Trois jeunes portés disparus : La tournée du chef de la Gendarmerie en Casamance entachée par une attaque armée

Trois jeunes portés disparus : La tournée du chef de la Gendarmerie en Casamance entachée par une attaque armée

Onze jeunes originaires de la commune de Boutoupa Camaracounda, dans le département de Ziguinchor, ont été la cible d’une attaque armée de la part des éléments supposés appartenir au Mouvement des forces démocratique de la Casamance (Mfdc). Trois jeunes sont portés disparus. Les troupes de l’armée se sont mises en faction pour trouver ces jeunes disparus.

D’après des témoignages concordants, les tirs de ces éléments armés ont été occasionnés par l’accès de ces jeunes dans la forêt classée de Blaz, une localité située sur la ligne de frontière avec la Guinée Bissau et supposée être un fief du Mouvement des forces démocratiques de Casamance. Cette attaque intervient en pleine tournée du Haut Commandant de la Gendarmerie nationale en Casamance.

En effet, le Général de division Jean Baptiste Tine passe en revue les troupes de la zone sud depuis le 28 novembre dernier. Sa tournée dans les unités des régions de Ziguinchor, Kolda et Sédhiou pour s’enquérir de leurs capacités opérationnelles, de leurs conditions de vie et d’exécution du service, prend fin demain.

Cette nouvelle attaque pose une fois de plus la problématique de la sécurisation de la zone sud. Malgré une accalmie palpable, des attaques attribuées aux rebelles suscitent beaucoup d’émoi auprès des populations.

Après plusieurs mois de mutisme, Salif Sadio, de l’aile combattante du Mfdc, a accordé une interview exclusive au media gambien, Révolution Tv (avant l’attaque susmentionnée). Salif Sadio assure que les rebelles tiennent toujours à l’indépendance de la Casamance.

«Cela n’est pas terminé, aujourd’hui, et ne prendra pas fin demain. Nous irons jusqu’au bout. Le jour où les combats prendront fin, c’est le jour où le Sénégal quittera la terre de Casamance. Regardez mes barbes, j’ai plus de 60 ans, mais je ne suis pas marié. J’ai juré que je ne me marierai pas tant que nous n’aurons pas repris notre terre», assure Salif Sadio. Selon lui, «la guerre n’est pas finie».
Tribune

Laisser un commentaire