Contribution: Affaire Ousmane Sonko et surveillance du public.

Lors des manifestations de ce 08 février 2021 à Dakar, suite au rassemblement non autorisé et réprimé des membres du parti Pastef-­‐les patriotes devant la maison de leur leader, Ousmane Sonko, un acte “anodin” devrait interpeler la vigilance des citoyens. Il s’agit de l’interpellation, en moins de 24h, par la police, du “pyromane de la Cité Keur Gorgui”. Ce jeune, identifié comme étant le coupable présumé du crime d’incendie de voiture à l’occasion des émeutes. Cette interpellation, en un temps éclair, remet au goût du jour la lancinante question de la démocratie dans ses rapports avec la sécurite publique. Cette même célérité a été observée lors de l’attaque du journal “Les Echos” par une bande de jeunes mécontents.

Ainsi donc une question interessante se pose: comment la police sénégalaise parvient-­‐elle à appréhender, aussi rapidement, une personne ayant participé à une infraction, surtout en milieu public? La réponse est évidente. Nous vivons à l’ère du “totalitarisme de surveillance” pour parler comme Edgar Morin. Partout dans le monde, les gouvernants ont déployé un arsenal sophistiqué permettant de renforcer la surveillance des citoyens. Ces dispositifs sont les caméras de surveillance des rues, les gadgets de reconnaissance faciale combinés avec les techniques de collecte des données, du traçage mobile, de la géolocalisation, et tant d’autres méthodes comme la cryptanalyse ou le cassage des codes, le décryptement, le big data, entre autres. Cette présence systémique et systématique de l’intelligence artificielle(IA), sans débat de société préalable, a fini de produire des villes comme Londres avec ces millions de caméras, les Usa avec ses terminaux digitalisés, sans parler de Pékin avecses millions de “check points” électroniques et ses QR codes.
Il est intéressant de noter que cette surveillance des masses pose à la fois la question de la confiscation des libertés et la nécessité de sécurisation des personnes et de leurs biens. Bref, une surveillance du public. En tout état de cause, elle pointe la responsabilité des gouvernants. Surveillent-­‐ils pour mieux punir ou pour mieux protéger ? La question reste suspendue.
En toute évidence, ce “totalitarisme de surveillance” découlerait de la crise de la démocratie observée partout dans le monde. Morin a bien raison de souligner que depuis plus de 20 ans il a été noté un événement malheureux: le début du recul de la démocratie. Cette crise de la démocratie a, tout au moins, aujourd’hui, révélé un état de face à face permanent entre les gouvernants et les gouvernés. Si ces moments sont pour ces derniers des instants de lutte et de revendication pour plus de droits, ils constituent aussi des occasions rêvées pour les gouvernants de prendre des mesures supplémentaires jugées parfois liberticides. Les controverses autour de la pandémie du Covid 19 sont là pour nous offrir des exemples concrets.
En définitive, le “totalitarisme de surveillance” est à appréhender à la croisée de la nécessité de garantir la sécurité publique et le renoncement à certaines libertés individuelles au nom et au service de cette même sécurité. Cependant, cette nécessité n’empêche pas de se poser quelques questions légitimes. Cette surveillance relève t-­‐elle de ce que certains ont appelé la “crise de confiance” ou encore “la rupture du contrat social”? L’avenir de la démocratie nous le dira. Si toutefois cet idéal de société n’en est pas à sa fin.
En tous les cas, ces interrogations sur la surveillance publique devraient amener au renforcement du sens de la responsabilité et la prise de conscience collective, tout en favorisant le débat informé autour de la question sur l’utilisation des données personnelles en lien avec les droits humains.

Serigne Mbaye MBODJ

Juriste politiste

Laisser un commentaire