question s’impose d’emblée : qui est Amadou Diallo et quel est son parcours?

Je suis né et grandi à Ziguinchor. J’ai eu mon Bac Scientifique en 2000 par la grâce de Dieu au Lycée Djignabo de Ziguinchor (mention Très Bien). J’ai eu l’immense honneur d’être lauréat au Concours Général en obtenant le premier prix de Mathématiques et le deuxième prix de Physique. Par la suite, j’ai obtenu une bourse qui m’a ouvert les portes des grandes écoles d’ingénieur. J’ai d’abord fait les classes préparatoires avant d’intégrer l’école nationale supérieure d’informatique et mathématiques appliquées (ENSIMAG) avec une spécialisation en «finances des marchés». A la fin de mon cursus universitaires, j’ai eu la chance d’intégrer la filiale «banque d’investissement» de la société générale à Paris.  Après quelques années passées dans le monde de la haute finance des marchés, je suis revenu au Sénégal en 2011 pour apporter ma pierre à l’édifice national. A mon arrivé, je me suis lancé aux côtés du Président Macky Sall, qui briguait la magistrature suprême, pour les valeurs qu’il incarne à savoir l’humilité, la droiture et surtout son ambition pour bâtir un Sénégal émergent. Après son accession au pouvoir, Le Président m’a fait l’honneur de me nommer conseiller technique en charge des financements innovants. C’est à ce titre que j’ai participé à l’élaboration du «modèle FONGIP» qui constitue un levier important dans l’accompagnement à l’accès aux financements des PME et PMI notamment la composante «jeunes et femmes». Puis j’ai eu l’honneur d’occuper des postes de directeur des opérations, directeur des risques et des engagements et directeur de la structuration des grands projets, toujours au Fongip.

– Vous voilà à la tête du Mouvement Civique du Sénégal (Mcs). Justement pouvez-vous nous parler de ce mouvement?

Je rends grâce à Dieu. Permettez-moi de remercier et de rendre un vibrant hommage au Président sortant Mr El hadj Boubacar Diallo qui n’a ménagé aucun effort pour donner l’impulsion nécessaire au rayonnement de ce mouvement créé en 2006 dont j’ai hérité la présidence depuis lundi 17 avril 2017. Aujourd’hui, le Mcs regroupe pas moins de 203 associations et plus de 3000 membres actifs. Ce qui n’est pas négligeable. Je viens renforcer l’assise du mouvement en faisant adhérer dès ma prise de fonction une cinquantaine d’associations avec qui je travaillais déjà depuis quelques années. Des associations qui sont le plus souvent ont leur base dans le département de Dakar et quelques gros cylindrés dans les autres départements. Mes priorités s’articulent autour des axes tels que le renforcement de la citoyenneté par la promotion des valeurs civiques et également la dimension économique par l’appui à la création des activités génératrices de revenus pour les populations à faible revenu.

En tant que cadre de l’Apr et conseiller du président de la République, quel bilan faites-vous de l’action du Président de la République?

Je pense pouvoir affirmer sans démagogie que le Président de la République effectue un travail extraordinaire sur le terrain. Cela ne fait que rendre encore plus crédible son programme en particulier le Pse qui se traduit tous les jours par des réalisations concrètes. En tant que membre de l’Apr j’ai travaillé à ses côtés et je porte ses idées car elles sont novatrices, pertinentes et surtout réalistes. Je peux citer à titre d’exemple : Le Pudc, la bourse de sécurité familiale, baisse du coût de la vie (carburant, loyer, récemment l’électricité), modernisation de l’agriculture (subvention du matériel agricole), rationalisation de la dépense publique par une gouvernance sobre et vertueuse qui a abouti à une croissance économique forte. Aujourd’hui, on note une satisfaction des populations à travers les différentes réalisations du Président de la République. Tout récemment, notre diplomatie s’est illustrée dans la résolution de la crise gambienne. Je note, avec beaucoup de fierté, le démarrage de la construction du pont du fleuve Gambie qui va contribuer à désenclaver les régions du sud.

Les élections législatives sont pour bientôt. Quelles sont vos attentes?

Il s’agit essentiellement de donner une forte majorité au Président de la République afin qu’il termine l’ensemble des programmes déjà entamés et par la même occasion, lui donner la possibilité de consolider les acquis économiques considérables du Sénégal. Pour ce qui est de mes attentes, je pense avoir suffisamment travaillé sur le terrain pour pouvoir contribuer à donner cette majorité au Président que ce soit au niveau national que local c’es-à-dire à Ziguinchor. A ce titre, je lance un appel à tous les militants de faire bloc derrière la liste de la mouvance présidentielle et éviter de tomber dans le piège de la division. Le Mcs est dans cette dynamique de l’émergence d’un citoyen de valeur, digne, confiant ayant une vision ouverte et moderne du Sénégal et de l’Afrique. Enfin, Je reste très optimiste pour les échéances futures.

Laisser un commentaire