Abdou Mbow: “Choisir un chef de l’opposition au Parlement, me semble en contradiction avec notre système”

La Commission cellulaire du dialogue politique aborde son dernier virage mais bute sur certains points dont le statut de l’opposition et de son chef. Que pensez-vous sur ce point précis ?

La Commission cellulaire du dialogue politique aborde son dernier virage ; ce qui veut dire que le dialogue est en train d’avancer à grand pas. Il faut saluer ces avancées significatives et souhaiter que cela puisse être derrière nous dans un bref délai.

Concernant le point précis du chef de l’opposition, le Sénégal est un pays de longue tradition démocratique, avec des acteurs politiques responsables et soucieux du devenir démocratique du pays. Je pense que ces derniers vont, dans un délai raisonnable, trouver un accord sur ce point. Maintenant, nous attendons des acteurs de l’opposition, des propositions concrètes et raisonnables. Mais il faut rappeler que le Sénégal n’a pas un régime parlementaire. Donc, choisir un chef de l’opposition au Parlement, comme certains le disent, me semble en contradiction avec notre système actuel. Mais comme le dialogue continue, les acteurs vont mettre en avant l’intérêt du pays en lieu et place des intérêts politiciens.

L’autre préoccupation de l’opposition est l’autorité devant organiser les élections. En lieu et place du Ministère de l’Intérieur, elle a proposé un ministère ou une autorité chargée des élections. Vous en pensez quoi ?

Je rappelle à l’opposition sénégalaise que ce pays a une longue tradition d’élections. Au Sénégal, on a commencé à voter avant les indépendances. C’est pourquoi on doit renforcer notre démocratie et aller vers des réformes plus importantes que de réclamer une autorité chargée des élections. Le Sénégal a dépassé cela et les acteurs doivent savoir que la période de manipulation des résultats d’élections est derrière nous. C’est pourquoi, je suis pour le maintien de l’organisation des élections par le Ministère de l’Intérieur. Les hommes passent mais les institutions demeurent.

Le report des élections locales est évoqué. Est-ce une crainte fondée ?

Avant de répondre à votre question, permettez-moi de préciser ma pensée sur ce point. J’avais donné mon point de vue à ce sujet sur le plateau d’une télévision, en expliquant que le dialogue se poursuit ; et comme on doit revoir le fichier et voir les modalités d’organisation, il me s’emble trop juste d’aller à des élections d’ici mars 2021. À ma grande surprise, le lendemain, je vois dans la presse : « Abdou Mbow repousse les élections locales ». Ce que je n’ai jamais dit. Maintenant, pour revenir à votre question, je pense que le dialogue se poursuit, les acteurs discutent de cette question ; donc j’estime qu’il est inopportun de parler de report. L’issue des discussions à la Commission cellulaire pourra nous édifier sur la question.

Les ministres étaient invités par le Chef de l’État à déclarer leur patrimoine au plus tard le 31 août de cette année, mais selon l’Ofnac, 34 sur 35 l’ont fait. Votre commentaire !

Le président de République Macky Sall a toujours dit la patrie avant le parti. C’est pourquoi, dès qu’il est arrivé au pouvoir, il a initié d’importantes réformes pour une meilleure transparence dans la gestion des affaires publiques.

C’est dans ce sens qu’il faut inclure le projet de loi n° 2014-17 du 02 avril 2014 relatif à la déclaration de patrimoine. En tant que Chef de l’État et Chef du gouvernement, il est de son ressort de veiller à l’application des lois par ses ministres. À mon avis, celui ou celle qui ne l’a pas fait, devrait être sanctionné comme le dit clairement la loi.

Que vous inspire la situation dans la sous-région, notamment au Mali ?

Je voudrais, avant tout, saluer les efforts de la Cedeao. Il faut également saluer la position courageuse et diplomatique du Président Macky Sall, suite aux sanctions prises par la Cedeao.

Pour des raisons humanitaires, il a proposé à ses pairs, qui l’ont accepté, de permettre aux populations maliennes de s’approvisionner en denrées alimentaires, produits pharmaceutiques et pétroliers. Le Sénégal et le Mali ont des relations étroites. C’est pourquoi nous devrons tout faire pour que la stabilité revienne au Mali. Il faut le dire la situation sécuritaire au Mali menace la stabilité de toute la sous-région. C’est pourquoi, il faut la prendre avec beaucoup de sérieux et arrêter de vouloir la politiser. Le Sénégal a beaucoup à gagner dans la stabilité du Mali.

Quelle appréciation faites-vous de la proposition du Chef de l’État de recenser la diaspora sénégalaise ?

Le Président Macky Sall a toujours fait un traitement de faveur à la diaspora sénégalaise. Quand il est arrivé au pouvoir, le premier décret qu’il a pris portait sur les véhicules importés qui étaient une forte demande de nos compatriotes de l’extérieur. Il a aussi parlé de la diaspora comme 15e région dans son programme «Yonnu Yokute».

Pour une meilleure représentation des Sénégalais de la diaspora, ils ont un quota de députés qui siègent à l’Assemblée, etc. Je me réjouis de cette décision consistant à recenser la diaspora sénégalaise. Je lance solennellement un appel à nos compatriotes qui vivent à l’étranger, de travailler en étroite collaboration avec les autorités diplomatiques et consulaires. Aujourd’hui, chaque pays a besoin de savoir l’identité de ses fils qui vivent à l’étranger, car le monde est devenu un village planétaire.

Le Sénégal a été bien arrosé durant le week-end et le Chef de l’État a demandé au Ministre de l’Intérieur de déclencher le Plan Orsec…

Je suis solidaire avec toutes les populations qui ont subi des dégâts suite aux fortes pluies de ces 72h. Il faut également saluer la prompte réaction du Chef de l’État, qui a demandé le déclenchement du plan Orsec. Les inondations sont des phénomènes naturels qui se passent pratiquement partout dans le monde.

L’État du Sénégal a mis en place un plan pour lutter contre les inondations. Beaucoup a été fait et cela a contribué à diminuer l’impact des dégâts. En pareille situation, il faut éviter de verser dans le sensationnel. Il est vrai que l’État doit continuer ses efforts, mais les collectivités locales, avec les populations, doivent aussi être beaucoup plus regardantes. Des efforts collectifs avec un encadrement rigoureux par l’État peuvent aider à atténuer les effets des inondations, qui touchent même les pays développés.

Laisser un commentaire