Affaire Kieffer en Côte d’Ivoire: un témoin dit savoir où est le corps

Affaire Kieffer en Côte d'Ivoire

C’est un fait important dans l’enquête concernant le journaliste franco-canadien Guy André Kieffer, disparu en avril 2004 en Côte d’Ivoire. Selon nos confrères de Radio France, le juge qui enquête sur cette disparition a recueilli le témoignage d’une personne disant savoir où le corps de notre confrère a été enterré à Abidjan. Un témoignage qui pourrait relancer l’affaire de cet enlèvement attribué à un commando proche de la présidence ivoirienne de l’époque.

Au printemps dernier, révèlent nos confrères de Radio France, le juge d’instruction Cyril Paquaux, successeur du juge Patrick Ramaël, a recueilli le témoignage d’un Français vivant en Côte d’Ivoire qui assure savoir où se trouve la dépouille du journaliste Guy-André Kieffer. Le journaliste franco-canadien, disparu depuis le 16 avril 2004, aurait été enterré, selon ce témoin, dans le sous-sol d’une habitation dans le sud d’Abidjan.

Un témoignage jugé suffisamment crédible pour que des fouilles soient entreprises, mais pour le moment les autorités ivoiriennes n’ont donné aucune consigne en ce sens, ce qui bloquerait l’instruction côté français, affirme au micro de France Inter l’avocat de la famille Kieffer, Alexis Gublin. « On a fait une demande d’acte auprès de la justice française. Les juges français ont délivré une commission rogatoire internationale. Il appartient donc à la justice ivoirienne de l’exécuter. Pour l’instant, manifestement, la justice ivoirienne ne fait rien alors que la France attend qu’elle participe à la manifestation de la vérité ».

La famille Kieffer par la voix d’un de leurs avocats perd patience. Mais selon le procureur général ivoirien Ali Yéo, l’appareil judiciaire ivoirien se tient à la disposition de Paris dans cette enquête.  Selon certaines sources judicaires, la commission rogatoire internationale précise que c’est au juge Paquaux de se déplacer avec des gendarmes français pour procéder aux recherches sur place.

« Le juge d’instruction en Côte d’Ivoire et le juge d’instruction français sont en contact depuis toujours. Régulièrement entre ces deux magistrats, il y a des échanges de courrier, il y a des échanges d’aide et de coopération. En ce qui concerne ce nouveau témoignage, effectivement le doyen des juges d’instruction de Côte d’Ivoire, qui a en charge le dossier, a reçu le 30 août 2016 une correspondance de son homologue français lui disant qu’il serait possible que le corps soit enterré dans le sous-sol d’une maison au sud d’Abidjan et que lui-même souhaite se rendre en Côte d’Ivoire avec des enquêteurs pour procéder aux fouilles et faire les investigations qui s’imposent. Le juge d’instruction ivoirien a donné une réponse positive et a dit à son homologue français : « dites-nous à quel moment vous venez et nous sommes à votre disposition pour vous aider à faire les investigations ». Jusqu’à ce jour, depuis le 30 août, nous sommes dans l’attente de la réponse du juge d’instruction français. La balle est dans son camp et nous l’attendons pour nous mettre à sa disposition et l’aider à faire les investigations dont il a parlé.

Plus de douze ans après la disparition de ce journaliste qui enquêtait sur le secteur très rémunérateur du cacao, les justices française et ivoirienne semblent se hâter lentement. Il y a moins de trois semaines, à la veille de son voyage officiel en Côte d’Ivoire, le Premier ministre français Manuel Valls s’était vu adresser une lettre signée de la famille de la victime et de Reporters sans frontières disant leur inquiétude. Mais à Abidjan, le chef du gouvernement français ne s’est pas prononcé sur le sujet, même le jour où fut signé entre la France et la Côte d’Ivoire une importante convention de financement de 61 millions d’euros sur le renforcement du secteur de la Justice.

 

Avec RFI

Laisser un commentaire