Ziguinchor: L’armée a rendu hommage au soldat Yves Kanfany

Lundi 20 juin 2006. Il est 10 heurs. Nous sommes au 5 ème bataillon de Ziguinchor. Depuis deux heures déjà, par petits groupes les parents du défunt caporal font leur entrée dans le camp.

Accueillis par un soldat préposé  a l’entrée principale, ils sont guidés vers la morgue. Ici, debout sous le soleil, des dizaines d’hommes de troupes, des sous-officiers et des officiers de la gendarmerie comme de l’armée sont là drapés dans leur treillis. A l’écart,  une équipe de  Sapeurs pompiers aussi est là. Prête à intervenir au moindre cas d’urgence. Face à eux, assis sous une bâche installée à l’occasion,  la famille, digne, observe la cérémonie d’adieu organisée par l’armée à l’un des siens. Avant la sonnerie aux morts, c’est la famille qui a été invité à voir le corps; pour la dernière fois.

Au sortir de la morgue, les proches éclatent en sanglot. Certains les consolent. D’autres, tenaillés par la douleur, se terrent derrière le bâtiment. Installé sous la même tente, le procureur de la République suit tout cela discrètement. «L’enquête ouverte par la gendarmerie commence à porter ses fruits, nous souffle-t-on.  Les premières auditions vont commencer juste après la cérémonie aux morts».

Supérieur direct du caporal Kanfany, c’est un adjudant de l’infanterie qui fait le portrait du soldat disparu. Ironie du destin, c’est aujourd’hui que le caporal Yves Raymond Kanfany  aurait fêté ses 40; dont 20 au service des couleurs nationales. Après des études secondaires,  c’est en 1996 que Yves à rejoint l’armée.  Affecté chez les parachutistes de Thiaroye,  il avait 22 ans lorsque pour la première fois avec ses frères d’armes il est envoyé en mission extérieure.

«Il a servi avec bravoure et loyauté la nation lors de l’opération Gabou en Guinée Bissau» à déclaré l’adjudant. Au sortir de cette mission, le caporal est envoyé à 2 reprises au Liberia et dans de nombreux pays. Tout un actif qui milite en faveur du soldat et à fait dire à l’adjudant que «c’est la République qui a été atteint avec l’assassinat du soldat Kanfany.»

«Son adresse au tir de mortier et son engagement sans faille au service de son pays lui ont valu la médaille de la Croix de guerre. Sa bravoure magnifiée lors d’une opération en Casamance; alors même qu’il avait reçu des impacts de balles» avait fini par asseoir la légende du «soldat courage». «C’est un brave soldat aimé de ses camarades, respectueux de ses chefs que des lâches ont attendu qu’il soit isolé pour l’assassiner», a temoigné le préposé à l’éloge funèbre.

Après les hommages rendus par l’armée, en présence du colonel, commandant du 5ème bataillon, la dépouille a été remise à la famille. Digne et discrète, elle a reçu le corps, devenu civil, de son fils. Dans un cortège composé de militaires et de parents, le soldat Yves Raymond Kanfany a quitté le 5 ème bataillon vers 10h 30. Pour la première fois,  il n’a pas transmis sa joie de vivre. Une cérémonie religieuse sera organisée vers 13 heures à l’église de Tiléne suivie de l’enterrement vers 15 heures.

 

Babacar Touré

Avec Senenews.com

Laisser un commentaire