Sénégal: Le gouvernement mise sur la prévention pour éradiquer le radicalisme

Sénégal

L’école des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) a célébré, ce mardi 14 février ses 10 ans d’existence à la caserne du général Mame Bounama Fall.

Le théme du jour portait sur la radicalisation religieuse des jeunes en Afrique. Une journée qui a réunie de nombreuses personnalités. L’objectif principal de ce séminaire était d’avoir une compréhension très poussée de la radicalisation des jeunes dans un contexte de menace terroriste en Afrique. Et de promouvoir les échanges d’expérience entre les pays invités dans le cadre de la lutte contre la radicalisation des jeunes.

Depuis plusieurs années, le terrorisme d’inspiration religieuse est en train de gagner du terrain à travers le monde et plus particulièrement en Afrique. La plupart des mouvements ou groupes qui s’inscrivent dans cette mouvance justifie le recours à la violence par une interprétation erronée de la religion; en particulier de L’islam. Cependant, le phénomène  de la radicalisation n’épargne aucun pays africain.

Au Sénégal, nous ne sommes pas encore touché par le terrorisme. Mais, des Sénégalais sont signalés parmi les terroristes en Lybie et en Syrie. Récemment des imams ont été arrêtés pour incitation et menace à la sécurité intérieure du pays.

Venu présider la cérémonie, le ministre des forces armées, Augustin Tine, a déclaré que « le gouvernement du Sénégal demeure convaincu par la lutte contre l’extrémisme violent et requiert une coopération forte entre amis qui partagent le même espace sous-régional et  régional. »

Dans ses recommandations, le ministre a soutenu que « les  conclusions et recommandations issues de ce séminaire nous donneront l’occasion de réévaluer nos stratégies en cours dans la lutte contre la radicalisation des jeunes de même que notre coopération avec les pays partenaires dans la lutte contre l’extrémisme violent ».

Selon le professeur Rawane Mbaye de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) « parmi les problèmes que le monde rencontre, le plus inquiétant est celui de l’insécurité. Cette dernière préoccupe les gouvernants ainsi que les populations et aucun pays n’est épargné par ce fléau. »

Dans ce contexte et pour mieux appréhender le phénomène de la radicalisation des jeunes, l’Ecole Nationale des Officiers de la gendarmerie organise du  6 au 17 février un séminaire sur la thématique. Et ces assises se feront avec la participation de la France, du Maroc et du Mali.

Laisser un commentaire