Sénégal: Abdoulaye Wade et Macky Sall se sont entendus sur le sort de Karim Wade

0

Entre le chef de l’Etat du Sénégal, Macky Sall, et son père spirituel, Abdoulaye Wade, les contacts ont été renoués. Finies les accusations « d’anthropophagie de la famille de Macky Sall », oubliées les menaces de « rendre le pays ingouvernable » et aux oubliettes la détermination du camp adverse à mater les opposants. Désormais, Abdoulaye Wade jouera pleinement son rôle de « sage de la République » et laissera son remplaçant dérouler son plan d’action à la tête du Sénégal. En contrepartie, Karim Wade, le fils de l’autre, pourra revenir dans le jeu politique. Enquête au coeur d’une longue négociation faite sur le dos de Khalifa Sall.

C’est tout juste, au sortir des élections législatives, qu’une source de Kewoulo nous a vendus la mèche: Abdoulaye Wade et Macky Sall sont en train de négocier! Après avoir contacté plusieurs de nos contacts proches des deux camps, il s’est avéré que c’est Thierno Madani Tall, le khalife général de la famille omarienne, qui a joué les bons offices. Au lendemain des fracassantes annonces d’Abdoulaye Wade, faites à Versailles, de venir croiser le fer avec Macky Sall, de nombreux observateurs avaient pensé que le pape du Sopi ne faisait que dans la menace.

« En réalité, même si Abdoulaye Wade avait décidé de revenir au Sénégal, pendant les législatives, il n’était pas question qu’on le laisse jouer les opposants incendiaires. Son âge comme sa santé ne le lui permettent plus ça. Après le scrutin, il devait revenir en France continuer sa retraite« , a déclaré une source proche du patron du Pds.

« Mais, voila, le fiasco noté au sortir de la rencontre du 29 mai a précipité les choses. Et changé les plans« , a lâché cette source qui ne veut pas être citée. Cette rencontre du 29 mai, c’est celle-là organisée dans les bureaux de Malick Gackou, sur la VDN, pour désigner le candidat de l’opposition qui devait conduire la liste Mankoo aux Législatives.

Thierno Madani Tall, l’envoyé spécial de Macky Sall

Alors qu’il s’attendait à être désigné tête de liste de la coalition, Abdoulaye Wade, de la France où il résidait, a appris, avec dégoût, la trahison des camarades de Idrissa Seck. En catimini, Barthélémy Dias et compagnie ont manoeuvré pour créer un clash. Et forcer la candidature de Khalifa Sall. « Ils pensaient qu’en le mettant tête de liste, Khalifa Sall avait une chance d’être élu. Et, fort de son mandat de député, il devait être remis en liberté comme ils le chantent aujourd’hui« , accuse-t-on du coté de Macky Sall.

Bien avant que cette hypothèse ne soit vérifiée, c’est le colonel Sérigne Malick Cissé qui, le premier, avait contacté la rédaction de kewoulo.info. A en croire ses confidences, l’opposition voulait faire de la libération de Khalifa Sall la condition sine qua none de leur participation aux élections de juillet. « Des sources qui ont participé à la réunion m’ont certifié cela. Et cela n’augure rien de bon pour ce pays« , nous avait dit l’ancien chambellan d’Abdoulaye Wade.

Et à défaut de matérialiser les craintes du colonel Cissé, c’est à un putsch en bonne et due forme qu’on a assisté en mai dernier. Et Abdoulaye Wade, la première victime de ce complot, a retenu la leçon. Et il ne l’a jamais pardonné à Bamba Fall et compagnie.

Abdoulaye Wade pour rendre le pays ingouvernable

Sortis défaits des Législatives, les camarades de Barthélémy Dias -qui étaient dans l’attente de la confirmation ou non, par le Conseil Constitutionnel, des résultats contestés- s’étaient rendus chez le Pape du Sopi dans le courant du mois dernier. A en croire des sources ayant participé à la rencontre, « Barthélémy Dias et Bamba Fall avaient demandé pardon à Abdoulaye Wade pour n’avoir pas pu maintenir la cohésion aux Législatives. Et ont demandé à Wade de porter le combat pour la libération de Khalifa Sall« .

Pour arriver à leur fin, les camarades de Khalifa Sall avaient projeté de mettre en place un plan d’action qui consiste, sous la houlette de Abdoulaye Wade, d’organiser des opérations « villes mortes » à travers tout le pays. Avec la multiplication des zones de contestation, les forces de l’ordre seraient harcelées, tous les jours. Et le pays, petit à petit, deviendrait paralysé. « Avec ce plan, on va forcer Macky Sall à négocier. Et nous obtiendrons la libération de Khalifa Sall« , ont déclaré les visiteurs de Wade.

Bien qu’ayant donné sa parole, pour porter ce combat, Abdoulaye Wade ne comptait, pour rien au monde, se mouiller pour le maire de Dakar. « Parce que, dans sa tête comme des conseils de ses proches collaborateurs, obtenir la libération de Khalifa Sall, se serait barrer la route à Karim Wade. La seule fois que Karim Wade s’est soumis au verdict populaire, Khalifa Sall n’avait-il pas été celui qui l’a battu? »

Les souvenirs des municipales de 2009 sont encore frais dans les mémoires. Et, puisque Wade ne vit plus que pour Karim, cette éventualité a été vite enterrée. Mais, pour mettre la pression sur le régime, il a laissé croire au Président Macky Sall qu’une nouvelle coalition était née entre Mankoo et lui, « pour rendre le Sénégal ingouvernable. »

Khalifa abandonné pour le triomphe de Karim

Ayant certainement pris en compte la gravité de cette entente, Macky Sall a fait entrer en Thierno Madani Tall, le Khalife général de la famille omarienne, en scène. A Fann Résidence où le marabout a été reçu, à huis clos, le message à transmettre est limpide: Macky Sall veut que vous fassiez la paix pour la stabilité du pays. Pour cela, Abdoulaye Wade a exigé que son fils, Karim Wade, soit réhabilité et remis dans le jeu politique.

Le palais ne s’y est pas opposé. « Mais, cela ne se fera qu’après la présidentielle de 2019. Comme Macky Sall a besoin d’un second mandat, Abdoulaye Wade s’est engagé à ne pas lui compliquer pas la tache. Et l’Assemblée nationale qui est toute acquise à l’APR votera une loi d’amnistie pour Karim Wade qui pourra succéder à Macky Sall, en 2024« , a soutenu une de nos sources proches de Benno. Voila comment Abdoulaye Wade a décidé de ne plus être un opposant à Macky Sall. Voila pourquoi Khalifa Sall sera seul dans son malheur.

Laisser un commentaire