Tuerie Boffa Bayottes: Les éléments de l’enquête qui démentent Salif Sadio

Tuerie Boffa Bayottes: Les éléments de l’enquête

Le chef rebelle Salif Sadio a affirmé avant-hier que le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) n’était ni de près ni de loin mêle à la tuerie de Boffa. Il a raconté des contre-vérités puisque des éléments se réclamant de cette instance sont mouillés jusqu’au cou, selon le journal « Libération ».

Le procureur de Ziguinchor, Alioune Sylla tiendra un point de presse aujourd’hui, en compagnie du chef de la Section des Recherches, Issa Diack pour éclairer l’opinion sur les éléments de l’enquête sur l’exécution de 14 personnes dans la forêt de Boffa.

Dans cette affaire, il convient tout d’abord de se féliciter du travail de la Gendarmerie nationale qui a agi avec tact pour neutraliser 24 suspects tous inculpes et placés sous mandat de dépôt. Le Haut commandant de la gendarmerie s’est d’ailleurs rendu avant-hier auprès de ses équipes, en compagnie du général Moussa Fall, chef de la gendarmerie territoriale, qui était présent à Ziguinchor depuis plusieurs jours.

Contrairement à ce qui a été écrit, le parquet n’a pas ajouté un nouveau délit aux chefs d’inculpation notifiés aux huit suspects écroués avant-hier. Les 16 personnes détenues dans un premier temps étaient visées pour association de malfaiteurs, assassinat, appartenance à un mouvement insurrectionnelle mais aussi coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort.

L’autre précision est que Salif Sadio raconte des histoires lorsqu’il affirme que le Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance n’est mêlé ni de près ni de loin à la tuerie. La preuve évidente par Oumar Ampoye Bodian, qui se réclame officiellement chargé de mission du MFDC.

A la suite de la tuerie, Bodian avait fait une sortie en grande pompe,  pour jurer que le mouvement, qui condamnait la tuerie, n’était pas impliqué. Bref, le même argument que Salif Sadio. Or, les preuves matérielles, issues de l’exploitation de ses téléphones, attestent qu’il était en contact avec les membres du commando, qui ont été formellement identifiés par les enquêteurs. C’est aussi le cas pour René Captain Diatta. Ce dernier qui se dit « journaliste » et « observateur de la crise Casamançaise », était le principal animateur du « journal du pays », la machine à intox du mouvement. Deux éléments, en attendant d’autres qui démentent Salif Sadio.

Sur le lot de 24 suspects détenus, la Gendarmerie a établi des liens formels entre la plupart d’entre eux et ledit Mouvement.

Laisser un commentaire