Affaire Barthélémy Diaz: La défense crie victoire avant l’heure de vérité

Affaire Barthélémy Diaz

Le procès opposant le maire de Sicap Mermoz, Barthélémy Dias, au peuple sénégalais a connu une pause hier, tard dans la nuit.

Après les réquisitoires du procureur de la République, qui, au nom du peuple sénégalais, a demandé que Barthélémy Diaz soit condamné à 10 ans de prison ferme et son placement sous mandat de dépôt, c’était au tour de la défense de se faire entendre par le tribunal et espérer, ainsi, démonter l’argumentaire du procureur de la République.

Dès l’entame de leur réquisitoire, les avocats du principal mis en cause dans le décès de Ndiaga Diouf ont soutenu que Barthélémy Diaz ne peut être tenu responsable de ce meurtre sordide, immortalisé, pour l’éternité, par les caméras de la TFM.

Comme argumentaire, Me Aissata Tall Sall comme Me Elhadji Diouf se sont prévalus de l’expertise balistique des plombs retirés des corps des deux blessés comme de la dépouille de Ndiaga Diouf. « Puisque l’expertise confirme que ce sont des balles de calibres 38 mm qui ont été extraites, alors ça ne peut pas être Barthélémy Diaz, puisque lui n’avait qu’un pistolet 9 mm et un autre factice », ont argumenté les avocats de la défense.

Pourtant, sur les images de la télévision Futurs Médias, le maire de Sicap Mermoz avait été vu avec, presque, 3 voire 4 armes différentes que ses sbires chargeaient et lui remettaient tout en l’incitant à canarder « ses agresseurs ».

Mais, aussi vraisemblable que cela puisse paraitre, après avoir reconnu avoir « tué ses agresseurs » et invoqué « la légitime défense », Barthélémy Diaz a fait disparaitre l’arme du crime pour laquelle il n’avait aucune autorisation administrative de port; ne présentant qu’un pistolet 9 mm pour lequel il avait un document administratif, plus un autre pistolet factice.

« Sans arme du crime, pas de crime » semble vouloir faire leur les avocats de la défense; tout en oubliant que leur client avait bel et bien avoué le meurtre de Ndiaga Diouf, tout en invoquant le légitime défense. Puisqu’ils sont conscients que cette disposition de la loi ne peut leur être accordée, Me Aissata Tall Sall et compagnie ont changé de fusil d’épaule et ont invité le parquet à aller chercher un meurtrier, autre que Barthélémy Diaz.

Face à ce qu’ils veulent présenter à l’opinion comme une victoire de la plaidoirie -l’objectif étant de semer le doute dans l’esprit du tribunal- , les avocats de la défense ont dit toute la confiance qu’ils placent en ce tribunal dont le président s’est dit, lui aussi, croyant et a  promis de rendre son verdict en toute conscience. « Dieu est notre témoin et nous nous en référerons » a t-il conclu. le verdict sera rendu le 16 février prochain.

Laisser un commentaire