Sénégal: Facebook au banc des accusés pour avoir facilité les insultes sur le net

Sénégal: Facebook au banc des accusés

0

Le directeur général de l’ARTP était en conclave ce matin. En compagnie de responsables de Facebook Afrique, d’acteurs de la communication et des juristes, Abdou Karim Sall a eu des échanges très fructueux. L’objectif étant de permettre aux utilisateurs de mieux comprendre le puissant outil qui est entre leurs mains.

Et si tous ont reconnu l’extraordinaire utilité de cet outil social, l’ensemble des intervenants ont manifesté leur inquiétude de voir Facebook faciliter la diffusion de données personnelles comme la propagation de propos outrageants à l’endroit de responsables politiques et religieux sur internet.

L’atelier de formation organisée par l’ARTP, en partenariat avec Facebook, pour sensibiliser les usagers Sénégalais et les acteurs de la communication sur la conduite à tenir quant à l’usage des réseaux sociaux a tourné au procès de l’outil de Mark Zuckerberg. Des l’ouverture du débat, ce mardi 29 aout, à l’hôtel Radisson Blu, les premiers intervenants ont pointé un doigt accusateur en direction de Facebook.

Premiers parmi les intervenants, Momar Ndao de l’Ascosen a clairement demandé à Facebook de tenir compte de la particularité des sociétés où on a accès au réseau social le plus utilisé au monde. « Si en Amérique l’insulte n’est pas punie, ici chez nous, elles sont condamnables. Et vous devez tenir compte de notre particularité. Et inclure nos lois dans votre politique du bien vivre en communauté« , a demandé Momar Ndao.

Comme lui, l’un des intervenants a déclaré que Facebook ne peut pas être exonéré de toute responsabilité dans les insultes proférées par Assane Diouf à l’endroit de nombreux responsables politiques et acteurs du showbiz. Pour lui, puisque Facebook s’oppose à des actes et mots offensants la communauté des usagers, toute insulte a l’encontre des chefs religieux comme du chef de l’Etat est une insulte adressée à tous les disciples de ces personnalités.

Donc, c’est une atteinte aux règles de vie d’une communauté plus grande. Et cela, Momar Ndao et compagnie voudraient que Facebook en soit conscient et rectifie sa politique. Cette ligne de conduite a été celle de Abdou Karim Sall, le directeur général de l’ARTP. « Les rectaux sociaux comme Facebook ont intégré nos vies à, quel que niveau où l’on se trouve. Et ont bousculé nos habitudes en créant une civilisation ou la proximité électronique a supplanté nos rapports physiques. » A déclaré Abdou Karim Sall.

Laisser un commentaire