Sénégal: Privées d’électricité, les populations de Boutoute se préparent à la révolte

Sénégal: Privées d'électricité

C’était un, puis deux agitateurs qui ont émis l’idée. Ils sont désormais 3000 à être engagés volontaires, soit l’ensemble de la population de Boutoute qui s’y est mise. Ils sont déterminés et veulent l’électrification de leur village, à tous les prix.

 

Boutoute sans électricité, c’est comme Touba sans les Mouride, Paris interdite aux parisiens, et les enfants du laitier privés de lait au petit déjeuner. C’est cette situation ubuesque que vivent les populations de Boutoute, à l’est de la ville de Ziguinchor. Dans ce grand bourg, de 3000 âmes, est installée la plus grande centrale électrique du Sud du Sénégal. Et l’électricité produite dans ce village est introuvable à 3 km à la ronde.

Le village de production de cette électricité, comme ceux aux alentours n’ont jamais eu de courant chez eux; alors que la cité des employés de la Sénélec -installée au coeur du village- brille de mille feux, une fois la nuit tombée. Et cette grossière situation dure depuis 33 ans. Et pour longtemps encore, si rien n’est fait.

Si les aînés de ce village carrefour de la route du Golf, bassin fruitier de la verte Casamance, ont souffert, dignement et dans le silence, de cette situation ségrégationniste, les jeunes générations, elles, ne comptent pas la laisser perdurer. Alors, pour y mettre un terme, ils ont mis en place le mouvement « Pour Boutoute, je m’engage« . Et répondant à l’appel de Y’en à marre, ils étaient ce 7 avril dans la rue « pour dénoncer les torts et désagréments causés au village« .

La longue patience des aînés

Promis à un bel avenir, le village de Boutoute avait tous les atouts naturels pour réussir. Et l’implantation, sur son territoire, de la seule centrale électrique de toute la Casamance, fournissant l’électricité à tout le Sud du pays, avait été accueillie dans l’allégresse. « On pensait qu’elle allait permettre l’emploi des jeunes de la zone et faciliter le développement de notre village. Hélas, rien de cela n’est arrivé« , a regretté M. Nzalé, un notable du village.

Comme Nzalé, la plupart des adultes qui étaient là, lors de l’installation de cette centrale, ceux-là qui ont cru au développement prochain de leur contrée, ont attendu en vain. Et sont tous partis sans jamais voir la moindre action de développement entreprise par l’Etat. Pire, considérés comme des « collabos de l’Etat du Sénégal« , ils ont été « punis », à plusieurs reprises, par des commandos expéditionnaires du MFDC qui ont tué des notables, astropié des paysans et terrorisé les populations.

Et lui, le vieux Nzalé, qui ne s’attendait à rien voir évoluer de son vivant, a trouvé un second souffle. Désormais, avec ceux qui s’engagent, il est de la révolte. « Il n’est pas question qu’on éclaire toute la Casamance, à partir de chez nous, alors que nous -qui produisons-, sommes dans l’obscurité totale. » Fait-il remarquer. 

La révolte des jeunes

Alors que de nombreuses familles ont cédé gracieusement leur terrain pour voir l’érection de cette centrale, les populations se sentent flouées, abusées et trahies. Et ne comptent plus utiliser la posture de résilience adoptée par leurs aînés. « Cette centrale nous a causés trop de torts. Et, il est temps, à défaut de payer la note, qu’elle consente à nous dédommager« . A averti Ibrahima Kambaye, l’initiateur et coordonnateur de ce mouvement.

Démarrée en 1982, c’est deux années plus tard que la centrale thermique de Boutoute a commencé à produire de l’électricité. Pour obtenir ce courant, ce sont des tonnes de produits fossiles -pétrole brut- qui sont utilisées dans les turbines de production. Et cela n’est pas sans conséquence écologique quant on sait la fragilité avec laquelle sont traités les déchets chimiques au Sénégal.

A en croire de nombreux témoignages obtenus, dans le village par kewoulo.info, plus de 10 puits avaient été déclarés impropres à la consommation, en 1989 par un expert de la Sénélec.

Et, depuis cette date, aucune étude écologique sérieuse n’a été faite dans la zone. Et les populations continuent de faire de longues distances pour se procurer de l’eau potable, pendant que l’eau du robinet coule à flot dans les jardins des résidences privées de la centrale. « Au delà même de Boutoute, il nous arrive de trouver du liquide visqueux dans les puits des villages environnants. » A déploré Ibrahima Kambaye.

Un village pollué et abandonné à lui-même

Comme la nappe phréatique, le sol jadis trésor des villageois est devenu sans valeur. A force de recevoir les rejets de la centrale, il est devenu pauvre et laid. Des dizaines d’hectares de terres arables, il y’a quelques années, sont devenues arides, dures comme du goudron et désormais impropres à l’agriculture alors que les populations ne vivaient que de la paysannerie et de l’agriculture.

« Il est temps maintenant, que la Sénélec paie la note« , ont scandé les populations Boutoute, Djifanghor, Boulome, et Gouraf qui, ce 7 avril, ont marché du garage de Boutoute à la Centrale où ils ont remis leurs doléances au chef de production de la centrale.

Avant lui, ils avaient rencontré de nombreuses autorités et remis un mémorandum assorti d’ultimatum: ils veulent l’électrification totale du village de Boutoute, la gratuité de l’électricité dans tout le village, un plan de gestion écologique et la mise en place d’un plan de recrutement des enfants de la zone pour occuper des postes à la centrale. Rien de moins quand on sait que les seuls habitants de Boutoute qui ont un emploi dans la centrale sont des manoeuvres et des domestiques.

Abandonné par l’Etat et constamment puni par le MFDC

Et pour mettre fin à cette situation d’apartheid électrique et pollution systématique, les populations ont décidé de patienter jusqu’au 7 mai prochain. « Nous espérons recevoir la réponse de l’Etat avant cette date. Sans une réponse favorable, nous allons occuper la nationale 6 et prendre nos responsabilités. » Ont-ils averti.

Pourtant, lors de l’inauguration de l’extension de cette centrale objet de la colère des populations, le chef de l’Etat, Macky Sall, avait déclaré  que « l’objectif de son gouvernement en matière d’électrification rurale est de 60% pour la fin 2017. Le financement tiré du Budget Consolidé d’Investissement est de 99 milliards de francs CFA. »

Aussi, face à des populations qui voulaient le rencontrer sans y parvenir, à cause des manières soldatesque des gens qui l’entouraient, le président avait déclaré : «l’électrification rurale est un défi majeur de mon Gouvernement. J’ai validé le programme d’électrification dont l’objectif est d’un taux de 60% à la fin de 2017 pour un montant de 99 milliards. 466 villages dans la région de Casamance sont introduits dans le projet.» A Boutoute, les populations veulent prendre Macky Sall au mot et veulent faire partie des heureux élus.

Laisser un commentaire