Affaire Khalifa Sall: Après Dakar, Me Boubacar Cissé promet la défaite du maire de Dakar à Abuja

Affaire Khalifa Sall: Après Dakar, Me Boubacar Cissé

Après cette bataille de Dakar qui a commencé ce 23 janvier 2018 en audience spéciale, les avocats de l’Etat du Sénégal et ceux de Khalifa Ababacar Sall, le maire emprisonné de Dakar, vont se faire face à face à nouveau. L’autre manche de cette confrontation judiciaire, ouverte devant le tribunal correctionnel de Dakar, va se faire à Abuja, devant la Cour de la CEDEAO. Si, du côté de Khalifa Sall, on prédit la défaite de l’Etat, pour Me Boubacar Cissé, « ce jugement devant la Cour de la CEDEAO n’aura aucune incidence sur le procès en cours à Dakar. » 

Après deux renvois et le démarrage, en trombe, de la procédure de jugement du maire de Dakar, la bataille judiciaire opposant Khalifa Ababacar Sall à l’Etat du Sénégal va se poursuivre hors de nos frontières. Comme un certain Karim Wade, le maire emprisonné de Dakar a décidé d’internationaliser son dossier, en saisissant la Cour de la CEDEAO. Et cette cour qui est habilitée à constater la violation des Droits de l’homme a accepté de se pencher sur le dossier. Après avoir obtenu les requêtes des avocats de Khalifa Ababacar Sall, les juges -qui ont communiqué le dossier à l’Etat du Sénégal- attendent ce dernier à venir plaider sa cause. Après avoir obtenu les mémoires de l’Etat du Sénégal, ils doivent écouter la plaidoirie des uns et des autres devant cette cour communautaire qui ne rend, pourtant, que de simples avis consultatifs sans aucun pouvoir contraignant même si la conséquence de ses décisions est lourde de sens.

Sauf retournement de dernières minutes et sous peine de se voir condamné par défaut, l’Etat du Sénégal se présentera ce 30 janvier prochain à Abuja. Mais, pour ne pas installer la confusion dans l’opinion, Me Boubacar Cissé, l’un des avocats de l’Etat, a fait savoir que «cette procédure n’a aucune incidence» sur ce qui se joue dans la capitale sénégalaise. « A Dakar, on va juger un dossier en flagrant délit de détournement de fonds publics. Alors qu’au Nigeria on va voir si les droits de Khalifa Sall ont été respectés ou pas. »  Et pour mieux se faire comprendre et gripper la machine de communication de Khalifa Sall et de ses affidés, Me Boubacar Cissé a déclaré que « c’est parce qu’il ne veut pas se faire juger à Dakar » que le maire de Dakar multiplie les procédures. « Ce dossier convoqué à Abuja a déjà fait l’objet d’un jugement devant la chambre d’accusation qui a tranché en sa défaveur« , a dit Me Boubacar Cissé.

Pour l’avocat de l’Etat du Sénégal, ceux qui parlent de précipitation du gouvernement pour voir jugé Khalifa Sall ne savent pas de quoi ils parlent. « Ce dossier ne devait même pas faire l’objet d’une longue instruction. Parce-que c’est un dossier de flagrants délits. Les personnes poursuivies ont été prises la main dans le sac. C’est pourquoi le dossier a été ouvert en mars et clôturé en avril. Cela n’a pris qu’un mois. Parce que les faits sont clairs, indiscutable et indiscutés. » A déclaré l’avocat. A en croire Me Boubacar Cissé, aussi bien Mbaye Touré que Khalifa Sall tous ont reconnu avoir fait du faux et usé de faux pour détourner 30 millions chaque mois. Et en espèces.

Aussi, lorsqu’on dit que l’Etat du Sénégal a refusé le cautionnement de Khalifa Sall, Me Boubacar Cissé se veut catégorique. « C’est faux, ils n’ont fourni aucune caution. Ils ont pris une liste en prenant des biens un peu partout. Et ils ont fait leur calcul. Ils n’ont pas permis à l’Etat de vérifier si les valeurs annoncées font bien le chiffre et veulent qu’on accepte une transaction qu’on ne peut pas vérifier. » Déclare aujourd’hui ce ténor du barreau de Dakar connu pour n’avoir pas été tendre avec ce même client qu’il défend actuellement.

Ironie du sort, celui qui était hier l’avocat de Bibo Bourgi, l’ami intime de Karim Wade opposé à l’Etat du Sénégal, est aujourd’hui le pourfendeur de Khalifa Sall, le maire de Dakar qui était du coté d’un certain président Macky Sall décidé à instaurer « une gouvernance sobre et vertueuse au Sénégal. » Et, à ceux qui seraient tentés de faire le parallèle avec le jugement de Karim Wade et compagnie, jugement qui avait valu la condamnation du Sénégal devant la Cour de la CEDEAO comme devant celle du Groupe de Travail des Nations Unies, Me Boubacar Cissé se veut très clair : « dans le cas Karim Wade nous étions dans un dossier d’enrichissement illicite. Tandis qu’ici on est an cas de flagrant délit détournement de fonds publics« .

 

Laisser un commentaire