Retraite: le gouvernement table sur une pension minimale égale à 98% du SMIG (porte-parole)

Le gouvernement ambitionne de mettre en place un système qui assurerait aux retraités une pension minimale égale à 98% du SMIC, le salaire minimum interprofessionnel, a annoncé son porte-parole, Seydou Guèye.

« L’objectif du gouvernement est de mettre en place un système qui permette une pension minimale égale à 98% du SMIC’’, le salaire minimum interprofessionnel garanti, a-t-il dit, lundi, à Dakar, àl’issue d’un conseil interministériel préparatoire à la deuxième Conférence sociale prévue en avril (20-21).

Pour ce faire, « il faut agir sur différents paramètres qui portent sur l’assiette de cotisation, sur la durée de stage pour qu’il y ait suffisamment de contribution » du futur retraité, a dit M. Guèye, en présence notamment du ministre du Travail, du Dialogue social, des Organisations professionnelles et des Relations avec les institutions, Mansour Sy.

Seydou Guèye a reconnu que les pensions actuelles reçus par les retraités sont « dérisoires« , avec des sommes bimestrielles équivalant en moyenne à 12.000 francs CFA.

Aussi ce conseil interministériel a-t-il traité de « la vulnérabilité » et de « la précarité des retraites’’, une des questions au menu de cette rencontre, avec celles portant sur « la faiblesse structurelle des pensions de retraite » et « les dysfonctionnements institutionnels« .

Concernant le Fonds nationale de retraite (FNR), les réformes envisagées « vont porter sur les changements de paramètres pour valoriser les pensions des fonctionnaires et au moins les amener au même niveau que les retraites servies par l’IPRES« , l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal, a indiqué le porte-parole du gouvernement.

L’économie informelle est le troisième secteur concerné par les réformes envisagées par le gouvernement, si l’on en croit son porte-parole selon qui cette deuxième Conférence sociale devrait permettre de trouver « une articulation entre le système de la contribution générale unique, qui pourrait permettre aux travailleurs du secteur informel de bénéficier d’une couverture maladie, et un droit à la retraite« .

En 2005, a rappelé Seydou Guèye, le rapport au niveau de l’IPRES était de 11 cotisants pour un bénéficiaire, le ratio est actuellement de 5 cotisants pour un retraité.

De manière générale, la prochaine Conférence sociale sera articulée autour de trois problématiques, à savoir l’amélioration des conditions de vie des retraités du secteur public et privé, la viabilité financière des régimes de retraite et l’extension des systèmes et régimes de retraite aux travailleurs jusque-là non pris en charge, a expliqué M. Guèye.

Source:APS

Laisser un commentaire