Samba Lampsar Sall, symbole de la lutte contre le nazisme russe

Samba

Il aurait eu 39 ans en 2017. Il s’appelait Samba Lampsar Sall et a été tué à l’âge de 28 ans. Onze ans après sa mort, la condamnation de ses 14 assassins apparaît comme le symbole d’une lutte anti raciste en Russie où les Africains vivent dans l’oppression.

Il sortait d’une boîte de nuit avec des amis africains. Il a été atteint d’une balle en pleine tête, tirée par un membre d’un gang de skinheads. L’arme utilisée portait une croix gammée, symbole nazi. Les faits remontent à avril 2006 ( le 07 avril ).

Samba Lampsar Sall, 28 ans, de nationalité sénégalaise, était étudiant en télécommunications. Il a été abattu en pleine rue à Saint-Pétersbourg.

En 2009, son procès s’ouvre en Russie, en présence de sa mère, venue du Sénégal à l’invitation des autorités russes. Dans le box des accusés, quatorze jeunes skinheads, dont celui qui aurait porté le coup mortel et qui plaide non coupable. Le chef du gang impliqué a été tué par les policiers qui tentaient de l’arrêter. L’Etat russe profite  de ce procès pour en faire cas et montrer qu’il punit sévèrement le racisme. Les présumés assassins sont finalement condamnés.

Mais dans la réalité, les choses sont différentes. Les 41% de la population, des émigrés africains, vivent dans la peur. Dans les rues, on « casse du noir ».

« Il n’y a pas un seul Africain qui ne s’est pas fait craché dessus ou insulté », révélait un article du Nouvel Observateur en 2013. Les Africains, la plupart, vivent en faisant « attention ».

Les étrangers affirment être victimes d’actes racistes à répétition, notamment à Saint-Pétersbourg.  Les organisations de défense des droits de l’Homme dénoncent l’impunité dont bénéficient souvent les auteurs de ces violences, qui s’inspirent parfois ouvertement des thèses néo-nazies.

En 20011, la Russie était classée 5e pays le plus dangereux au monde en raison, entre autre des crimes et agressions racistes qui y sévissent.

 

Auteur: Seneweb

Laisser un commentaire