Affaire de la cité Gadaye de Guédiawaye: Deux ans de prison et un mandat d’arrêt lancé contre le promoteur, Babacar Fall

0

Ça se corse pour le promoteur immobilier, Babacar Fall. Ayant sur son dos 253 plaignants, lesquels sont propriétaires des maisons démolies à la cité Gadaye de Guédiawaye, il a été condamné, hier, à deux ans de prison par le tribunal de Grande instance statuant en matière correctionnelle. Un mandat d’arrêt a également été décerné au promoteur qui avait comparu libre.

Deux ans de prison et un mandat d’arrêt ; c’est la décision qui a été rendue, hier, par le juge, dans le contentieux qui opposait les 253 familles de la cité Gadaye au promoteur, Babacar Fall. On se rappelle que lors du procès, le mis en cause avait comparu libre et le procureur de la république avait requis l’application de la loi.

Pour rappel, cette affaire avait débuté lorsque 253 familles propriétaires des maisons démolies à la cité Gadaye située à Guédiawaye, ont servi au promoteur immobilier, une citation directe. Une citation, en fait, qui visait 3 infractions, notamment la destruction de biens appartenant à autrui, faux et usage de faux et escroquerie à jugement.

Le dirigeant de la société Technologies 2000 n’est pas le seul prévenu dans cette affaire. Ses agents, Omar Diop, Pape Mbar et Abdoulaye Dieng, ont été cités pour avoir procédé à la dévastation des concessions.

Les faits remontent en décembre 2013. En 2001, le promoteur immobilier avait acheté un terrain de 9 hectares. Un bail que le sieur Fall dit avoir légalement acquis et devant notaire, auprès des représentants légitimes de la famille Ndiobène, sise à Yeumbeul.

« J’ai construit la première partie où il y a 400 maisons. La partie objet du litige devait bientôt être exploitée. Et mes accusateurs, sur la base d’un acte signé par une tierce personne, veulent se prévaloir d’un titre de propriété pour s’accaparer des 4 hectares. Ils n’ont ni droits, ni titres », s’était défendu Babacar Fall, lors du procès.

En effet, les parties civiles détiennent un acte sous seing privé. Ces terres leur ont été vendues par Ibrahima Diop, un des héritiers de la famille Ndiobène, à plus de 2 milliards de FCFA. C’est ainsi que le propriétaire de Technologies 2000 avait saisi la Direction de la surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (Dscos), avec ses pièces justificatives.

Sur ce, les maisons ont été détruites par les agents du promoteur sous la protection des éléments de Légion de la gendarmerie d’intervention (Lgi) de Mbao. Babacar Fall avait ainsi brandi un document homologué par le tribunal de Dakar. Surprises, les victimes avaient sollicité l’arbitrage du chef de l’Etat. C’est ainsi que le ministre-conseiller, Mahmout Saleh, en charge de ce dossier, avait renvoyé les deux parties devant la justice.

Voxpopuli

Laisser un commentaire